Galatea Belga Broderies

Bienvenue sur mon blog . Un peu de ma vie mais pas nécessairement le plus essentiel…

5 mai, 2017

Clovis

Classé dans : 2017,Amicizia,Amore,In italiano,Les autres,Life,Un peu de moi... — galatea @ 20:40

 

Risultati immagini per cats under the moon photos

 

Image de prévisualisation YouTube
Peut-être c’est mieux
si je te parle de ma feline
et de ses nuits
sur un vieux mur de pierres noires.

Quand son amie
la lune, phare, fait son retour
elle regarde les champs des ombres
les oliviers aux branches lourdes
et entends les chiens, nerveux, aboyer
sans une raison
comme s’ils avaient des ennemis
dans leur maison.

Le soir, Clovis quitte la cour
et lente s’en va prendre sa place
de spectatrice sans compagnie
sans miauler ou s’endormir
comme ses amis.

Elle est superbe
sa silhouette se dessine bien
entre les ombres de mon jardin.
Belle déesse sans adorateurs
elle joue le rôle de la feline
qui ose dire aussi un « non »
et elle se chagrine à contre -jour
fauve ecartée
qui ne comprend ce que l’accable
ce que l’attire
d’une lune mutine et mystérieuse
qui certaines nuits
se lève haute
et sa magie autor répand.

 

 

Lo so che è meglio

che ti racconti della felina

che solitaria, sotto la luna

sta sopra il muro di antiche pietre

e guarda i campi, gli ulivi stanchi

e ascolta i cani latrare, assurdi

senza nemici da allontanare.

Lei, quando è sera

lascia il cortile, la compagnia

degli altri mici

e prende posa, quasi  superba

come una dea senza fedeli

che assume un ruolo di gatta “non”

e si addolora, in controluce

da solitaria che non comprende

cosa la strugge

cosa l’attira di quella luna

che tutta sola, nel cielo alta

intorno a lei la magia spande.

27 avril, 2017

Solitudes et encens

Classé dans : 2017,In italiano,Les autres,Life,Non classé,Tristes,Un peu de moi... — galatea @ 13:18

Risultati immagini per civita bagnoregio

Chaque fois on participe à un funeral, ici dans la vallée, et surtout dans ce coin où j’habite, on a la sensation que le monde est en train de finir.

Ma vision collective de la vie, me fait rejour autant que souffrir chaque fois des modifications arrivent aux gens que je fréquente.

Ce que je viens d’écrire en effet est assez faux.

Ici on respire le même air, on passe devant les mêmes collines, et, peut être, on regarde la même ligne bleue au fond de la vallée, pour le reste chacun de nous vit sa vie inconnue aux autres et influencées par des contacts qui habitent ailleurs, en ville, à Catane, à Taormina ou partout dans un monde fragmenté et si different comme dans mon cas .

Au funeral de Mme Sarina, il n’y avait pas de jeunes.
Ils ne participent plus, sauf si un parent est malheureusement passé ou est mort un jeune à cause d’un accident de voiture.

Les jeunes vivent leur longue jeunesse, souvent aidés pars leurs parents ou leurs grands-parents.

Ils ont les mêmes habitudes de boire de la vodka et fumer ou utiliser Internet ou leur Iphone comme tous les autres jeunes .
Iils détestent se retrouver dialoguer avec les adultes qui ont leurs volés leur futur et le plaisir de grandir.

Fuir, Fuir, possibilement à Londres est le rêve normal.
Des fois, les plus audacieux, croient vouloir vivre en Espagne, car c’est plus simple pour la langue, le climat

Personne ici se marie plus.
On voit des couples, formées il y a dix, quinze ans, mais les filles ont peur d’avoir un enfant, leurs compagnons préfèrent rester les sujets adorés d’une femme toujours appétissante, assez en forme et libre de sortir avec leurs amis.

Quand on se retrouve à un funeral, le seul rituel qui nous voit encore réunis comme communauté, on a la sensation d’un être une masse assez homogène de rugueux qui vont se passer le témoin dans quelques mois, année ?

Nos regards, presque éteints, montrent une insatisfaction différente pour chacun de nous mais égalitaire qui nous imbibe et nous passe le marque de M……i avec des racines inoubliables, mais en même temps des sans patrie, car tout ce qui nous aidait merveilleusement, à etre groupe humain qui savait vivre ensemble est désormais fini.

Désolée pour ce petit texte informe et sans une vraie logique.
Je n’ai plus le temps pour écrire dans une langue étrangère.
Tout autour de moi semble m’inspirer l’écriture, la poésie, mais, en même temps, tout semble éroder mes réflexions ou simplement quelques instants de magnifique solitude.

 

 

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

19 avril, 2017

Ciauda Musica Siciliana World Music

Classé dans : 2017,Amicizia,Les autres,Life,Un peu de moi... — galatea @ 19:40
Image de prévisualisation YouTube

24 mars, 2017

A fimminista siciliana

Classé dans : 2017,In italiano,Les autres,Life,Un peu de moi... — galatea @ 16:19

 

Risultati immagini per anna magnani

E mannaggia quannu nascemu fimmini !

