Galatea Belga Broderies

Bienvenue sur mon blog . Un peu de ma vie mais pas nécessairement le plus essentiel…

5 octobre, 2010

Cet amour entre nos mots

Classé dans : Printemps — galatea @ 8:09

Une attraction fatale de genre magnétique
Attrape de nos âmes les mots qui sont uniques
Ils sont de nous typiques
Et montrent sans leurre de nous le plus authentique
Moi qui aime vivre bien
Souvent sans les contrains
D’une vie qui passe et accable
Je me retrouve pleine
De mots qui fuient et débordent
En toutes directions mais enfin je vois souvent
Qu’ils vont se retrouver pour faire un seul serment
Je vois que toi aussi
Résistes à cet influx ainsi tu mêles et fait
De tous nos mots un infus
Un super *bévatron de notre vrai langage
Qui montre de nos âmes
Le grand bonheur intime, enfin le vrai partage

*Bévatron:accélérateur des particule

Tu y crois?

Classé dans : Non classé,Printemps — galatea @ 0:26

Tu y crois? dans Printemps imagesca5pj3lx

 

Tu y crois?
Chaque jour de vrais rêves elle achève
comme robes de haute classe
Ils sont là, alignés,
pas trop flashy ou exagérés
colorés, les détails ciselés
impalpables formes floues
qui racontent belles fêtes
moments-joies
robes-rêves sans liens
séparés
comme vies qu’il est impossible
de connecter, d’homogénéiser

Tu y crois?
Elle a un vrai rosaire
des tiroirs pleins de rêves réalisés
mais chacun d’eux est une histoire
qui demande encore du temps
des personnages, de l’espace, une envie de vivre
et des mondes entre eux
si distants…

Quand on choisit l’opacité

Classé dans : Non classé — galatea @ 0:09

Cette gymkhana qui est ma vie
m’a fait rêver m’a fait goûter
m’a fait voir et aussi avaler
l’insupportable grisâtre poussière
des jours amers

Adieux extrêmes!
Je ne veux plus
trop ressentir
J’en ai assez
de trop souffrir
et alors je coupe
mes récepteurs
et je contrôle
mes sens gourmands

Oui je préfère les demi teintes
et avoir les autres
bien plus distants
je veux insérer de
l’ouate blanche
entre mon moi
et mes sentiments

Je rêve de vivre
une vie sereine
belle couverte
d’une belle voile
sans trop lumière
je veux créer
mon monde sobre
un peu plus gris
mon monde opaque…

4 octobre, 2010

Quand l’Etna fume superbe

Classé dans : Amore — galatea @ 22:38

Quand l'Etna fume superbe dans Amore 5342268107f14acd4544bet 

 Un soleil en do majeur
rend le ciel trop éclairé
presque gris même fané

De la mer j’entends le coeur
quand ses vagues
ses artères
lèchent les rives
relaxées et régulières

Si j’arrête de penser
et immobile je dors
dans l’eau
je deviens partie intégrale
de cette mère primordiale

De mon corps lentement
évaporent vieux froids
gelées récentes

L’eau est une vitre transparente
qui mobile se dissout
Sur le fond toujours sournoise
l’Etna bouffe détachée
nos instants denses de vie
sont purs elle
presque éternelle
un banal battement de cils
une fumée sans conséquences

Sur une plage encore déserte
goutte de mer un peu séchée
quand l’intime mélancolie
resurface un peu insolente
je me noie pour m’annuler
devenir un tout entier

Si je laisse mon bouclier 

 

Quant au frais je médite
Une kyrielle de non-dits
Vient toujours me rendre visite
Allongée
Relaxée
Caressée
Par la bise venant de loin
J’abandonne
Confiante
Mon bouclier habituel
pour me faire assaillir
Par mes fantasmes et mon vécu
Ornement d’une vie
Bien vibrante et enrichie
De sensuelles belle malie
Les doux charmes Italiens

Des tendresses bien connues
Lestes libres et légères
Sur ma peau
Viennent défiler
Lentement
Sur le fond
Je revois comme danses enivrantes
De sinueuses bayadères
mes plus dingues envies d’hier

 

Quelques pas derrière moi…
J’ouvre les yeux enchantée
J’abandonne mes rêveries
Aucun besoin de simuler
Toi
Tu es là
Entièrement à moi
Et notre jeu peut continuer
03-08-2010

Je te regarde

Classé dans : Tristes — galatea @ 18:37

Je te regarde dans Tristes thayer118

Je te regarde
Tes voiles à moitié
T’embarquer pour l’énième croisière
Entre le port
T’es le roi des ébats dans les mots
Sans folie , sans futur
Tu remets ton plumage
De paon le plus beau
Majestueux, talentueux
Sans coutume
Plein d’espoir elle rêve, oh chère
D’inventer l’immortel , l’absolu
Je regarde
Sans soupirs ,sans demande, sans méprise
Nos appâts, réciproques
Restent là
Dans les plis de nos coeurs
Qui un jour nos esprits
Ont permis de se voir
De leur voiles dépourvus
Je suis là
Mes étreintes, sans passion
Qui s’accroît interdite
Immuable dans le temps
Mon regard, ma tendresse
De maîtresse d’émotions
Te suivront amoureux
Jusqu’au au seuil
D’au delà

