Galatea Belga Broderies

Bienvenue sur mon blog . Un peu de ma vie mais pas nécessairement le plus essentiel…

1 novembre, 2014

L’ Enoteca Regionale a Castiglione , un altro fuoco di paglia ?

Classé dans : 2014,In italiano,Journal,Les autres,Life,Un peu de moi... — galatea @ 17:02

 L’ Enoteca Regionale a Castiglione , un altro fuoco di paglia ? dans 2014 enoteca3

L’ Enoteca Regionale a Castiglione , un altro fuoco di paglia ?
Abituata a guardare oltre la finestra del nostro antico castello, ho dato un ‘occhiata ad altre enoteche regionali , nate in fretta e furia nel novembre 2011.
L’arrivo di fondi assegnati con lo scopo di valorizzare aspetti come l’enogastronomia, il turismo sono un incentivo che fa gola a tutti . Non sempre però, l’apparato che viene messo insieme senza tener conto puntualmente dei principi ispiratori di una legge e delle sue direttive , è quello più adatto o quello più affidabile. Ed è cosi che queste corse si rivelano, poi nel tempo, veri nodi difficilissimi da sciogliere , diventando anzichè occasione di sviluppo , terreno fertile per discordie , divisioni e malumori , là dove i problemi già non mancano.
Guardando i siti di altre enoteche regionali , alcuni non sono aggiornati da molti anni e presentano la lista delle buone intenzioni, simili alla bella presentazione lasciata dal sindaco Scavera nel 2012. Altre enoteche sono insediate in autentiche antiche dimore con cantine ragguardevoli , dove il visitatore si immerge davvero nell’atmosfera giusta per conoscere e gustare le specialità locali di vini e cibi.E sul sito appaiono statuto ,liste degli eventi degli anni passati, il calendario delle attività previste per il 2014.
Altre regioni, invece , hanno creato le Enoteche aventi come soci solo dei comuni, altre ancora, come l’enoteca Regionale della Liguria, comprendono la Corsica ! e comuni della Toscana !
Nelle Marche pare ce ne sia una funzionante a Iesi, all’interno di un castello ottimamente raggiungibile nel centro della cittadina.Dalle foto si vedono le bottiglie di vino esposte in piedi , in doppia e tripla fila, in pochi espositiori in legno, qualche tavolo con tovaglia , predisposto per le foto… , un angolo con bancone per mescere il vino…Una bacheca con opuscoli vari.
L’impressione globale di questi siti mi ha lasciato la sensazione netta che le enoteche, cosi impostate, sono solo un pretesto per fare arrivare fondi in loco , per creare posti di lavoro fittizi e per innalzare il solito, ben accetto , monumento allo spreco.
Girando per Castiglione si sente dire : com’ è finita con l’Enoteca , non riuscirremo ad avere neanche questa ? Come tutti, anch’io mi chiedo se alla fine Castglione riuscirà ad avere una vetrina prestigiosa , giusta per attirare per un numero crescente di visitatori , autentico volano per la valorizzazione di tutto un patrimonio locale e regionale.
E qui mi vengono i grandi dubbi.
Non è certo la prima volta che in Sicilia , da noi , arrivano flussi di denaro consistenti ma…quante volte essi sono stati utilizzati avendo preparato dei progetti che non servissero solo a una vampata di fuoco invece di creare sistema , cultura nuova imprenditoriale, gusto per impegnarci a non fare solo sopravvivere questo bel borgo ?
Io spero e credo che l’attuale Amministrazione farà tutto il possibile per fare azzerare la struttura che si era creata per gestire la futura Enoteca Regionale. Non credo sia cosi semplice , se non ci sarà l’appoggio pienè di chi si era inserito in prima battuta. Dopo bisognerà valutare bene quale sede è davvero la più adatta e accessibile per divenire autentica porta aperta sulle ricchezze del nostro territorio.

