Galatea Belga Broderies

Bienvenue sur mon blog . Un peu de ma vie mais pas nécessairement le plus essentiel…

2 octobre, 2016

Tristesse ou Dégoût ?

Classé dans : Amicizia,Amore,Les autres,Life,Non classé — galatea @ 17:01

 

 

Image de prévisualisation YouTube

24 septembre, 2016

Veni, vidi, legi

Classé dans : 2016,Les autres,Life — galatea @ 16:44

2480

Est-ce une tache…
Une tache, feutrée marais du gris
De ton orgueil si bien nourri
Qui fait un peu d’ombre a ce jour étrange
autrement joli ?
Veux-tu trancher
Tes heures d’ennui
Remplies de faux et d’un plaidoyer
Qui semble pourri ?
Allons, tu sais
Pas tout le monde
A tes envies !
Jouons encore
La danse des heures
Des heurts gratuits
L’écran protège les chacals honnis

 

Veni, vidi, legi dans 2016 toparrow Signaler
Si visi amari, ama.Le Prince …oh le Prince…

Page : [1] :: Répondre

22 septembre, 2016

La femme silencieuse de Drôle d’oiseau

Classé dans : 2016,Amicizia,Amore,Les amis poètes,Life — galatea @ 16:57

 

 

 

 

 

 

14225471_1058026694246554_7763253755290950057_n

 

 

La femme silencieuse

Tu ne connûs pas la vengeance
Femme toujours silencieuse
Qui m’ouvres ses draps
De soies choisies,
En toi,enfoui le tréfonds
De la peine d’autrui
Malgré la calomnie et la traîtrise;
Muette,probe,attentionnée,
Tu sèches tes mains froides
Sur le tablier d’usage…
De cette innocence
Aussi je viens
Pour boire ta gorge
Bleue et rose un peu,
Quand tes seins dressent
Dans une nébuleuse mauve,
Leurs héroiques modesties…

 

http://www.lapassiondespoemes.com/?action=viewpost&ID=75218&cat=1

22/09/2016

 

 

Image de prévisualisation YouTube

20 septembre, 2016

Morning ritual 750ws.(en construction )

Classé dans : Life — galatea @ 16:43
Image de prévisualisation YouTube

1 septembre, 2016

Labirinto

Classé dans : 2016,Life,Tristes,Un peu de moi... — galatea @ 22:26

 

 

Labirinto dans 2016

 

Catapultata dentro questo labirinto

nessuno sa dove mi trovo

e per l’uscita

a nulla serve l’aver compreso

Sono senza luce

tutto è troppo grande

anzi soffocante

Sopravvivenza

è la parola d’ordine

ma le mie stelle

forse non le rivedrò

 

 

28 août, 2016

Fuori dai gangheri

Classé dans : 2016,Amore,In italiano,Life,Tristes,Un peu de moi... — galatea @ 15:56

 

Fuori dai gangheri dans 2016

Uscita dai gangheri

la mia porta riparo

gate

accesso

a una vita completa

Ora sto controvento

quasi senza rifugio

Chiedo tanto ai miei gatti

per trovare distensione

per richiudere

la voragine senza fine

So

con tagliente certezza

che nessuno potrà

mitigare questa fase

Poi

domani chissà

sarò anch’io

mutilata infelice

che soggiorna nel mondo

senza linfa

senza fiato

Altra ombra che vaga

con le mani impregnate

di un gran sogno

che mai fu

****

Elle est sortie des gonds

ma porte

mon refuge

mon accès à une vie pleine

Maintenant

je vis contre-courant

presque sans abri

Je converse avec à mes chats

pour trouver une niche de quiétude

pour couvrir

ce nouvel abîme sans fin

Je sais

avec tranchante certitude

que personne pourra

effacer cette phase

Demain

je serai

malheureuse

mutilée

haletante

présence muette dans le monde

ma lymphe sèche

Demain

je serai une ombre quelconque

qui se promène

avec les mains remplies

d’un grand rêve

qui ne fut jamais

 

Image de prévisualisation YouTube

 

16 août, 2016

Sortir de ce puits

Classé dans : 2016,Les autres,Life,Tristes,Un peu de moi... — galatea @ 15:16

 

Sortir de ce puits dans 2016

 

 

Mentre cerco di blindare

una malinconia

ormai troppo matura

cadono frammenti di speranza

desideri sempre taciuti

e genuine follie

forse

semi per un vivere sereno

 