Avemu vogghia di lamintarini

i cosi i fari su sempri ddà :

davanti all’occhi pi ffarini dispettu

o pi ricuddarini ca ‘nta stu munnu

ci sunnu chiddi ca sinni sciddiccunu

e quannu tempu pari ca non cci nné,

friscunu, dommunu a tinchité !

Ammia mi pari …

ca stu munnu è stottu

e jò vulissi  darici na ddrizzata

mittennu u focu di tanta vuluntà

iuncennu a  ‘nticchià di onestà

di cumprenzioni e di sincerità.

Ammia mi pari…

ca a fini du cuntu

i fimmini su sempri chiddi

ca restunu arreti

facennu subbizza, travagghianu fora

criscennu figghi comu principini

pinzannu e vecchi

ca non hannu cchiù valia

pi nnesciri fora

e sunnu suli, spittannu a morti

scurdati i tutti, pusati  nta na gnuni.

Jò sugnu fimmina

ma non sulu  mugghieri

ca vulissi scriviri tanta a puisia

di cu po’  ridiri o stari all’ummira

taliunnu u mari senza troppu pinzeri

vulennu diri qualchi cosa divessa

ammenzu all’omini

ca iannu a coppula e a chiavi bbona

pi  trasiri unni iè gghié

Ma… sugnu fimmina ca non voli tragedii

e allura pigghhiu na bella cichira

china sula  i café

e poi mi carricu , ancora na vota

u pisu i   chiddi

ca mangiunu, bivunu  e sinni fregunu

di cui iè gghié.

 

Scritta in dialetto mitogese, tra la provincia di Messina e di Catania.

La femminista siciliana.

E accidenti quando nasciamo donne !/E inutile lamentarci/ le cose da fare restano davanti a noi:/davanti agli occhi per farci dispetto /o per ricordarci che in questo mondo /ci sono quelli / che svicolano sempre7 e quando sembra che non ci sia tempo / fischiano, dormono a sazietà/

A me sembra…/che questo mondo sia  sbagliato/ e io vorrei dargli una raddrizzata/mettendoci il fuoco di tanta volontà/ aggiungendoci un po’ di onestà/ di comprensione/ di sincerità.

A me sembra../

Che alla fine della storia/le donne sono sempre quelle/ che restano indietro/ occupandosi delle faccende/ lavorando fuori di casa/ crescendo figli/ come principini/che non ce la fanno più/ad andare in giro/e stanno soli/aspettando la morte/dimenticati da tutti messi in un cantone.

Io sono una donna/ ma non solo una moglie/e vorrei scrivere della poesia/ come quelle donne  che possono sorridere o stare all’ombra a rimirare il mare senza troppi pensieri/volendo dire qualcosa di diverso/ anche tra gli uomini/che hanno la coppola e la chiave giusta/ per entrare ovunque/.

Ma sono una donna che non vuole drammi/ e allora prendo una tazza /piena solo di caffè/ e poi mi carico , ancora una volta/il peso di coloro/ che mangiano, bevono e se ne infischiano/ di tutti quanti.

 

22 mars, 2017

Standing in love

Classé dans : 2017,Amicizia,Amore,Les autres,Life,Un peu de moi... — galatea @ 2:35

13 mars, 2017

Azur de plomb

Classé dans : 2017,Amicizia,Amore,Les autres,Liens,Life,Tristes,Un peu de moi... — galatea @ 22:24

Azur de plomb dans 2017 17264610

Un ciel gris sicilien
suffoque l’azur poudré habituel
et ma tête , volcan éteint d’idées
saisit un vers passager
pour l’envoyer à mon Manitube

J’essaye
avec une pince d’ironie consequentiale
de tuer mon désarroi de saison
une longue saison
sans fin en vue

De la musique marteau
fracasse
mon récent entrepôt de tristesse
et je cueille ses débris
rélevant mon gant pour défier
la Nature puissante
qui avance,domine,  sans me connaître….

Image de prévisualisation YouTube

3 mars, 2017

Malinconia fruttifera

Classé dans : 2017,Amore,Les autres,Life,Un peu de moi... — galatea @ 16:41

Edvard_Munch_-_Melancholy_1894-1200x899

 

Insieme alla mia malinconia

attraverso gli anni

poggiandomi su strapuntini di gioia.

E’ l’extra che segna il tempo

in un grande lago di ovattata sobrietà.

Le mani gelate dalla consuetudine

alle rinunce

afferrano con incertezza

lo spensierato che avanza

ormai quasi sconosciuto.

Augurami

il coraggio di lasciarmi andare

e di ricordarmi che posso essere anche felice.

 

Image de prévisualisation YouTube

28 février, 2017

Anche nell’altro giardino…

Risultati immagini per erba vento

 

Un filo di  luna rischiara il giardino

e intanto piove

e soffia il vento

genius loci che cerca rifugio.

La mimosa è morta.

Cosi, all’improvviso

ha ignorato febbraio

e non ha più indossato

i suoi accenni di verde

promessa di un’altra primavera.