19 octobre, 2014

Les conseils de Galatea 1

Classé dans : 2014,Journal,Life,Un peu de moi... — galatea @ 13:01

 

bue-stove--heartwarming-secen-of-country-kitchen-87246

 

 

-Prenez un mari bavard et convaincu de savoir résoudre les problèmes de votre village où il vit en étranger
-laissez sur le feu un pot avec 3 litres d’eau
-ajoutez du savon de Marseille en écailles, du bicarbonate de soude , un peu de sel
-sortez avec l’homme bavard dans la véranda et asseyez-vous avec une boisson chaude à siroter avec plaisir
-ouvrez une discussion intéressante qui fait participer vous deux avec passion
-développé vos argumentations pour au moins une demie heure
-n’oubliez pas de faire des variations sensibles et surtout agréables du ton de votre voix
-offrez une deuxième tasse de café chaud et long à votre partenaire pour reinforcer la discussion
-n’oubliez de ne pas descendre dans une vraie querelle
-quand vous sentez-à peine- se répandre autour de vous un parfum âpre de savon brûlé , coupez délicatement votre conversation/dispute, n’oubliant pas de dire : en effet tu as raison sur ce point…
- rentrez dans la cuisine et admirez le lac blanc et mousseux sur le plaque de votre cuisinière en acier
-éteignez le gas
-soulevez les grilles : les maudites projections de grasses. sont détachées et prêtes à disparaître avec quelques… coup d’éponge
Voilà ma première recette.
Je vais continuer…

26 septembre, 2014

Paintings…

Classé dans : 2014,In English,In italiano,Journal — galatea @ 21:11

1229829_10152736097328966_2172298091063677824_n

 

Fammi indovinare

se dietro quest’attesa

si prepara un’altra fase

o solo dell’angoscia il perpetuare

Filtro con larghe maglie

e occhi gravidi distratti

incapaci di guardare

quel domani

troppo pieno

di ricordi e di sorprese

dall’aria ambivalente e senza l’etichetta

« speranze riaccese »

 

29 août, 2014

J’ai capitulé

Classé dans : 2014,Journal,Un peu de moi... — galatea @ 16:59

Difficile vivre dans un coin si petit , comme mon hameau, sans finir pour être influencés par les « moeurs » des mes amies.
Ici on est bien connectés entre nous, pour quelque raison ,et on se fréquente plus ou moins tous, même si souvent juste sur les pages de facebook…

Il y a presque quinze ans, mes amies, les super douée s dans la cuisine , ont acheté l’outil status symbole d’une ménagère : le Thermomix, appareil teutonique formidable qui semble transformer en wonderfemme la chanceuse qui le possède.

J’avoue d’avoir toujours souri devant les dettes de mes amies adorées , selon moi incapables de voir leur valeur réel (qui est sûrement là ) et qui ressentent le besoin de préparer leurs repas avec l’aide, stérilisé et absurdement précis d’un robot.

Chaque année le nombre des sacerdotesses du mixeur multifonctions est augmenté et en buvant un café dans les cuisines est devenu normal poser mon regard sur le symbole ultime d’une femme sicilienne encore traditionnelle mais habillée de modernité .
J’ai toujours préparé mes repas sans fanfares, ni sans faire les éloges de la qualité supérieure de mes préparations.

Je trouve insensé dépenser plus de 1000 € pour préparer des sublimes mayonnaises ou du lapin vapeur……..

Chaque fois je demande à mes amies pourquoi elles trouvent si extraordinaire « leur » Thermomix, elles deviennent presque mystiques – un peu comme ceux qui possèdent un Apple pour se comprendre- et me répètent que leur vie est différente depuis leur achat si fondamentale.
« Tu dois l’essayer , voir , on va faire une réunion avec le conseilleur » (horreur !!!).

Il y a trois jours, en chat , le message fatal.
-Sara vend son Bimby , utilisé pour les réunions à domicile pour …500 euro , es-tu intéressée ?
-Bien sur que oui, je cède cette foi !

Oui, car j’ai un faible pour le recyclage , pour les occasions.
Toute ma vie est parsemée de réutilisation et transformation en MIEUX de ce que je recycle.
Enfin mon motto n’est pas pour rien « Mon rêve est la réalité banale d’un autre  » car il raconte aussi l’histoire d’un fatal recyclage…
Reste à voir si je serai capable de m’adapter à l’utilisation sans fantaisie d’un outil qui me fera devenir ,dans la meilleure des hypothèses , comme mes amies.

