Galatea Belga Broderies

Bienvenue sur mon blog . Un peu de ma vie mais pas nécessairement le plus essentiel…

5 décembre, 2011

Les érables chauves

Classé dans : Amicizia,Autunno,In italiano,Les autres,Life,Tristes — galatea @ 18:09

 Les érables chauves dans Amicizia 807c1610

Image de prévisualisation YouTube

Gli aceri calvi , troppo in fretta invecchiati

Mostrano fragili i loro rami nudi

E quando il vento impietoso soffia

Tremano tristi

Cicatrizzando i loro nodi sensibili

I sicomori , troppo presto traditi

Dalle loro parure , dal loro verde ornamento

Ricevono la pioggia come delle vittime

Serrano le loro fibre per poter resistere

Al freddo e alle lunghe gelate

Gli alberi calvi, troppo presto provati

Nascondono le loro pene, si ritrovano soli

Sognano il giorno in cui tutto rivive

Quando potranno encora una volta

Realizzare le loro fantasie

E con una Lei infine rifiorire

Les érables chauves, trop tôt vieillis

Montrent fragiles leurs branches nues

Et quand le vent sans pitié souffle

Ils tremblent sombres

Cicatrisant leur noeuds sensibles

Les sycomores , trop tôt trahis

Par leurs parures , leur vert ornement

Reçoivent la pluie comme des victimes

Serrent leurs fibres pour endurer

Les froids , lhiver, les longues gelées

Les arbres chauves , trop tôt exposés

Cachent leurs peines, se retrouvent seuls

Rêvent dun jour tout revit

Quand ils pourront leur fantaisies

Encore une fois réaliser et avec un’ Elle enfin feuillir *

* mettre les feuilles

Dedié à mes amis divorcés ou quittés par leurs femmes qui avaient besoin de se réaliser.

29 novembre, 2011

Lorelei – Volubile serenité -L’ Albatros & L’Ablation…

Classé dans : Les autres,Life,Racconti/nouvelles,Tristes — galatea @ 23:43

 Lorelei  - Volubile serenité -L' Albatros  & L'Ablation... dans Les autres images11

Le capitaine douteux, contourne la falaise

Son mythe lui rappelle la belle aux mots de braise

Ses griffes de passion

Sa langue lame audace

Le capitaine évoque

l’Océan et ses tempêtes

Et les récifs brisants

Pour son navire fragile

Jouer avec les vagues

Est jeu pour imprudents

La belle Lorelei attend sa proie ultime

La preuve de son charme qui brûle de l’autre l’intime

Mais d’un navire jouets des flots plus dangereux

Tout pres d’une muraille

Perdant le contrôle

Ne restent que des écumes

Et  l’homme  là, va faire son naufrage fatal

Noyé dans l’amertume

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

arbre-10 dans Life

Viens habiter ce silence , ce calme

Avec tes pas et ton mystère

D’homme amoureux

Viens puis voler

De ces silences les notes des âmes

Et la brume de l’attente

Pour t’enrouler autour de moi

Tendre Volubilis

Viens encore danser

Dans les spirales

Des nos envies

Qui blanches montent

Pour s’exposer à la lumière

Au vent calinant et  doux de cet éther

Hasselt 01/12/2011

Image de prévisualisation YouTube

L’Albatros

Si je reste en silence , je t’entends fort et clair.

Je ressens tes peurs ;  ta tristesse et ta mélancolie m’envoûtent, comme un drap qui me protège.

Je baisse les paupières et je te vois , ma lumière.

Seul, avec tes mots et tes pensées qui fuient pour me localiser , figer.

Éloignée , je te rejoins ailleurs , nous convergeons nos élans , nos envies , nos besoins

J’aime te retrouver loin du tintamarre, ta voix se fait plus intime , plus claire.

Minimaliste , je préfère abstraire et souligner l’unique. Le vide te fait devenir immense.

Ma fenetre est un lac de brouillard , un albatros la traverse, il est magnifique !

Ablation

*** Cette ablation  devait etre seulement un billet , d’adieu.

 Elle demande maintenant de devenir autre chose. Pardonnez- moi ses progressives modifications.

