Galatea Belga Broderies

Bienvenue sur mon blog . Un peu de ma vie mais pas nécessairement le plus essentiel…

28 février, 2017

Anche nell’altro giardino…

Risultati immagini per erba vento

 

Un filo di  luna rischiara il giardino

e intanto piove

e soffia il vento

genius loci che cerca rifugio.

La mimosa è morta.

Cosi, all’improvviso

ha ignorato febbraio

e non ha più indossato

i suoi accenni di verde

promessa di un’altra primavera.

Il mandarino, afflitto

è impallidito e le sue foglie stanche

si staccano all’arrivo del nuovo giorno.

Sono sparite, marcite

le piante tropicali

quelle dalle foglie larghe

dal verde lussureggiante

presenza sensuale in un giardino

piuttosto monacale.

Restano, secolari, gli ulivi sentinelle

di un mondo che scompare

senza aver mai conosciuto lo splendore.

Abbonda. tra i muri in pietra

l’ignara erba vento

sinonimo di incuria e di abbandono

che regna sovrana insieme alle lucertole

e una  solitaria, nostalgica,  fallita .

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

21 février, 2017

Indulgence ou Lâcheté ?

Classé dans : 2017,Amicizia,Amore,Citazioni G. B.,Les autres,Life,Un peu de moi... — galatea @ 9:32
Image de prévisualisation YouTube
Mes faibless poussent toutes seules, pas nécessaire de les cultiver.

 g.b

Si la poésie devait m’aider à devenir encore plus indulgente envers mes faiblesses je la jèterais aux orties.

galatea belga 

 

19 février, 2017

Demain, peut etre…

Classé dans : Non classé — galatea @ 20:36

 

16810151_10155074187478966_677935025_o (1)

 

 

La ligne bleu
chaque jour plus pâle
j’attends l’heure juste
l’élision fortuite
d’un instant elargi
pour remonter sur le balcon
de ma vallée

Spectatrice enchainée
je me souviens de mes célébrations
mes festins simples
mes joies vécues sans conséquences
et je résiste contre la folie
ou l’abulie d’ un entourage
qui reve l’exploit , le boom facile
oubliant l’effort, l’entente qui oblige

Moi, la rêveuse
ma tête baissée
par le devoir , l’espoir d’aimer
demain encore une mère fuie
dans les méandres d’un labyrinthe
sans aucun sortie

Je veux, j’aspire
de saisser ma vie qui passe
au moins plus tard
quand le coucher de mon soleil
déjà alourdi, jauni et tremblant
me fera voir d’une terre de lave
le rouge splendeur et sa terrible maternité

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

27 janvier, 2017

Teresa e le altre

Classé dans : 2017,Amicizia,Amore,In italiano,Les autres,Life,Tristes,Un peu de moi... — galatea @ 22:14

 

download

 

Teresa è sola,  da due anni ha

un cane amico, una L.I.M.

a scuola

e la paura di tornare a casa, ormai  troppo sola.

Sara parti, verso una Sparta antica

un mezzo sogno spezzato a fondo

dentro quel taxi diretto all’ospedale

e un sorteggio per chi

può ancora vivere o chi non fa ritorno.

Lisa è rimasta attaccata al suolo

i sogni sono  volati  via un giorno d’autunno

dietro quel marito scrittore. molto figlio

e, soprattutto, compagno senza impegno.

Beba ha tanto amato

cercato l’altro sogno con rabbia vorace

ma con un fil di leggerezza,

perché… si sa come va il mondo !

Serena…battuta tante volte

rinata puntualmente

un’araba fenice col cuore esposto al Sud

ma grata al freddo Nord

dal quale è lusingata e non le chiede

tanto in fondo.

Marina, da Parma, appena

ha aperto gli occhi, ha preso un lungo volo

e, ora,percorre in lungo e in largo

le rive del Tamigi

ombrosi viali  vittoriani

e cuori aridi di un luogo

alquanto chic ma senza un salvapiume

per chi sa dare tanto

e mai ha imparato a chiedere altrettanto.

Ci sono pure io…

nascosta in una Valle.

A volte ho in mano il cielo

azzurro e senza fondo

ma spesso mi ritrovo

con gli occhi verso il basso

cercando di trovare in mezzo a tanto fango

un fiore o una radice ancora intatta

e pronta a germogliare in qualche altrove

ma senza più la rabbia o la tristezza

come nutrimento.

 

Version français modifiée.

Teresa est veuve, depuis deux ans.

Elle vit, loin de ses enfants, avec son chien

un T.B.E. dans son école

et peu d’envie quand doit rentrer à sa maison.

Sara parti, pour une Sparte ancienne

un mari grec, plutôt contente

mais fut un taxi qui ecrasa

ses quelques reves sans pretentions

pendant la route pour l’hôpital

et fut la sort à decider que Argirò

pouvait encore vivre.

Lisa est restée attachée au sol

ses ambitions on prit le vol

un jour d’automne en épousant

l’homme écrivain, surtout un fils

un compagnon sans obligations.

Beba, la belle, a tant aimé

ses reveries sont devenus clips secrets

sa rage vorace envers la vie

toujours ornée par la lumière,

parce que c’est ainsi qu’on peut cacher

les zones en ombre.

Pascale …, l’amie, anéantie,

au moins trois fois

renée toujours comme un phénix

avec son cœur ouvert au sud

mais toujours « grata » aux Terres du Nord*

car là on peut vivre

malgré les hommes.

