Galatea Belga Broderies

Bienvenue sur mon blog . Un peu de ma vie mais pas nécessairement le plus essentiel…

4 octobre, 2010

Magritte et moi

Classé dans : Amore — galatea @ 11:01

 Magritte et moi dans Amore hrblog_blackmagic_henri_mag

Image de prévisualisation YouTube

Certaines faims
demandent poèmes
Et j’aimerais les satisfaire
Mais
Ma nature
Ma faim de vie
Me font créer
Des vers étranges
Et suspendus
Entre le rêve et mon vécu

J’ai une palette des mots
Aux couleurs flamboyants
Qui bien trahissent
Ma verve exquise
Mon énergie

De bleu tendresse
Je recouvre mes toiles
Et des fleurs rouges
Je parsème mes canvas
Et leur lumière
Vraiment brillante
Rend une idée
De mes sentiments
Mais
J’ai une limite
Une vraie
Barrière
Entre l’envie et le réaliser
Et quand je joue
Faire l’artiste modèle
Je dois trahir
Pour rester fidèle

Piano piano

Classé dans : Amore,In italiano,Non classé — galatea @ 10:36

Piano, piano abbasso i veli
Che hanno ombrato la mia voce
Ho bisogno di sentire
L’eco delle mie parole

Sognatrice senza scampo
Ho imbrigliato la tua essenza
In un vaso di cristallo
E un profumo ho ancora
Del tuo amore di allora

I rimpianti , i desideri
Ii ho avvolti ,li ho soffusi
Della mia malinconia
Ricoperti con la seta e
Il calore del mio cuore
Per non farli morire

au début c’etait un comment…

Classé dans : Loufoque — galatea @ 9:57

 

Monsieur du grand Kaissy
je sais que mon français
n’est pas si cultivé
c’est donc de ma faute
si quand j’écris d’amour
des harpes sans le vent
vous entendez
que moi désertes et abandonnés
j’ai eu mes beaux arpents!
Ravie de vous savoir
honnête jardinier
capable sonnettier
croqueur des pistaches
mais moi..
pucelle sicilienne
aux simples goûts constants
oui ,moi je préfère
aux chevaliers de panse
et de bonne substance
mon maigre étranger
au doux accent italien
et au coeur de vrai poète.

Monsieur Kaissy, vous grand Kaiser
voilà que tout de suite je viens vous répliquer
en vers doux ,peut être aussi salés
une vraie réponse oui, pour vous ,Kaissy aimé

Je vois dans vos nombreux poèmes
sincère dévotion, des mots diadèmes
alors pour vous montrer une sorte d’affection
je vous écris une lettre toute pleine d’émotions
où je confesse ma grande admiration
pour vous , pour tous les hommes
aux rimes d’élection qui savent nous les femmes
chanter en vers simples ,souvent bien composés
qui nous font plaisir , qui sont bien acceptés

Alors en conclusion, vous du Maghréb le grand Seigneur
traducteur au cour battant , mais je sais aussi bon traditeur
vous bronzé barbu à l’âme de poète
vous êtes pour moi , Sicilienne pudique , aussi discrète
entre Arabes , Normands, Français, Italiens , Flamands, je pense
l’homme qui tous les bat avec son gracieux ,unique tour de panse .

Ivre -Dolce vita

Classé dans : Printemps — galatea @ 8:07

http://www.deezer.com/en/music/el-kado/tourbillon-603843#music/el-kado/tourbillon-603843 

Ivre -Dolce vita dans Printemps smokyo 

Plein parfum, plein soleil
mélodies des hirondelles et le zizzz d’une abeille
Le léger caresser du figuier
sur la pointe du rocher.

Smokey princesse,
la chatte grise
fait son ron ron
pendant que Flo, son petit chaton
suce sans cesse et a l’air béat
d’une créature petite et parfaite.

Je me dondoie sur le hamac, enivrée
Harry , le chien, et là qui rêve à mon coté
Une présence , très rassurante
de l’homme qui est dans ma vie, présence constante
Je le regarde, les yeux presque clos
en ce moment, il tourne son dos
il se retourne , il me sourit
et encore une fois je sais que, oui
c’est juste ici le paradis.