Voyons les premiers personnages reflétés de Mauesia.

1-Etoile Duchamp

2-Osansuelle

3-Sean Grattant

4-Laveuv Nuar

5-Lord Tanné

6- Lastra  Nièra

7-Lerein Dumonde

8-Lesigne Noble

9-Aisselle Dusoufre

10-Nebulosae Bilieuse

11-Drapemouvante

12-Vadis  Quo

13-Coulisse Froide

Exila a du temps car sa vie en exile a coupé ses racines. Elle cherche des lapins, quelque chose de parlant, ou des êtres pour apprendre.Curieuse elle veut explorer insouciante , transparente , même heureuse . Elle trouve seulement des chasseurs engagés dans la pose de pièges au senteur de putride et d’appâts vénéneux.

Un chasseur puis la frappe, il a tout l’équipage des lapins de l’entourage et pourtant sa lumière a une couleur plus sincère, malgré tonnes de rudesses et un esprit qui farouche de la délicatesse fait souvent main basse.

Elle s’arrête, puis retourne , comme suivant une voix qui voulait tant lui dire. Si parler d’Exila est la passion , écouter est devenue sa nouvelle profession, elle donc , se plonge désireuse de comprendre et de voir ce que l’homme tient caché comme un doux,  grand secret recouvert d’étranges maux.

Pour Exila le miroir changeant est un vrai cordon ombilical . C‘est par qu’elle voit tout son monde qui loin bouge  et continue. .

La belle glace aux mille reflets lui montre toutes les images pour combler ses appétits et les justes connexions pour la  faire devenir une belle  source  de transmission.

Curieuse à souhait, elle revient  voir dedans ce miroir mystérieux, le trouvant étrange ,

troublant quand des âmes inconnues il   fait entrevoir leur reflets pur .

Dans les couloirs….

Elle ne réussit pas bien à distinguer les reflets du réel , quand  des pharaonnes foutues ,passent devant ses yeux  causant un vacarme de voix ,  de courses et  hauts cris .Le coq du jour fait le matador avec son unique  espradrille empreignés de suc aigre doux  et une pharaonne semble particulieremt aimer le sucer.

Peu loin, comme des  petites vagues , ondoient des sirènes, leurs yeux brillent de malice .A chaque passage, elles se déhanchent langoureusement, et les sortes de tremblements qu’elles font avec tout leur corps  fait a

pplaudir ,  hurler de joie les barbagiannis réunis comme une jurie.

Premier miroir

Une machine de barba à papa monte le sucre et deux jolies dames le distribuent à chaque passant , diabétiques , ours . Le lapin crétin sourit tranquille  et dans ce coin on respire le doux.

Exila tousse, presque suffoquée regarde encore les propositions du coin à sucre : il font seulement du barba à papa, quelle barbe !!

Deuxième miroir.

Deux ,quatre notes qui arrivent de loin,  le chant est triste , les notes sont bien, on croit d’entendre des oiseaux qui chantent et la rumeur d’une puissante rivière. Sean Grattant joue une petite  cetre , le laurier autour de sa tete , fait comprendre qu’ il est titré, somme mauete avec le degré.

A son cotè droite de  grandes oiselières avec des colibris et à la fenêtre les jaunes rideaux  semblent se   gonfler orgoilleux de sa présence.

Dans le couloir…

Un premier bilan : quelle confusion ! Et le langage spécialisé tisse du fume  sans qualité.

Troisième miroir

La sacerdotesse Lerein Dumonde fait son sermon , tous s’arrêtent pour mieux l’entendre . Elle a disciples qui la comprennent et puis divulgent son  un Artdedire Ais Eaux Teriques que elle promulgue montrant ses reins , qui font suprêmes,  le soutien du monde,  version féminine de Atlante avec le focus deplacé juste un un peu plus bas.

Quatrième miroir.

Dans son for Lord , Lord Tanné élucubra et pondéra.

Un oeil au passé , il détache de morceau de Soi et le transforme en Moi , celeste version de Lui, de Toi… Ah quelle concentration, concertation , c’est l’harmonie du Nous, du Vous du EUX !!!

