Galatea Belga Broderies

Bienvenue sur mon blog . Un peu de ma vie mais pas nécessairement le plus essentiel…

5 octobre, 2010

Cartographe

Classé dans : Printemps — galatea @ 23:31

 

Cartographe dans Printemps cartografia 

Tu dessines lentement
Un paysage bien connu
Confirmant ses confins d’un regard de volupté
De cette île aux côtes sinueuses
Tu inspires gourmand
Ses brises
Son parfum de fleurs d’orange
Ses nuits de jasmin embaumées
Tu distilles méticuleusement
Une huile essentielle

Sous tes doigts d’artiste ému
Cette terre retourne en vie
Ses endroits les plus cachés
Son volcan en éruption
Pulsant
Et prennent du rythme transformant à l’unisson
Le courant émotif
Les enivrantes sensations
En hommage
De ta touche
De ton passage
De ta dernière reconquête

M’amèr

Classé dans : Les autres — galatea @ 22:25

M’amer,

Ma mère
l’origine de ma vie, de mes émotions,
Ma première vision du monde
Un cordon ombilical
encore nourrissant
qui passe du venin putréfiant

Ma mère
je l’ai trahie mille fois
avec ma distance réelle et puis
aussi émotionnelle
et toute ma froidure que je réserve
seulement pour elle

Ma mère,
mon lien primaire avec la vie,
resté toujours le moins compris

Ma mère,
ma faillite la plus totale et la plus amère

Ma mère,
un cri long et profond

Ma mère
ses peurs, ses obsessions,
sa solitude ancienne et
son envie de vivre,
sa faim de connaître si proche de la mienne

Ma mère
que j’ai coupé, déchiré et
mille fois, cruellement, ignoré

Ma mère
celle qui
n’a su, pu me passer une foi,
la confiance que j’ai volé
dans tous les cœurs que j’ai rapproché

Ma mère,
la seule cible impossible
que je n’aie su centrer

Ma mère,
mon insoluble
énigme à moi

Ma mère,
la bulle rassurante
de lumière envoûtante
que je recherche dans la création entière,
encore et encore,
comme une enfant

Ma mère,
la tendresse bannie

Ma mère,
l’amour confiant,
total et absolu,
que je n’ai jamais reçu.

Sangs enivrés Eliawe-Galatea

Classé dans : Duo — galatea @ 22:22

Sangs enivrés  Eliawe-Galatea dans Duo 3360336225_86927cc346

Feuilles d’arbres là, immobiles,

Fleurs scellées par la rosée

                                                Quand la lune va monter.

Mon orchestre symphonique
Bat le temps en do majeur
Et mon cœur est directeur.

Le jour élégant
Gonflé de fierté
A su se taire un soupir.

En dorures de soleil,
Reflets d’eau évanescents
Dansent au fond de ma pupille.

Rythme des sangs enivrés
Qui emportent la mesure
Aux rondeurs des clefs sans sol.

La note bleu

Classé dans : Les autres,Tristes — galatea @ 22:07

La note bleu dans Les autres blueplanet 

Image de prévisualisation YouTube 

dans la majestueuse symphonie de l’univers

un instant s’évanouit
sans écho
absorbé, capturé, annulé
sublimé?
Et pourtant ici, dans la boule bleue
qui tourne sans cesse
un creux, une fracture vient de se former
laissant flambeaux d’émotions
qui s’amenuisent
à chaque retour du jour
Nous regardons pétris
ce puissant invisible
qui nous efface

Nous
les notes, les accords d’une page
des instants sublimes
registrés
comme un rien
traversant l’infini

A Bartolo, 4 maggio 2010

Journal d’une mènagère rêveuse

Classé dans : Journal — galatea @ 18:18

J’aime ma vie ici à …
J’ouvre la porte, j’y trouve des amis .
Je rencontre aussi des parfaits étrangers , jamais connus et trop loin de ma vision de la vie,quoique je crois être ouverte à la différence.

