Galatea Belga Broderies

Bienvenue sur mon blog . Un peu de ma vie mais pas nécessairement le plus essentiel…

5 octobre, 2010

Cartographe

Classé dans : Printemps — galatea @ 23:31

 

Cartographe dans Printemps cartografia 

Tu dessines lentement
Un paysage bien connu
Confirmant ses confins d’un regard de volupté
De cette île aux côtes sinueuses
Tu inspires gourmand
Ses brises
Son parfum de fleurs d’orange
Ses nuits de jasmin embaumées
Tu distilles méticuleusement
Une huile essentielle

Sous tes doigts d’artiste ému
Cette terre retourne en vie
Ses endroits les plus cachés
Son volcan en éruption
Pulsant
Et prennent du rythme transformant à l’unisson
Le courant émotif
Les enivrantes sensations
En hommage
De ta touche
De ton passage
De ta dernière reconquête

Harpes sans vent

Classé dans : Printemps — galatea @ 14:58

Et les jours passent lentement
Trop lentement pour nous
Et des gouttes invisibles créent des creux entre nous
Là où la joie autrefois y fleurait
On y trouve du blues
Un brouillard gris trop épais qui recouvre
Et rouvre de vieilles plaies pourries
De nouvelles blessures

Et j’écoute impuissante de ta voix affaiblie
Ton récit d’une vie devenue un exil infini
Et ta flamme s’amenuise chaque jour un peu plus
Et je perds mon soutien
Ma seule force constante
Devenant à mon tour telle une ombre impotente

Loin de l’autre devenons seulement une triste expression
Une beauté potentielle qui a perdu son éclat
Nos deux âmes deux harpes
Sans le vent qui les joue
Toi et moi

31 maggio 2010

Deux ruissseaux

Classé dans : Printemps — galatea @ 14:37

Toi et moi, deux ruisseaux,

qui descendent murmurant leur chanson,

leur amour pour la vie.

En passant entre roches, ils caressent les fougères,

créent et donnent nourriture à une mousse de velours.

Leur descente , sur deux rives,

est une danse de sautelles et petits tours.

Quand autour, les vivants

passent et les entendent fluer,

l’harmonie , la fusion de leurs eaux,

c’est le chant mélodieux de deux âmes ,

d’une rencontre sans limites ,

dont le but , le plaisir, c’est donner

pur amour

Cet amour entre nos mots

Classé dans : Printemps — galatea @ 8:09

Une attraction fatale de genre magnétique
Attrape de nos âmes les mots qui sont uniques
Ils sont de nous typiques
Et montrent sans leurre de nous le plus authentique
Moi qui aime vivre bien
Souvent sans les contrains
D’une vie qui passe et accable
Je me retrouve pleine
De mots qui fuient et débordent
En toutes directions mais enfin je vois souvent
Qu’ils vont se retrouver pour faire un seul serment
Je vois que toi aussi
Résistes à cet influx ainsi tu mêles et fait
De tous nos mots un infus
Un super *bévatron de notre vrai langage
Qui montre de nos âmes
Le grand bonheur intime, enfin le vrai partage

*Bévatron:accélérateur des particule

Tu y crois?

Classé dans : Non classé,Printemps — galatea @ 0:26

Tu y crois? dans Printemps imagesca5pj3lx

 

Tu y crois?
Chaque jour de vrais rêves elle achève
comme robes de haute classe
Ils sont là, alignés,
pas trop flashy ou exagérés
colorés, les détails ciselés
impalpables formes floues
qui racontent belles fêtes
moments-joies
robes-rêves sans liens
séparés
comme vies qu’il est impossible
de connecter, d’homogénéiser

Tu y crois?
Elle a un vrai rosaire
des tiroirs pleins de rêves réalisés
mais chacun d’eux est une histoire
qui demande encore du temps
des personnages, de l’espace, une envie de vivre
et des mondes entre eux
si distants…

4 octobre, 2010

Ivre -Dolce vita

Classé dans : Printemps — galatea @ 8:07

http://www.deezer.com/en/music/el-kado/tourbillon-603843#music/el-kado/tourbillon-603843 

Ivre -Dolce vita dans Printemps smokyo 

Plein parfum, plein soleil
mélodies des hirondelles et le zizzz d’une abeille
Le léger caresser du figuier
sur la pointe du rocher.

Smokey princesse,
la chatte grise
fait son ron ron
pendant que Flo, son petit chaton
suce sans cesse et a l’air béat
d’une créature petite et parfaite.

Je me dondoie sur le hamac, enivrée
Harry , le chien, et là qui rêve à mon coté
Une présence , très rassurante
de l’homme qui est dans ma vie, présence constante
Je le regarde, les yeux presque clos
en ce moment, il tourne son dos
il se retourne , il me sourit
et encore une fois je sais que, oui
c’est juste ici le paradis.

 

123
 

Adorable Rencontre |
juno39 |
Du polar à lier |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Instantanés littéraux d'Afr...
| Réflexions pédagogiques par...
| Abandons