Humm, je me souviens en cet instant de mes difficultés comme poétesse de gouttière, incapable de suivre les règles classiques de la poésie et alors , je comprends que je viens d’acheter un robot inutile que je ne serai jamais capable d’allumer.

21 mai, 2014

Prima delle elezioni

Classé dans : 2014,Journal,Les autres,Life,Tristes,Un peu de moi... — galatea @ 22:20

 

Fuoriesco

come stordita

da pesanti coltri fredde

di stanchezza prolungata e inefficace

brancolando alla ricerca

di sostegno.

Le lunghe notti del rimuginare

danno un tocco di grigiore

anche al giorno che mantiene

qualche ebbrezza stesa al sole-

Un po’ ovunque

è un bla bla

di aggressive soluzioni

e il sospetto , figlio delle delusioni

mi ricorda

che non c’è una soluzione

mentre resta da guadare

la palude dell’incerto

e dell’eterna corruzione.

 

17 mai, 2014

Comme à Peyton Place

Ces sont les premières expériences qui laissent en nous des traces indélébiles.. .Mes lectures avant mes 10 ans jousq’à mes 20 ans ont crée Galatea.

J’ai commencé à lire des nouvelles et des romans vraiment jeune, ayant comme restriction dans mes choix juste ma curiosité.
Ainsi je suis arrivée lire, par hasard, Peyton Place le livre scabreux par excellence des ans cinquante en USA et soixante en Italie.

Née dans le cul de sac qui était à ce temps là mon hameau, en lisant le livre de Grâce Metalouis , j’ai tout naturellement transposé dans ma réalité les personnages imaginaires et aussi réels du livre qui présentait une petite ville du New England.

Bien sur, chez moi on n’avait pas d’industriels riches et le seul intellectuel sur notre scène était un journaliste, en retraite, marié avec une très belle femme, beaucoup plus jeune que lui.

Nous avions, par contre , un prêtre dont le physique semblait la replica de Tyrone Power.
Il était un peintre , un joueur acharné de cartes , un dramaturgien et surtout le rêve impossibile-ou presque- des paroissiennes de ce temps là.

Dans mon hameau sicilien, pas loin de la mer on avait un championaire d’ individus et de familles qui encore aujourd’hui nourrit ma fantaisie et qui me fait encore coller mes nouvelles connaissances aux prototypes de mon enfance.

Il est probable que , malgré les temps passé, les différentes latitudes et une culture plus avancée et “moderne “ , les gens que je continue à rencontrer , à connaître et à aimer , ont toujours quelque chose qui me permet de refaire dans ma tête, et surtout dans mon coeur, le monde protectif et apparemment facile à comprendre de mon enfance.

Tout ça pour souligner comme le monde virtuel, le village de LPDP en particulier, me rappelle mon monde d’antan et me fait souvent réagir comme si jj’étais encore une habitante d’un lieu connu et passionnément aimé.

Certaines communautés virtuelles et celles qui proposent de la poésie offrent un immense archive d’d’émotions et la possibilité de se rapprocher , sans trop craindre des conséquences, des parfaits inconnus . Comme j’ai plusieurs fois écrit ici, j’j’adore cette possibilité d’effleurer leur monde , parfois même intime de gens dont les attraits ou les défaillances physiques ou morales sont –APPAREMMENT -cachés .

Moi, j’adore connaître les gens.
L’exploration d’autres vies, et en particulier, des leurs façon d’agir et réagir dans ce monde, me laisse –encore- bouche bée, littéralement .

J’aime la nature, les plantes surtout , mais essayer de comprendre les directrices essentielles d’un autre existence me fascine énormément et me fait chaque fois émerveiller.

Petite, j’étais habituée à vivre en permanente connexion avec les autres et ma vie semblait avoir une dimension circulaire où chacun faisait bouger , émotionner, satisfaire ou… décevoir les autres.

Je me rappelle bien de mes heures de solitude, de mes silences si longs qu’on m’appelait la « muette » , mais j’ai sculpté en moi avant tout une sensation de journées agréablement vécues choralement et belles, parce que personne était vraiment isolé.