 

Un ex-cés de lumière

Classé dans : Non classé — galatea @ 7:42

Lueur pâle du matin

Déclamant un nouveau jour

Vie infiltrante au corps invisible

Éclairant coins timides

Diamant pur à la taille précise

Chirurgien au laser

Mouvement neuronal

Processeur d’harmonies

Un point faible d’émotion

Émetteur kaléidoscopique

Sur ses traces on parcourt

Le chemin d’une âme sombre

Aux éclats de milles soleils

Quand la lune vient ciséler

Classé dans : Erotique — galatea @ 7:38

Quand  la nuit est profonde
Nos corps forment une esse double
Comme un bloc de sombres galbes
A la forme souple et ronde

A travers les volets furtivement
Pénêtre la fraîche brise
Délivrant un souffle agréable
Venant effleurer légérement le tissu

Et déposer sur nos  peaux bronzées  et  enlacées

Le sceau

De notre dernière nuit d’été
Chaude et douce

Embaumée de jasmin et d’une belle de nuit

Toi et moi
Endormis
Sous l’oeil envieux de l’amie ronde et pâle
Elle arrive à ciseler nos belles formes
D’amants unis aux doigts de velours
Répandant sur nos corps
Sa lueur transparente argentée

Un frisson me parcourt
Et je respire déjà rêveuse
Tu réponds
Carressant de tes mains chaudes mes seins  nus pleins et rose

Quand demain

Classé dans : Non classé — galatea @ 7:33

Quand demain
Devant ce seuil
Je te verrai
Je ressentirai en moi l’envie et l’orgueil
De faire briller la douce lumière de ta présence
Et j’oublierai ta longue absence
Je te dirai
Dolce amor mio
Je me réveille
C’est le moment de commencer mes rêves de jour
A tes côtés dans tes bras
Accueille-moi
Fait-moi disparaître cette sensation d’un monde froid et austère
Fait-moi sentir ta douce pression
Coupe-moi les ponts qui mènent jusqu’aux autres
Laissons au large soucis angoisses et inutiles occupations
Pour l’instant
Oublions tout

sur le rocher
Moi
Ta sirène
Je vais chanter mes mélodies
Allons rythmer nos vagues tendres
Venant lécher nos corps ivres
Restons sur l’île tapissée de vert de bleu
Où s’écoule langoureusement une eau limpide
preuve évidente de notre amour

3 octobre, 2010

Une subtile melancolie

Classé dans : Tristes — galatea @ 23:29

Image de prévisualisation YouTube 

Une subtile mélancolie
Vient imprégner mon humeur
Rendre sombres mes pensées
Denses, grises les nuages
Forment un front suspendu
Comme un toit de désespoir
Recouvrant notre passion
Et annonçant la fin d’un cycle

Quand la pluie je vois descendre
Je te sens si distant…
Ton silence, ton absence
Font mon monde triste froid
Ta lumière tu as voilée
Et pour moi n’est plus une source
C’est un rien,  une faible lueur
Dans l’orage de mon cœur

La symbiose, notre osmose
Est annulée, ravagée
Désormais sans nos cures
Use ton encre sympathique
Pour me dire, annoncer
Tes désirs encore cachés
Je serai  ta femme flamme
Aux soupirs révélateurs
Laisse-moi encore entrevoir
Tes mots pleins de douceur
Ta malice,  ta pudeur ou
Un je t’aime surprenant
Mords mes lèvres
Inhale mon âme

Nos faiblesses, notre peur
Notre rester dans la confort-zone
Ont  effacé notre tendre chemin
Retraçons une nouvelle route
Au delà de la  raison
Et de nos corps horizon

Imaginons un autre monde
Où les rêves sont aux commandes
Toi et moi sans notre amour
Nous sommes robes de haute couture
Négligées et sans finitudes

Dans le champ des tournesols

Classé dans : Autunno,Non classé — galatea @ 23:25

 

Dans le champ des tournesols
ce matin chante heureux
un petit  jaune bellier

La lumière a viré
encore à est les hélianthes
La vapeur du grand champ se répand
Au retour de  lui
Ra seigneur
Le chasseur de la nuit

Je reprends ma montée vers le ciel
Libre heureuse si légère…
Tu es là
Ton sourire qui m’illumine

Nos deux corps sont voilés de transparence
D’un blanc peplo de douceur
Des fragrances de vétiver et fleur d’orange
Une aura longue soyeuse de pureté
Nous entoure dans ce jour de fin d’été
Moi
Ton huître de la mer azure et verte
Je te chante  des mots perles

lisses et rares

*
 

Là pha mâle

Classé dans : Loufoque — galatea @ 23:23

Là pha mâle

Quel plaisir l’illusion
D’être un suave Papillon
Ailes au vent
Et suivre les courants

Butiner toutes les fleurs
Et le plus vives en couleur
Les exhiber comme trophée
Comme une coupe au jeu gagnée

Quelques jours encore d’excitation
Puis monsieur ennui fait une inspection
Papillon alors tout remué
Baisse les ailes mortifié

L’orchidée sauvage inaccessible
A montré vite sa grâce terrible
Papillon devient un pauvre torchon
Qui boit l’amer suc du con

Jus féminin souvent secerné
Par les plus belles de Internet

1...7677787980
 

Adorable Rencontre |
juno39 |
Du polar à lier |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Instantanés littéraux d'Afr...
| Réflexions pédagogiques par...
| Abandons