Il mandarino, afflitto

è impallidito e le sue foglie stanche

si staccano all’arrivo del nuovo giorno.

Sono sparite, marcite

le piante tropicali

quelle dalle foglie larghe

dal verde lussureggiante

presenza sensuale in un giardino

piuttosto monacale.

Restano, secolari, gli ulivi sentinelle

di un mondo che scompare

senza aver mai conosciuto lo splendore.

Abbonda. tra i muri in pietra

l’ignara erba vento

sinonimo di incuria e di abbandono

che regna sovrana insieme alle lucertole

e una  solitaria, nostalgica,  fallita .

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

21 février, 2017

Indulgence ou Lâcheté ?

Classé dans : 2017,Amicizia,Amore,Citazioni G. B.,Les autres,Life,Un peu de moi... — galatea @ 9:32
Image de prévisualisation YouTube
Mes faibless poussent toutes seules, pas nécessaire de les cultiver.

 g.b

Si la poésie devait m’aider à devenir encore plus indulgente envers mes faiblesses je la jèterais aux orties.

galatea belga 

 

27 janvier, 2017

Teresa e le altre

Classé dans : 2017,Amicizia,Amore,In italiano,Les autres,Life,Tristes,Un peu de moi... — galatea @ 22:14

 

download

 

Teresa è sola,  da due anni ha

un cane amico, una L.I.M.

a scuola

e la paura di tornare a casa, ormai  troppo sola.

Sara parti, verso una Sparta antica

un mezzo sogno spezzato a fondo

dentro quel taxi diretto all’ospedale

e un sorteggio per chi

può ancora vivere o chi non fa ritorno.

Lisa è rimasta attaccata al suolo

i sogni sono  volati  via un giorno d’autunno

dietro quel marito scrittore. molto figlio

e, soprattutto, compagno senza impegno.

Beba ha tanto amato

cercato l’altro sogno con rabbia vorace

ma con un fil di leggerezza,

perché… si sa come va il mondo !

Serena…battuta tante volte

rinata puntualmente

un’araba fenice col cuore esposto al Sud

ma grata al freddo Nord

dal quale è lusingata e non le chiede

tanto in fondo.

Marina, da Parma, appena

ha aperto gli occhi, ha preso un lungo volo

e, ora,percorre in lungo e in largo

le rive del Tamigi

ombrosi viali  vittoriani

e cuori aridi di un luogo

alquanto chic ma senza un salvapiume

per chi sa dare tanto

e mai ha imparato a chiedere altrettanto.

Ci sono pure io…

nascosta in una Valle.

A volte ho in mano il cielo

azzurro e senza fondo

ma spesso mi ritrovo

con gli occhi verso il basso

cercando di trovare in mezzo a tanto fango

un fiore o una radice ancora intatta

e pronta a germogliare in qualche altrove

ma senza più la rabbia o la tristezza

come nutrimento.

 

Version français modifiée.

Teresa est veuve, depuis deux ans.

Elle vit, loin de ses enfants, avec son chien

un T.B.E. dans son école

et peu d’envie quand doit rentrer à sa maison.

Sara parti, pour une Sparte ancienne

un mari grec, plutôt contente

mais fut un taxi qui ecrasa

ses quelques reves sans pretentions

pendant la route pour l’hôpital

et fut la sort à decider que Argirò

pouvait encore vivre.

Lisa est restée attachée au sol

ses ambitions on prit le vol

un jour d’automne en épousant

l’homme écrivain, surtout un fils

un compagnon sans obligations.

Beba, la belle, a tant aimé

ses reveries sont devenus clips secrets

sa rage vorace envers la vie

toujours ornée par la lumière,

parce que c’est ainsi qu’on peut cacher

les zones en ombre.

Pascale …, l’amie, anéantie,

au moins trois fois

renée toujours comme un phénix

avec son cœur ouvert au sud

mais toujours « grata » aux Terres du Nord*

car là on peut vivre

malgré les hommes.

Marina, de Parme, à peine ouvrit

ses yeux marron, parti toute seule

connaître le monde.

Elle a arpenté de la Tamise

les vertes rives

et d’un village victorien

aussi les cœurs plutôt arides meme si chic.

En Italie, elle a oublié le sauveplumes

outil essentiel pour celles qui

donnent leur vie sans avoir appris

à demander , à se faire apprecier.

Et il y a aussi moi …

cachée, vivante, dans ma vallée.

Parfois, je serre entre mes doigts

un ciel si bleu, presque infini

mais plus souvent

mes yeux baissés

je cherche anxieuse dedans la boue

une fleur ou une racine encore intacte

prête à germer dans quelque ailleur

mais sans la colère ou la tristesse

comme nourriture.

(Synoyme, inventé, pour definir Les Pays Bas)
sauveplumes, mot inventé pour dire sauve vie.

Image de prévisualisation YouTube

12345...22
 

Adorable Rencontre |
juno39 |
Du polar à lier |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Instantanés littéraux d'Afr...
| Réflexions pédagogiques par...
| Abandons