A’ C. M. 30/01/2010

Autour du Béguinage

Classé dans : Amore,Autunno,Non classé — galatea @ 13:54

Comme toile de fond

un gris impitoyable
Des feuilles marrons résistent

tout en haut de l’érable
un rouge sombre impreigne

les vieux grands murs
des bastions du Béguinage

Rêveuse
Je déambule joyeuse
la tête en l’air rempli
et mon coeur bat
ivre de ce tour d’horizon

mon âme en transe
cadence mes pas sautelles

sur le pavé
je vois éclairer les géométries de son corps aimé
 

Mots plaisirs

Classé dans : Non classé — galatea @ 11:38

Parmi mes doux plaisirs,
c’est sûr le plus subtil,
c’est le sucré , amer ,
aux effets additifs,
aux ineffables limites,
aux imprévus exploits,
un fort secret agent,
plaisir écrit, parlé ,
le fruit de nos échanges.

Quand tu m’enlaces des verbes,
des adjectifs , choisis
au gré superlatif,
je te réponds vite,
en te livrant mon âme.

Et quand tu me berces,
entre tes bras expressions,
je sens la chaleur,
qui est presque rassurante,
un mixe revitalisant,
un fou mélange de rire
qui est aussi si tendre.

De nos échanges longs,
je goûte la création,
de beaux tours de paroles
et d’un langage tout neuf,
qui appartient à nous
et dont je suis gourmande.

De ma nature moqueuse,
je fais un souple ,
impénétrable bouclier,
mais j’ouvre de mon coeur
le coin plus grand et vrai,
pour faire laisser passer,
des mots que nous on se donne,
la sève du bonheur.

Magritte et moi

Classé dans : Amore — galatea @ 11:01

 Magritte et moi dans Amore hrblog_blackmagic_henri_mag

Image de prévisualisation YouTube

Certaines faims
demandent poèmes
Et j’aimerais les satisfaire
Mais
Ma nature
Ma faim de vie
Me font créer
Des vers étranges
Et suspendus
Entre le rêve et mon vécu

J’ai une palette des mots
Aux couleurs flamboyants
Qui bien trahissent
Ma verve exquise
Mon énergie

De bleu tendresse
Je recouvre mes toiles
Et des fleurs rouges
Je parsème mes canvas
Et leur lumière
Vraiment brillante
Rend une idée
De mes sentiments
Mais
J’ai une limite
Une vraie
Barrière
Entre l’envie et le réaliser
Et quand je joue
Faire l’artiste modèle
Je dois trahir
Pour rester fidèle

Piano piano

Classé dans : Amore,In italiano,Non classé — galatea @ 10:36

Piano, piano abbasso i veli
Che hanno ombrato la mia voce
Ho bisogno di sentire
L’eco delle mie parole

Sognatrice senza scampo
Ho imbrigliato la tua essenza
In un vaso di cristallo
E un profumo ho ancora
Del tuo amore di allora

I rimpianti , i desideri
Ii ho avvolti ,li ho soffusi
Della mia malinconia
Ricoperti con la seta e
Il calore del mio cuore
Per non farli morire

au début c’etait un comment…

Classé dans : Loufoque — galatea @ 9:57

 

Monsieur du grand Kaissy
je sais que mon français
n’est pas si cultivé
c’est donc de ma faute
si quand j’écris d’amour
des harpes sans le vent
vous entendez
que moi désertes et abandonnés
j’ai eu mes beaux arpents!
Ravie de vous savoir
honnête jardinier
capable sonnettier
croqueur des pistaches
mais moi..
pucelle sicilienne
aux simples goûts constants
oui ,moi je préfère
aux chevaliers de panse
et de bonne substance
mon maigre étranger
au doux accent italien
et au coeur de vrai poète.

Monsieur Kaissy, vous grand Kaiser
voilà que tout de suite je viens vous répliquer
en vers doux ,peut être aussi salés
une vraie réponse oui, pour vous ,Kaissy aimé

Je vois dans vos nombreux poèmes
sincère dévotion, des mots diadèmes
alors pour vous montrer une sorte d’affection
je vous écris une lettre toute pleine d’émotions
où je confesse ma grande admiration
pour vous , pour tous les hommes
aux rimes d’élection qui savent nous les femmes
chanter en vers simples ,souvent bien composés
qui nous font plaisir , qui sont bien acceptés

Alors en conclusion, vous du Maghréb le grand Seigneur
traducteur au cour battant , mais je sais aussi bon traditeur
vous bronzé barbu à l’âme de poète
vous êtes pour moi , Sicilienne pudique , aussi discrète
entre Arabes , Normands, Français, Italiens , Flamands, je pense
l’homme qui tous les bat avec son gracieux ,unique tour de panse .

1...7677787980
 

Adorable Rencontre |
juno39 |
Du polar à lier |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Instantanés littéraux d'Afr...
| Réflexions pédagogiques par...
| Abandons