Dans le couloir …

Exile  de se rappeler ce qu’elle entendait autrefois comme Mauesie.

Elle n’a pas de grands souvenir , un peu de Dante … « l’Amour che move il sole et l’altre stelle » …Un peu de Leopardi, « et naufragar m’est dolce in questo mar… »

du Neruda…

C’est le matin plein de tempête
au coeur de l’été.

Mouchoirs blancs de l’adieu, les nuages voltigent,
et le vent les secoue de ses mains voyageuses.

Innombrable, le coeur du vent
bat sur notre amoureux silence.

et encore brindilles d’auteurs qui ont construit son âme, l’ont émue , l’ont définie , l’ont préparée à aimer , et vivre.

Mais l’air de e  a un parfum étrange , une essence de testostérone diffusé par le vent , chaque fois qu’on ouvre la fenêtre.

Est-ce normal ? elle se demande . Est-ce la Mauesia qui fait libérer cette hormone du corps des êtres masculins du lieu ?

Trop de questions et elle n’a pas de réponses.

Image de prévisualisation YouTube

6 octobre, 2011

Lo stagno

Classé dans : Tristes — galatea @ 12:27

Lo stagno dans Tristes dsc03410

Vagando nello stagno

ho perso la mia voce

Se per parlare ancora

devo rimestare  acque putride e corpi di carogne

preferisco tacere…

9 septembre, 2011

Même

Classé dans : Amore,Tristes — galatea @ 9:53

Même dans Amore 0710 

 

Image de prévisualisation YouTube 

Image de prévisualisation YouTube

Ta compagnie m’est

si précieuse

et ta présence met à mes jours

des accents fous

des notes sereines ,

et en plus prepare

pour mon futur

des jours sans peines

Mais

ton âme profonde est

si multicolore

un jour bleue noire

demain en  mauve

ou en marron  d’ires accablantes

Ton vert souvent devient

vert désespoir

ton rouge a

des longues nervures

presque incendiaires

 

Et puis tes vents

tes soudaines envies

éradiquent tout

même ma folie

de voir en toi

l’etre bien tendre

dont l’amour fait

ma vie complète

ma vie assouvie

 

27 août, 2011

Danse verticale

Classé dans : Amore,Les autres,Tristes — galatea @ 14:46

Danse verticale dans Amore 8018-110 

 

 Image de prévisualisation YouTube

 

Danse verticale

Inarrêtables
les larmes gorgent
Comme fontaines silencieuses
Ta tristesse est la mienne
Et impuissante
Je me noie
Dans le lac
De nos pleurs
Un instant de faiblesse
Et ma tour orgueilleuse
Croule en mille débris
Empreignés de douleur
Mais je prends la distance
De mon âme pleurnicheuse
Et demain je ferai une danse à la vie
Verticale et impétueuse
Pour reprendre
Dans mes mains
Mon destin de danseuse
Dont le rythme vient coupé
Mais qui jamais se résigne
À quitter de ce monde
Sa scène changeante
Si labile mais engageante
Dont les chorégraphies
Imprenables et merveilleuses
Laissent mes sens étourdis
Et toujours désireux
De ce jeu continuer

Taormina, 27 agosto 2011

2 juin, 2011

Hamzeh, l’enfant martyre syrien

Classé dans : Les autres,Life,Tristes — galatea @ 17:18

 Image de prévisualisation YouTube

Hamzeh, l’enfant martyre syrien

 

 

Les bleus d’un corps
D’enfant meurtri
Qui jamais plus reverra
Le ciel

Son cri, son defi
De jeune opprimé
Fut suffoqué
Par la violence , atroce brutale
Et les horreurs qu’il a subi
Par la police de son pays natale
Sont une honte , une indignité
Pour l’humanité entière

Mon coeur écoute
Le chant amer d’autres coeurs
En peine , souffrants
Ils ont un lien , comme une chaîne
Dont les boucles brûlantes
Sont des mensonges
Qui tuent de l’homme
L’ecrin precieux:
Sa confiance
Dans les autres hommes