Je veux remercier tout le staff du site à ce propos, pour cette opportunité de rencontrer une variété de personnalités et pour mes corrections .Ils travaillent tant et je comprends leur frustration suite à nos fréquentes insatisfactions…

Ici , sans préjudices on se rapproches à l’intime des centaines d’esprits et chacun de nous reçoit des impression différentes.J’ai appris beaucoup ici:du français et, surtout,  une capacité de lire dans les souffrances des autres. Je considère cette possibilité comme un grand trésor pour ma vie d’aujourd’hui et future…

Ici on se présente, on essaye de gagner une place sur la scène, chacun selon ses moyens,ses besoins, ses stratégies et ses habiletés de promotion…
Et ici il y a de l’art , de la poèsie, de la sincérité, de l’émotion qui enrichit.
Mais il y a aussi les faméliques d’attention.Ceux qui se nettoient le nez et mangent le produit de leur récolte… et encore les obsédés de l’image.

Ici au centre de l’esprit , de la sensibilité et de la magnifique possibilité d’être soi-mème , sans voiles , sans artifices…

Désolée, mais j’ai chaque jour de plus la sensation de me trouver devant des poètes qui se sont trompés d’endroit.
C’est triste.
J’ai arreté, par exemple, de dire à mes amis, même le plus proches de venir me lire.
Ils m’ont dit comme feed-back :ah ,tu écris là, sur le site , club …privé ..plutôt osé.

Et il n’ont pas lu grand chose, leur curiosité a été amorcée par les images de salon de massage…

lilia, ménagère rêveuse

 

9 settembre 2010

Oui , ça va…

Classé dans : Journal — galatea @ 18:15

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Oui,…ça va

j’entre pour la dixième fois dans la cuisine ce matin
sans un ordre précis
je bois le premier café
je lave un peu de vaisselle pour me concentrer
je goûte mon doux péché: deux éclairs au chocolat ,

évités hier dans un instant de sagesse
le yogourt, mais maigre
j’ arrose mes six plantes, fleuries et verdoyantes ,

elles  vont vite souffrir une autre longue séparation
et je mange quatre olives noires
et du brie
au téléphone
j’ai besoin de couleur,
une, deux tomates de Pachino dans la confection de classe
et un quart de papaye
et  du thé vert ,

pour méditer
je regarde la ville à travers les grandes fenêtres

et je note la seule chose que j’aime voir,

la pointe d’un clocher -faux anglais -

et , un peu distant , les frondes d’un arbre majestueux…
Après deux ans

je n’ai pas encore fait un reportage de ma nouvelle ville….

elle est un amant intéressant

au quel je ne me sais pas affectionner
au téléphone
encore un thé
une cigarette…..

essayons ….

sur le petit balcon…
ça c’est vraiment le fond…
je ne sais pas quoi chercher ,

focaliser

j’attends le bulletin de guerre du jour…

 

