Galatea Belga Broderies

Bienvenue sur mon blog . Un peu de ma vie mais pas nécessairement le plus essentiel…

26 novembre, 2017

C’est moi ?

Classé dans : 2017,Amore,In italiano,Les autres,Life,Non classé,Un peu de moi... — galatea @ 19:41

 

 

 

Risultati immagini per modigliani

 

 

Le vent nettoyeur  fait envoler

les  feuilles dorées de la glicine.

Fifty, sa patte souple qui m’effleure

 demande encore  un peu d’amour.

Quelque part il y a  j’en suis très  sure

un champ entièr couvert

 de joies et de fou rire

mais moi je creuse mon  long fossé

du déséspoir à rimes plates ou même  croisées.

Femme confuse

dans le jardin des reves  barrés

je bouge , j’ empile  des pots anciens

de déséspoir, étant certaine

que  mom  futur sera

ni noir , ni rose

mais juste un long boulevard

de vie morose.

Image de prévisualisation YouTube

12 novembre, 2017

light in Nabylon Yafa

Classé dans : Non classé — galatea @ 18:16
Image de prévisualisation YouTube

14 octobre, 2017

Città vecchia – De André

Image de prévisualisation YouTube

13 octobre, 2017

Mindscapes

Classé dans : 2017,Amicizia,Amore,Autunno,In italiano,Les autres,Life,Non classé — galatea @ 16:45

Risultati immagini per mindscapes

Image de prévisualisation YouTube

L’onnipotenza non mi appartiene-

e se volessi rifare il mondo

almeno quello dentro di me

i miei pennelli non hanno punta

e il mio colore fu divorato da chissà cosa, da chissà chi.

Ho sempre amato

essere rifugio

porto di certezza

ma esiste il RESTO

l’imponderabile che tutto annulla

tutto vanifica e mi lascia inerme

su questa spiaggia troppo mutevole

dove dovrò mille volte ancora

ridarmi forma e ripartire

perchè questa vita

non so fare altro che volerla amare

7 octobre, 2017

Ascolta…

Classé dans : 2017,Les autres,Life,Non classé — galatea @ 15:55
Image de prévisualisation YouTube

 Risultati immagini per gatti dipinti

sono davvero tante

le porte che

ad una, ad una sto richiudendo infine

senza ripensamenti

arriva sempre  il tempo

che fa sparire la voglia di dare ancora  spazio

a quelli che camminano

guardando lo specchio sempre terso

del loro immenso Io

ascolta…

non cerco  di sicuro

dei riti complicati

o frasi cerebrali

so leggere l’amore

so essere felice in  buona compagnia

so  vivere con gli altri

il gesto quotidiano

di un’ accoglienza semplice

 so vivere di nuvole

di verde che ingiallisce

di pioggia senza meta

di sole che a volte si nasconde

di vento dagli infiniti umori

e anche di tanti gatti

dall’istinto sempre acuto

per la sopravvivenza

26 mai, 2017

G92 ( Mia madre mi fa perdere il filo…)

 

Risultati immagini per baia di naxos paintings

 

 

 

 

Mia madre, ha ancora qualche

rigurgito di vita, ma non ricorda più

che cosa amava fare

Quando allo specchio vede

le  implacabili  macchie brune

formare ancora un viso

fugge lontano da quella donna

credendola  nemica.

Io…

la osservo stanca , seccando la mia linfa

confusa  tra  forme di esistenza diverse collegate

e con l’orgoglio

strano

di mantenere mobile il suo  corpo

che ha cancellato , ignaro

i giorni e  la sua storia.

I GRANDI  sono qui …

protetti, criticati a fare un non-so-ché

su un ‘isola puttana

appena verniciata e con i linfonodi

rigonfi  di problemi.

Brindiamo a questa terra, distratta

Primadonna che ama esiliare la sua  primavera,

lasciando qui le rughe e la tristezza austera

di donne come me , le madri sotto-spero.

 

 

 

27 avril, 2017

Solitudes et encens

Classé dans : 2017,In italiano,Les autres,Life,Non classé,Tristes,Un peu de moi... — galatea @ 13:18

Risultati immagini per civita bagnoregio

Chaque fois on participe à un funeral, ici dans la vallée, et surtout dans ce coin où j’habite, on a la sensation que le monde est en train de finir.

Ma vision collective de la vie, me fait rejour autant que souffrir chaque fois des modifications arrivent aux gens que je fréquente.

Ce que je viens d’écrire en effet est assez faux.

Ici on respire le même air, on passe devant les mêmes collines, et, peut être, on regarde la même ligne bleue au fond de la vallée, pour le reste chacun de nous vit sa vie inconnue aux autres et influencées par des contacts qui habitent ailleurs, en ville, à Catane, à Taormina ou partout dans un monde fragmenté et si different comme dans mon cas .

