Galatea Belga Broderies

Bienvenue sur mon blog . Un peu de ma vie mais pas nécessairement le plus essentiel…

29 novembre, 2010

Vent d’hiver

Classé dans : Tristes — galatea @ 22:08

 

 Image de prévisualisation YouTube

 

La brise légère d’un jour d’été

Soudain s’est arrêtée

Arrive, impétueux

Un vent d’hiver

Ma fronde fructueuse

Soudain est coupée

Mon corps est un arbre

Aux branches dépouillées

 Car de n’être aimé il a décidé

Un triste ballon

Vidé d’oxygène

Mon coeur est une pomme

Sans pulpe et jaunie

Qui ondoie et frissonne

Au gel de l’hiver

 Ils disent les sages

Qu’il y a le présage

D’un jour sans nuages

Qui annonce l’été

J’attends…

18 gennaio 2009

20 octobre, 2010

Le reseau

Classé dans : Tristes — galatea @ 15:39

Image de prévisualisation YouTube

Un coup d’oeil au dehors

de ce train du matin

pour fermer des pensées

affolées

en déroute

Un réseau en acier

juste en face

laid abri pour centaines

d’anonymes bicyclettes

Peu derrière

quelques troncs

presque invisibles

au dessus de la structure

leur courtes branches

d’arbres jeunes

font danser leur petites

feuilles déjà ourlés

d’un fil de jaune

Des oiseaux semblent fuir

au signal du changements

l’air est grève des nuages

qui ont les seaux prêt a vider

Puis le ciel

soupirant encore une fois

laisse aller toutes ses larmes

éphémères et ruisselantes

l’eau qui coule couvre d’argent

et d’une loueur nobilisante

un sol laid de  cément

et les creux d’une banlieue

au coeur d’amiante

11 octobre, 2010

Rhinocéros

Classé dans : Tristes — galatea @ 14:13

Entends –tu cette nuit
Entends -tu comme une flûte qui gémit?
Fredonne-elle dans le noir
comme un triste désespoir?

C’est le temps
laisse aller
tes doux rêves
ta passion

Laisse aller
tes élans
tes attentions

Dans les creux plus secrets
dans une anse bien cachée
tu retrouves abandonnées
vides formes, mots apparences
comédies et farces amères
mises ensemble
presque collées
par un fil de sève noire
une sincère mélancolie

Dans le tronc du vieil olivier
un trou grand, noir profond
montre clair son abandon
et souligne son départ
sans retour
un vrai adieu

Vite efface
puis ignore
tout ce vide sans un nom

Prend ta vie encore en main
cherche encore des forces nouvelles
pour vivre seule
ta grande peine sans un mot
comme un vrai rhinocéros

28 giugno 2010

Fragilité

Quand les vents reviennent
Encore forts
Sur cet arbre essoufflé
Renversant une rage brutale et imprévue
Ses feuilles
Ses branches
Sans cesse agitées
Laissent ouïr les murmures de sa peine

Quand
Comblé de gentilles caresses
D’un soleil généreux et constant
Ou trempé par la pluie ruisselante
Il grandit de toute sa fronde reconnaissante
Sous ses saines verdures invitantes
Il protège et offre l’abri
Aux âmes en quête de paix
Pour un équilibre et une union
Dans un cadre naturel et harmonieux

Cet arbre
Ce chêne
A l’image orgueilleuse puissante
Vit et prospère comme tout être vivant
Soumis
Aux attaques du temps
Aux aléas d’une vie qui est toujours dépendante
De sa force
De sa propre substance
et en même temps
Des égards
Des attentions
Et belles cures
D’un milieu qui ne peut ignorer
la seul loi
permettant de bien vivre:
un amour sans limites pour l’autre

10 octobre, 2010

La pionnière du silence

Classé dans : Tristes — galatea @ 15:31

 