Marina, de Parme, à peine ouvrit

ses yeux marron, parti toute seule

connaître le monde.

Elle a arpenté de la Tamise

les vertes rives

et d’un village victorien

aussi les cœurs plutôt arides meme si chic.

En Italie, elle a oublié le sauveplumes

outil essentiel pour celles qui

donnent leur vie sans avoir appris

à demander , à se faire apprecier.

Et il y a aussi moi …

cachée, vivante, dans ma vallée.

Parfois, je serre entre mes doigts

un ciel si bleu, presque infini

mais plus souvent

mes yeux baissés

je cherche anxieuse dedans la boue

une fleur ou une racine encore intacte

prête à germer dans quelque ailleur

mais sans la colère ou la tristesse

comme nourriture.

(Synoyme, inventé, pour definir Les Pays Bas)
sauveplumes, mot inventé pour dire sauve vie.

Image de prévisualisation YouTube

24 janvier, 2017

Private letter (to be continued…)

Classé dans : 2017,Amicizia — galatea @ 13:28

Image may contain: 1 person

 

 

Is it possible to give joy

when you know

you are showing only

a pale glow of the flames

crawling inside ?

Love is a traitor, a passer by

craving for everything

despite  the ties.

Smokes  succeed to cover  feelings

to numb some pain

and for the others you appear

only a plain, forgettable

human being.

Who cares about

your thousand wishes?

who explores deep

your undesired  sentimental

long sleep ?

Is it possible to stay alive

when you forget to feed your dreams

opening  your days only to grief

and shades of gray ?

 

 

 

 

 

 

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

23 janvier, 2017

Jamais partie

Classé dans : Non classé — galatea @ 12:51

 

 

 

 

Mes fréquents cris

tous mes bruhahas

m’empêchent d’être

tapisserie, fond bleu serein.

C’est vrai, des fois

je fais les signes

d’une sourde muette

pour éviter un dialogue

entre ennemis.

Mais je suis là

curieuse, étrange

toujours la même qui tient

le fil-entente pour annuler

les mots distance, la sécheresse

des inconnus.

 

 

 

 

 

 

 

 

Image de prévisualisation YouTube

 

images

21 janvier, 2017

Ictus

Classé dans : 2017,Amicizia,Les autres,Life — galatea @ 12:08

 

Risultati immagini per abstract  paintings

 

Est-ce un train qui passe vite
et qui déraille
sur les parois de ce réseau ?

L’embouteillage
d’un tas des mots
et les sutures des soumissions
explosent, grenats
et les carrosses dans le tunnel
des vers vitesse
déversent verbes et maladresses.

L’humanité est demander:
sois plus sincère
n’oublie pas que je suis ton frère.

Mais ça plus tard…
quand j’ai fini de satisfaire
tous mes aveux
et mes faiblesses
d’être rapace, parcimonieux
qui ferme ses yeux
pour ne pas voir
de tes besoin l’alerte rouge
dedans ton coeur.

A’ Iuliana

Image de prévisualisation YouTube

16 janvier, 2017

Flash Mob

Classé dans : 2017 — galatea @ 19:17
Image de prévisualisation YouTube

14 janvier, 2017

Alibis

Classé dans : 2017,Citazioni G. B.,Life — galatea @ 8:59

 

Risultati immagini per alibi abstract paintings

 

L’art peut devenir alibi, elle justifie les folies, légitime les excès.

g.b.

Les mots qu’on écrit sont souvent des alibis pour une existence qu’on est incapables d’accueillir.

galatea belga

Image de prévisualisation YouTube

7 janvier, 2017

Chiarori.

Classé dans : Amicizia,Amore,In English,Les autres,Life,Un peu de moi... — galatea @ 0:33

new_york_city_night_5x7_oil_on_panel_a2064601ada5adfa90e8eb966d2f89d5

 

Apro il mio chiarore all’immenso

cercando luci più possenti

per rendere visibile la via.

Troppe ombre, lunghe notti

orfane di albe

si appoggiano insidiose

sulle ore che stiamo cavalcando.

Un colpo di vento

e il sentieri intravisto

è già smarrito

e nessuno ha fiammelle

che non temono le tempeste.

Accostati

forse il manto di un ‘amicizia

può riparare l’esile bagliore

almeno per il tempo

di un istante da scoprire.

 

Glows

Let’s offer our glow

to the immensity

searching for stronger lights

to make visible the path.

Too many shadows

all  our  long nights

orphan of dawns

insidious lean on all the hours

we are riding now.

A gust of wind…

and the glimpsed paths

are  already lost

and  no one has flames

who do not fear the storms.

Perhaps the mantle

of gentle friendship

can  offer repair

to our  feeble glow

just for  the time

of an instant  before we go.

 

Lueurs
J’offre
mon étincelle à l’immensité

à la recherche des lumières plus puissantes

pour rendre visible le chemin.

C’est le temps de ombres

et nos longues nuits

orphelines des aurores

s’appuient insidieuses

sur les heures que nous chevauchons
Une rafale de vent …

et les chemins aperçus

sont déjà perdus

et personne n’a de flammes

qui ne craignent pas les tempêtes.

Peut-être le manteau

d’un ‘amitié douce

peut offrir une refuge

à notre faible lueur

juste pour le temps

d’un instant avant t’évanouir.

 

12345...79
 

Adorable Rencontre |
juno39 |
Du polar à lier |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Instantanés littéraux d'Afr...
| Réflexions pédagogiques par...
| Abandons