Au funeral de Mme Sarina, il n’y avait pas de jeunes.
Ils ne participent plus, sauf si un parent est malheureusement passé ou est mort un jeune à cause d’un accident de voiture.

Les jeunes vivent leur longue jeunesse, souvent aidés pars leurs parents ou leurs grands-parents.

Ils ont les mêmes habitudes de boire de la vodka et fumer ou utiliser Internet ou leur Iphone comme tous les autres jeunes .
Iils détestent se retrouver dialoguer avec les adultes qui ont leurs volés leur futur et le plaisir de grandir.

Fuir, Fuir, possibilement à Londres est le rêve normal.
Des fois, les plus audacieux, croient vouloir vivre en Espagne, car c’est plus simple pour la langue, le climat

Personne ici se marie plus.
On voit des couples, formées il y a dix, quinze ans, mais les filles ont peur d’avoir un enfant, leurs compagnons préfèrent rester les sujets adorés d’une femme toujours appétissante, assez en forme et libre de sortir avec leurs amis.

Quand on se retrouve à un funeral, le seul rituel qui nous voit encore réunis comme communauté, on a la sensation d’un être une masse assez homogène de rugueux qui vont se passer le témoin dans quelques mois, année ?

Nos regards, presque éteints, montrent une insatisfaction différente pour chacun de nous mais égalitaire qui nous imbibe et nous passe le marque de M……i avec des racines inoubliables, mais en même temps des sans patrie, car tout ce qui nous aidait merveilleusement, à etre groupe humain qui savait vivre ensemble est désormais fini.

Désolée pour ce petit texte informe et sans une vraie logique.
Je n’ai plus le temps pour écrire dans une langue étrangère.
Tout autour de moi semble m’inspirer l’écriture, la poésie, mais, en même temps, tout semble éroder mes réflexions ou simplement quelques instants de magnifique solitude.

 

 

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

27 mars, 2017

La scavatrice

Classé dans : 2017,In italiano,Les autres,Life,Non classé — galatea @ 11:41

 

Risultati immagini per galya popova

E’ tutto qui

il tempo che mi dedico

due righe scritte  in fretta

senza  rimuginare

o prendere tempo per abbellire.

La vita è immensa

e io sto appesa

alla sottana della mia limitatezza

con gli occhi grandi

una voglia senza confini

e due mani

già indebolite

dal troppo prendere

ma senza pepite.

Scavo, ritento.

Forse il mio oro è nel cercare

e incontrare degli altri insani

con lo strano perché

 

Il est tout ici

le temps que je peux me consacrer

deux lignes écrites à la hâte

pas bien choisies

ou remaillées pour les embellir.

La vie est si belle

et je suis suspendue

à l’ourlet de la jupe de mes limites

avec de grands yeux

un désir sans frontières

et deux mains

déjà affaiblies

pour avoir trop pris

et sans trouver aucune pépite.

Je creuse, je creuse encore, l’espoir affaibli.

Peut-être que mon or est déjà ici

dans la rencontre de l’autre fou

chercheur lui aussi de l’étrange parce que 

Image de prévisualisation YouTube

 

19 février, 2017

Demain, peut etre…

Classé dans : Non classé — galatea @ 20:36

 

16810151_10155074187478966_677935025_o (1)

 

 

La ligne bleu
chaque jour plus pâle
j’attends l’heure juste
l’élision fortuite
d’un instant elargi
pour remonter sur le balcon
de ma vallée

Spectatrice enchainée
je me souviens de mes célébrations
mes festins simples
mes joies vécues sans conséquences
et je résiste contre la folie
ou l’abulie d’ un entourage
qui reve l’exploit , le boom facile
oubliant l’effort, l’entente qui oblige

Moi, la rêveuse
ma tête baissée
par le devoir , l’espoir d’aimer
demain encore une mère fuie
dans les méandres d’un labyrinthe
sans aucun sortie

Je veux, j’aspire
de saisser ma vie qui passe
au moins plus tard
quand le coucher de mon soleil
déjà alourdi, jauni et tremblant
me fera voir d’une terre de lave
le rouge splendeur et sa terrible maternité

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

23 janvier, 2017

Jamais partie

Classé dans : Non classé — galatea @ 12:51

 

 

 

 

Mes fréquents cris

tous mes bruhahas

m’empêchent d’être

tapisserie, fond bleu serein.

C’est vrai, des fois

je fais les signes

d’une sourde muette

pour éviter un dialogue

entre ennemis.

Mais je suis là

curieuse, étrange

toujours la même qui tient

le fil-entente pour annuler

les mots distance, la sécheresse

des inconnus.

 

 

 

 

 

 

 

 

Image de prévisualisation YouTube

 

images

12345...19
 

Adorable Rencontre |
juno39 |
Du polar à lier |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Instantanés littéraux d'Afr...
| Réflexions pédagogiques par...
| Abandons