F. Cabrel . C’est écrit Image de prévisualisation YouTube

La pionnière du silence dans Tristes alnwickmarketplacesnown

Une couche d’ouate
Envoûte
La ville anonyme
Une couche de blanc
Qui cache
Recouvre
Élans et soupirs
Une femme
La tache
Laissant
Ses empreintes
Nouvelle pionnière
D’un monde
Qu’ignore
Ses peines
Ses cris
Dedans cette couche
Édredon d’émotions
Résonnent
Loin
Ainsi suffoquées
Émotions et pensées
A’ l’heure
Que chaque seigneur
Réclame son lit
Elle ouvre
Un parcours
Inédit
Qui pour les maudites
Devient le passage
Pour le monde
Du non dit

Hasselt,chute de neige du 30 janvier 2010

5 octobre, 2010

La note bleu

Classé dans : Les autres,Tristes — galatea @ 22:07

La note bleu dans Les autres blueplanet 

Image de prévisualisation YouTube 

dans la majestueuse symphonie de l’univers

un instant s’évanouit
sans écho
absorbé, capturé, annulé
sublimé?
Et pourtant ici, dans la boule bleue
qui tourne sans cesse
un creux, une fracture vient de se former
laissant flambeaux d’émotions
qui s’amenuisent
à chaque retour du jour
Nous regardons pétris
ce puissant invisible
qui nous efface

Nous
les notes, les accords d’une page
des instants sublimes
registrés
comme un rien
traversant l’infini

A Bartolo, 4 maggio 2010

4 octobre, 2010

Je te regarde

Classé dans : Tristes — galatea @ 18:37

Je te regarde dans Tristes thayer118

Je te regarde
Tes voiles à moitié
T’embarquer pour l’énième croisière
Entre le port
T’es le roi des ébats dans les mots
Sans folie , sans futur
Tu remets ton plumage
De paon le plus beau
Majestueux, talentueux
Sans coutume
Plein d’espoir elle rêve, oh chère
D’inventer l’immortel , l’absolu
Je regarde
Sans soupirs ,sans demande, sans méprise
Nos appâts, réciproques
Restent là
Dans les plis de nos coeurs
Qui un jour nos esprits
Ont permis de se voir
De leur voiles dépourvus
Je suis là
Mes étreintes, sans passion
Qui s’accroît interdite
Immuable dans le temps
Mon regard, ma tendresse
De maîtresse d’émotions
Te suivront amoureux
Jusqu’au au seuil
D’au delà

A’ C. M. 30/01/2010

3 octobre, 2010

Une subtile melancolie

Classé dans : Tristes — galatea @ 23:29

Image de prévisualisation YouTube 

Une subtile mélancolie
Vient imprégner mon humeur
Rendre sombres mes pensées
Denses, grises les nuages
Forment un front suspendu
Comme un toit de désespoir
Recouvrant notre passion
Et annonçant la fin d’un cycle

Quand la pluie je vois descendre
Je te sens si distant…
Ton silence, ton absence
Font mon monde triste froid
Ta lumière tu as voilée
Et pour moi n’est plus une source
C’est un rien,  une faible lueur
Dans l’orage de mon cœur

La symbiose, notre osmose
Est annulée, ravagée
Désormais sans nos cures
Use ton encre sympathique
Pour me dire, annoncer
Tes désirs encore cachés
Je serai  ta femme flamme
Aux soupirs révélateurs
Laisse-moi encore entrevoir
Tes mots pleins de douceur
Ta malice,  ta pudeur ou
Un je t’aime surprenant
Mords mes lèvres
Inhale mon âme

Nos faiblesses, notre peur
Notre rester dans la confort-zone
Ont  effacé notre tendre chemin
Retraçons une nouvelle route
Au delà de la  raison
Et de nos corps horizon

Imaginons un autre monde
Où les rêves sont aux commandes
Toi et moi sans notre amour
Nous sommes robes de haute couture
Négligées et sans finitudes

1...56789
 

Adorable Rencontre |
juno39 |
Du polar à lier |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Instantanés littéraux d'Afr...
| Réflexions pédagogiques par...
| Abandons