Avvolgo

con la seta del distacco

una vita realizzata

ma scolpita nelle forme

delle rinunce e della saggezza

senza trofei

*****

 

 

Di ddà non ci passu

e di ccà mancu

Caminu rantu

menza mbriaca

di dda tristizza

ca mi scava tutta

Iaiu un puttusu

ranni quantu un puzzu

chinu d’amarizza

unni non scinni

mancu na corda

cu na cucchiara

ca nni leva na brizza

 

E scrivu ammatula

di tanta scuntintizza

picchi non haju

mancu nu rimediu ca fa scumpariri

sti iorna i triulu

ntrizzati ca stanchizza

 

Image de prévisualisation YouTube

 

11 août, 2016

Anja toujours

Classé dans : 2016,Amicizia,Life,Tristes — galatea @ 17:22

Anja, je ne sais pas pourquoi je me souviens de toi, avec insistance, aujourd’hui.

Ton collier, que j’ aimais porter comme mulet, est disparu.
Avec lui est partie aussi une facilité de me ressentir à l’aise est avec un look parfait, comme si le médaillon en ambre pouvait perfectionner toutes mes carences de style.

Je me rappelle bien de l’été que je l’ai reçu, en 2013.
On est arrivés chez la maison dans les bois de Mol où toi et ton jeune mari belge habitiez.
Il pleurait, en nous consignant tes valises, tes livres, tes espoirs de compléter tes études en Europe.

Tu as vécu avec nous aussi et ça m’a fait découvrir ton âme de fille russe déterminée et judicieuse.

Tes longues conversations sur Skype avec ta mère étaient des murmures incompréhensibles mais qui me faisaient voir, avec une certaine envie, oh combien vous détestiez vivre distantes et dans une forme de pauvreté que les intellectuels de ton Pays subissent, malheureusement.

Ta pizza marguerite était la moins chère de chez Colruyt et chaque fois je te la réchauffais dans le micro-onde , je ressentais un peu de tristesse pour tes sacrifices, ton envie de surmonter les difficultés pour devenir médecin.

Tu as dû quitter la Belgique, ton mari n’a pu aimer ta Russie pour question de langage et culturelle, en général.

Tu as vu se briser tes rêves mais sans montrer tes blessures profondes et ta rage immense pour un monde qui divise , exclut et assassine la possibilité de vive ses aspirations à qui est né dans les régions qui ne font pas partie du Club.

Ta beauté simple et gentille est là, devant mes yeux.

Tu devenais très visible avec un peu de mascara, un fil d’eye liner. Une ceinture en suède sur ta robe noire, suivant ta ligne parfaite, te transformait en Anja cover girl.

Tu étais ça : du merveilleux caché sous un’ apparente banalité.

Maintenant, tu parcours Moscou pour travailler dans une boutique de chaussures les jours que tu ne dois pas aller à l’ université, traversant, pour des heures, ta capitale froide, dangereuse et que tu détestes.

Dis, on se reverra, qui sait ?

Auras- tu toujours ton sourire trop oblique et triste des ans récents ?

Et moi, serai-je à nouveau capable de trouver le collant spéciale de l’enthousiasme pour remettre ensembles mes tigelles colorées des mes belles rencontres ?

Je ne sais plus rien , mais je serai sûrement plus vielle et encore plus nostalgique de nos jours au temps du Plat Pays.

6 juillet, 2016

Le club de femmes Alpha

Classé dans : 2016,Amicizia,Les autres,Life — galatea @ 17:59

 

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

Et je vois…
tes paupières alourdies
par tes rêves forcés
ponctuellement tous brisés
par les lois naturelles

Ton sourire imparfait
retient
quoique un fil incertain
la douceur d’une fille
si gourmande de la vie
et les boucles encore brunes
prennent un air trop rebelle
pour une lady pas de fer

Tes épaules
minces
étroites
font tomber les scrupules
sans l’ennui d’une trace
et pourtant
tu te gènes
ou peut être tu en pleure
car le cercle magique
de la cour imitative
est seulement une loupe sans pitié
de ta vie qui te semble si ratée.

20 juin, 2016

The power of music

Classé dans : 2016,Life — galatea @ 15:54
Image de prévisualisation YouTube
1...34567...29
 

Adorable Rencontre |
juno39 |
Du polar à lier |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Instantanés littéraux d'Afr...
| Réflexions pédagogiques par...
| Abandons