16 maggio2010 

Mes racines aériennes

Classé dans : Journal — galatea @ 18:12

Image de prévisualisation YouTubeJe suis une déracinée, c’est vrai.
Mais les autres qui utilisent Internet, je ne crois pas qu’ils sont tous des déracinés.
Avant de me plonger dans ce monde virtuel , il y a presque 4 mois, je trouvais toutes les excuses pour connaître mieux la ville que j’habite , faire des amis, créer un network, pour avoir une acceptable vie de relation.
Comme d’habitude , je faisais me petits efforts avec la voisine , le café , le tiramisù, la visite quotidienne à la bibliothèque, quelque déjeuner à la terrasse pour connaître mieux des filles -femmes- qui peuvent partager des sorties ou seulement des conversations en italien.
Ici, dans le Flandres, ma langue est aimée et les Flamands savent -profiter – de quelqu’un qui peut les aider ,agréablement ,à faire un peu de pratique.
Tout ça est désormais fini.
De ma nouvelle ville , région , de ce Pays je prends et vis l’indispensable.
Les amis je les rencontre une, deux fois par semaine: le reste est complètement annulé!
Maintenant ma vie , la plus importante, est au but du téléphone, le reste est parsemé entre les plus différents sites, networks, farmville ,etc.
J’ai , donc, une routine virtuelle , sinon vertueuse…
Je me lève à 6h tous les saints matins, le samedi aussi , pour ne pas perdre l’habitude!
Mes amies de Provence sont là aussi à cette heure et on prend café et thé vert. Je bois tout, pour avoir le même pic de caféine et pour partager la même passion avec mon amie Joelle.
Je ne sais pas comment , la plus part de mes amis virtuels habitent au sud de la France.J’irai les rencontrer au moi de mai, enfin.
Je peux pas éviter d’être conviviale, même sur Internet.
Mais les deux plats forts sont Facebook et LPDP.
Facebook est pratiquement ma vie , ma famille, les amis de toute une vie, les amis, très,très chers connus dans mes enracinements temporaires
J’aime mettre des racines, partout.J’ai appris à devenir une sorte de plante hydropiques qu’on peut soulever de sa plastique, sans modifier le terrain. et en me laissant , presque intacte, pour ma nouvelle destination…..
J’aime ce cocon virtuel qui représente la seule continuité possible pour ma vie.
Facebook est mon passé , mon enfance, ma jeunesse, l’université, les Pays étrangers où j’ai vécu.
Ma famille de Fbook est un mélange qui me représente bien.
Chaque ami est un peu de moi.
On s’est retrouvés proches , plein d’envie de continuer nos dialogues d’âmes car on a trouvé des points en commun.
Pour moi, chaque ami , sonne une note différente de ma vie que je représente comme un piano.
Il y a les amis qui sont des vrais pianistes. Ils tirent de moi le mieux,
des vraies mélodies. Sous leur touche, leur intelligence et sensibilité mes notes deviennent sublimes, même si je suis la seule qui les entend et les apprécie.
D’autre amis juste appuient leur doigts.Ils n’ont pas une grande art , ni goût. ,Oh les sons terribles que je suis capable de produire à leur passage sur mes octaves!!
Et puis il y a les amis timides , renfermés ….
Peux je leur demander de venir sonner..?Non… et alors je reste avec ce désire, pas avoué, d’ être joué .Je reste avec ce rêve d’une chanson , une sonata , une ballade triste, un swing, une chanson d’amour…que je n’ai jamais eu.
Et puis encore …lpdp
La famille d’élection, la famille des émotions, la famille de la..deception…
Quand on parle de sentiments on s’attend toujours trop, c’est là la faute.
Les poètes , les aimants de la poésie ne sont pas forcement des êtres meilleurs. Ils savent communiquer leur ressenti , ils sont capable d’émouvoir , rapprocher mais enfin …le miracle de la connexion entre deux êtres et encore et toujours une nécessité animale.Au moins pour moi:je ne pourrais jamais choisir un homme sans l’avoir flairé!!!

 

12 marzo 2010

Réveil doré

Classé dans : Amore — galatea @ 15:05

Un vert volet laisse entrevoir

le frais bonjour de la lumière

Sur nos coussins d’amants heureux

glisse un rayon qui vient effleurer

paupières écloses tenant serrés

nos rêves galants de miel et éros

Un doux bisou, un regard ému

signe la fin d’une nuit exquise

Dernière étreinte,coquine et tendre

un bon café et son arôme

Ainsi démarre,sans crainte ni angoisse

un nouvel jour de notre vie

qui coule et passe

malgré l’amour… 

Réveil doré dans Amore toparrow 16 febbraio 2010

Harpes sans vent

Classé dans : Printemps — galatea @ 14:58

Et les jours passent lentement
Trop lentement pour nous
Et des gouttes invisibles créent des creux entre nous
Là où la joie autrefois y fleurait
On y trouve du blues
Un brouillard gris trop épais qui recouvre
Et rouvre de vieilles plaies pourries
De nouvelles blessures

Et j’écoute impuissante de ta voix affaiblie
Ton récit d’une vie devenue un exil infini
Et ta flamme s’amenuise chaque jour un peu plus
Et je perds mon soutien
Ma seule force constante
Devenant à mon tour telle une ombre impotente

Loin de l’autre devenons seulement une triste expression
Une beauté potentielle qui a perdu son éclat
Nos deux âmes deux harpes
Sans le vent qui les joue
Toi et moi

31 maggio 2010

Le Passage

Classé dans : Non classé — galatea @ 14:40

Nous
Poussière
De l’Infini
Nous nous rencontrons
Des fois
Nous nous reconnaissons
Et
Nous sommes déjà
Balayés
Par le souffle
De l’Éternel

A Oliver 12 giugno 2005

1...767778798081
 

Adorable Rencontre |
juno39 |
Du polar à lier |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Instantanés littéraux d'Afr...
| Réflexions pédagogiques par...
| Abandons