La vidéo de l’enfant , disponible, est vraiment impossible pour moi à voir…

10 mai, 2011

Du brouillard trop dense et gris…

Classé dans : Tristes — galatea @ 23:39

 

Du brouillard trop dense et gris... dans Tristes pascol10

 

Image de prévisualisation YouTube 

 

 

 

 

Un brouillard dense humide
Met encore les rideaux gris
À Hasselt ce matin  

 

Le soleil sur le canal
Anémique, non plus superbe
N’est qu’une lune pale
Et inquiète

Au passage des voitures
Les frondes baisses de l’avenue
Font un sursaut, comme effrayées
Et leur vert si luxuriante
Me rappelle du printemps
Qui régnait juste hier

Les façades rouges brunes
Sont luisantes et humectées
Par les larmes de tristesse
D’un étrange jour de mai

En moi, frêle et un peu déçue
Seul s’abrite mon pauvre coeur
Fatigué par longues attentes

Et l’envie de m’endormir ou  d’oublier

tout ce vacarme

devient vive , se fait pressante

29 avril, 2011

Trop loin de la rive

Classé dans : Tristes — galatea @ 5:28

 

L’infiltration de tes détresses
a fait écrouler
les dures parois
du réservoir de ma tristesse  

  

 Maintenant je me noie
dans de vieilles peurs
et sales angoisses
car j’ai perdu
mes forces-envies
pour resurfer ou
essayer encore de nager

Trop loin les rives où me sauver
et imperceptible la douce musique
qui pouvait inspirer
un peu d’espoir, me faire lutter
contre ces courants
puissants et amers

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

26 avril, 2011

Sans actions- L’amour nu

Classé dans : Tristes — galatea @ 21:56

Sans actions- L'amour nu dans Tristes tamara10 

 

 

J’ai chassé mon bonheur

et je pousse les heures

au dehors de ce seuil

J’ai une envie arrogante

de créer à l’instant

comme un vide d

pour augmenter nos distances

et tracer

profond

un grand creux immaculé

Je voudrais encore t’écrire

mais sur une tabula rasa

sans aucune halos

ni ombres

ou confusion de présences

Et dans l’air

je sais

vibrent encore en suspension

nos mots doux enlacés

mais mon coeur je voudrais fort serrer

se volets refermer

pour oublier que moi aussi

j’ai besoin de t’aimer

**********

 

Image de prévisualisation YouTube

L’amour nu

Les non-dits

on formé

une bague de glace

qui resserre mon âme

et en vain je m’écroule

le lourd poids du silence

Avais-je le pouvoir

de briser cette barrière

de mots doux mais

peut-être insincères

je pourrais enfin

voir ton âme vraiment nue

sans plus fards inutiles

mais encore sensible

pour comprendre un amour

qui n’a rien à cacher

 

Image de prévisualisation YouTube

23 avril, 2011

Et la lune pale vient editer

Classé dans : Tristes — galatea @ 15:58

 

 

 

Et la lune pale vient editer dans Tristes 23299710

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Image de prévisualisation YouTube

Dans la vallée des mots fluides

coulent poisons, passions amères

et délicieuses gouttes de miel

d’essences  d’alcools, brûlants désirs

et leurs mélanges

toujours variables

laissent les gens ivres ou malades
Dans la vallée des mots fleuris

coulent, débordent

versent langueurs

détresses de cœur

et des courants de fraîche douceur
Quand un rocher

arrête sa course

crée un miroir, un lac d’espoir

et chaque lettre reprend son poids

donne le ton

devient la clé

d’une œuvre complexe

tressée, émaillée

de perles qui,

une à une viennent envoyées
Et quand pâle la lune vient  éditer

dans l’eau reluisent

sentences, vers

poèmes entiers, rêves accomplis

ou cauchemars qui à ce moment semblent infinis

Taormina, 23 aprile 2011

1...678910
 

Adorable Rencontre |
juno39 |
Du polar à lier |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Instantanés littéraux d'Afr...
| Réflexions pédagogiques par...
| Abandons