Ici , quand j’arrive à lire régulièrement les publications des amis ou des poètes que je ne connais point , je ressens le même plaisir de vois passer des visages familiers devant mon balcon sicilien.
Les auteurs , les posteurs [b][/b]avec leur bagages de publications, commentaires et interactions subtiles ou.. grossières, peu à peu créent des identités , enfin des individus qui ont des contours parfois si bien tracés que j’ai la sensation de le voir sortir de mon écran …

A’ suivre…

16 mars, 2014

Un vocabolario per amico

Classé dans : 2014,In italiano,Journal,Les autres,Liens,Life,Un peu de moi... — galatea @ 9:51

Il vento che soffiava tra le cime

veniva a raccontarti di altri mondi

e tu , curiosa figlia di quei monti

leggevi  assaporando di parole

l’essenza quasi magica

di belle e immaginarie costruzioni

capaci di invitarti in un altrove

 

Superba,inaccessibile

sfioravi quei tuoi giorni

vivendo sulla nuvola

di tutte le emozioni

che un vecchio dizionario suggeriva

sfogliando le sue pagine sbiadite

all’ombra  quasi mite degli ulivi

tra  viti generose e melograni

e ciuffi di saracchio

dall’aria un po’  gentile ma …tagliente

 

 

Alla mia mamma

21 marzo 2014

 

<photo id= »1″ />

10 mars, 2014

Un PIN pour vivre

Classé dans : 2014,Journal,Les autres,Life,Tristes,Un peu de moi... — galatea @ 18:48

Habillée d’indifférence , je traverse la jungle insulaire , feuillée de cris, insatisfactions, violence et arrogante ignorance.
Qui respire plus ?
Je retiens mon souffle , pour ne pas aspirer l’amère indifférence du lieu, pour ne pas injecter dans mes veines le poison accoutumance.

Le matin, faisant semblant d’être tablette de cire, j’efface l’hier avec un espoir emprunté ailleurs.
Je réduis, quelques coups ici et là, mes racines pour les rendre invisibles, anonymes.
Je suis juste un peut être , une demi volonté d’exister dans les bras d’un nuage ou entre les doigts d’un poète.

Des sésames révélateurs ouvrent les portes de mes coins recelés, mes oasis aériennes, mon coin platonicien , ma caverne sur écran.

Mais, même si j’essaye de vivre comme glissant sur mes nuages , on déchire mon éther, on efface mes accès et on me jette dans l’enfer du mot de passe rejeté.

Et ce corps bon conducteur de douleurs exacerbées, des passions et d’extases partagées , si n’a plus la permission, perd son identité.

Sans l’OK du mot clé mémorable , sans le mot de protection , je déphase et je me perds dans un monde sans l’essentielle connexion.

Au diable tout ces PINs, protecteurs de la vie sans plus nos sens, je veux faire ma toute seule révolution, rouvrir mon petit monde sans Google map, sans le fastprocesseur.

Je reveux mon sauvage ressenti , mon plaisir , l’agitation, le parfum de ma vie sans les couches d’un froid glas ou la défense d’un brute PIN dictateur !

Lecture de Elyse Rousset..Merci !!

22 febbraio 2014

9 mars, 2014

8 marzo 2014

Classé dans : 2014,In italiano,Journal,Les autres,Life,Un peu de moi... — galatea @ 20:58

http://www.gazzettinonline.it/a-castiglione-di-sicilia-il-futuro-e-donna/

 

Un 8 marzo “intelligente” quello delle esponenti femminili del “Comitato SP 81”, le quali hanno “festeggiato” programmando iniziative in favore della loro comunità

Le donne del “Comitato S.P. 81”, che si prefigge di stimolare le istituzioni competenti a rendere completamente fruibile l’arteria provinciale che dovrebbe collegare il Comune di Castiglione di Sicilia con le frazioni di Mitogio e Gravà, anziché celebrare in maniera “effimera” l’8 marzo hanno dato vita ad una conferenza sul volontariato locale, tenutasi ieri sera presso la Sala Carmine del centro alcantariano-etneo.

A promuovere e coordinare il meeting “rosa” è stata Maria Lilia Papa, vulcanica presidente del suddetto Comitato, la quale si dichiara soddisfatta dell’esito dell’iniziativa, che fa seguito ad una prima analoga conferenza svoltasi nei mesi scorsi. «Si tratta di incontri – spiega la professoressa Papa – mirati ad innescare un “contagio benefico” tra quanti già si adoperano, più o meno silenziosamente, per il nostro territorio e tanti altri che vorrebbero anche loro farlo, ma che aspettano solo un “input” per attivarsi. L’obiettivo è quello di creare piccoli eventi ed azioni che, a costo zero, possano rendere Castiglione di Sicilia e le sue frazioni più vivibili ed attraenti, sia per noi che ci abitiamo e sia per chi viene a visitarci».

E, ieri sera, diverse delle donne presenti hanno proposto vari “microprogetti” parecchio interessanti e di facile attuazione, come un corso di alfabetizzazione informatica per adulti da tenersi nella frazione di Mitogio, un corso di conversazione in inglese di livello intermedio, la creazione di un museo di oggetti tipici locali, un corso di giardinaggio ed orticoltura per ragazzi, incontri con gli anziani agricoltori affinché il loro patrimonio di conoscenze ed esperienze possa essere raccolto dalle giovani generazioni, la pulizia periodica di strade ed angoli naturalistici ad opera di volontari e la decorazione con piante e fiori dei quartieri del paese o, semplicemente, della propria via.

Ovviamente, non si poteva non accennare a quella che è la “ragion d’essere” del Comitato SP 81. A tal riguardo, sono stati giudicati ottimi i risultati raggiunti negli ultimi mesi in collaborazione con l’attuale Amministrazione Comunale castiglionese guidata dal sindaco Salvatore Barbagallo. «Una grossa conquista – ha sottolineato la presidente Maria Lilia Papa – è stata, in particolare, la modifica che siamo riusciti ad ottenere con il passaggio (concessoci dall’Ente Parco Fluviale dell’Alcantara) da zona “B” in zona “D” dell’area in cui la SP 81 ricade: ciò significa che non sussisteranno più tutti quei divieti che avrebbero potuto creare limitazioni alla piena transitabilità dell’arteria in questione».

A fine serata, ad “aprire bocca” non sono state solo le donne, ma anche i rispettivi mariti e figli per degustare il ricco buffet che ha degnamente concluso i lavori di questo 8 marzo “intelligente”.

Rodolfo Amodeo

 

FOTO: i membri del Comitato SP 81 durante una recente manifestazione di sensibilizzazione e, nel riquadro, la presidente Maria Lilia Papa

26 décembre, 2013

Les troueurs et la *baisselisation de la vie

Classé dans : Journal,Les autres,Life,Un peu de moi... — galatea @ 18:16
Les troueurs et la *baisselisation de la vie
Galatea belga
Date de l’envoi : 2013-12-26 10:45:22

Quelques jours de vacances et du temps, enfin, pour me débarrasser de malles anciennes quittées dans la maison de famille , pendant mes ans de découverte et dégustation du monde…
J’ai retrouvé mon premier carnet des poèmes , un recueil de mes auteurs préférés, dont les thèmes parfois résonnent dans mes miettes d’aujourd’hui , mes vieux journaux et tant , tant de livres qui ont nourri ma vie pour des ans.
Et oui car j’ai vécu , avant , la plus part de mon temps libre en compagnie de fiables, merveilleux amis qui venaient de n’importe où et n’importe quelle époque et qui m’emmenaient libre et joyeuse avec eux.
La richesse de ce temps là est pratiquement disparue depuis mon temps de Internet.
J’ai compris que je perds mon temps derrière des lectures qui n’ont rien d’enrichissant et qui ont juste le but de communiquer l’obsession , la vie incomplète de certains contribueurs.
Mais j’aime souligner que j’adore venir lire les pages d’inconnus qui, malgré leurs difficultés maintiennent le respect vers l’autre et savent partager leur vicissitudes sans rien imposer ou sans vouloir devenir arbiter à trous …
Il suffit de s’éloigner un peu des lieux virtuels, pour respirer à nouveau un peu de sain « UMANESIMO », c’est à dire tout ce qui caractérise l’homme dans sa possibilité d’explorer notre univers avec ses sens et ses différentes capacités de le célébrer et vivre…

Baisselisation : néologisme pour définir la réduction de notre vie à un trou…

12345...9
 

Adorable Rencontre |
juno39 |
Du polar à lier |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Instantanés littéraux d'Afr...
| Réflexions pédagogiques par...
| Abandons