Galatea Belga Broderies

Bienvenue sur mon blog . Un peu de ma vie mais pas nécessairement le plus essentiel…

31 octobre, 2016

Brume siciliane

Classé dans : 2016,Amore,Autunno,In italiano,Les autres,Life — galatea @ 19:52

Stasera scende…
sui nostri ricordi
un accenno di grigio
carezza morbida intorno alle cose
ovatta morbida per temperare
incandescenze e umori vivi

Ci siamo dati rami fioriti
parole doni appese ai giorni
mille promesse d’assiduità
grosse catene in ferro di certezza
una devozione per rassicurare
e rinforza ciò che noi siamo

Stasera scende…
sulla nostra unione
un vento gelido che non mi allontana:
Tu sei quegli occhi che sanno vedere
la luce piena dentro il mio cuore
Io sono Gaia, la spiaggia immensa
contro il tuo dolore

 

 

e …la versione in francese

 

Ce soir descend…
sur nos souvenirs
un voile de gris
douce caresse autour nos membres
ouate douce pour tamiser
humeurs trop vifs et incandescences

On s’est donnés branches fleuries
et cadeaux-mots suspendus aux jours
mille promesses de continuité
des chaînes en fer de certitude
une dévotion pour rassurer
pour reinforcer ce que nous sommes

Ce soir descend…
sur notre union
un vent glacial sans me repousser:
tu as les yeux qui savent voir
la pleine lumière dedans mon coeur
Moi, je suis Gaia, la plage immense
contre ta douleur

 

 

 

Brume siciliane dans 2016

 

 

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

14 octobre, 2016

Moi, Ivre ?

Classé dans : 2016,Amore,Autunno,Life,Non classé,Un peu de moi... — galatea @ 20:20

Moi, Ivre ? dans 2016

 

 

Constamment ivre

j’ai traversé les jours-fatigue

les ans trop spleen

sans regretter l’humeur docile

le regard rose…

Constamment ivre

j’ai abordé les rives froides
de l’inconnu

les plaines arides de l’indifférence

sans regretter d’avoir semé

mes sots désirs de vivre mieux

L’ivresse de vivre

est mon amie

je bois aux sources de l’harmonie

souvent distant des autres humains

car je préfère ma douce ivresse

à leur folie…

23 novembre, 2015

Nous sommes là , avec la famille du coeur…

Classé dans : 2015,Amicizia,Autunno,Liens,Life,Un peu de moi... — galatea @ 19:43

 

 

 

 

 

 

500648169_242ce02b14

Image de prévisualisation YouTube

 

Que serais-je sans mes amis ?

sans mes veines bleues

riches d’amour

je deviendrais une feuilles seche

bonne pour l’hiver

une bouche aride

vide de mots

une marionnette coupée des fils

un coeur trop seul

pour aimer ce monde

 

19 novembre, 2015

Business as Usual

Classé dans : 2015,Autunno,Life,Tristes — galatea @ 18:19

images (2)

L’adrenalina della pietas 

scorre oramai solo nei fiumi

residuo inquinante di una solidarietà da selfie

colorato per l’occasione

 

Ora è business as usual

 

I sorpresi dalla falciatrice ideologica e brutale

saranno il dolore permanente di pochi

noi riapriamo le nostre vite all’indifferenza

e continueremo ad assillarci

per le nostre pance

e quell’Avere che non crea mai

comprensione o conoscenza

Image de prévisualisation YouTube

31 octobre, 2015

Santoreggia Repens

Classé dans : 2015,Amicizia,Amore,Autunno,Brevi,Les autres,Life,Un peu de moi... — galatea @ 15:33

 

 

 

 

 

Santoreggia Repens dans 2015 Santoreggiafioritura

 

 

Pas question de parfum, d’odeurs , des fois.

Le monde aérien, dépourvu de ce pouvoir primitif d’attraction ou répulsion, navigue, flotte ou entasse des émotions sans montrer le visage des vagues.

Pourtant on peut se retrouver plage de décombres, détritus sans en-vies et alors il faut quitter, chercher ailleurs un habitat différént…
galatea belga
 

 

19 octobre, 2015

Clumsy

Classé dans : 2015,Amore,Autunno,Liens,Life — galatea @ 20:16
Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

 

12107709_857766327677513_8200052091581292172_n

 

 

Ni en avant

ni en arrière

elle reste gauche

femme têtue aux bras ouverts

mais sans un oui profanateur

Sa vie est

rive accueillante

pour toutes les vagues

forme modifiable

pour la mer vie

et pour ses ombres

point de survie

Le vent d’octobre souffle ses envies

la rive écoute émue, étourdie

mais le silence est sa reponse

à l’appel du large

à la folie

 

 

 

 

11 octobre, 2015

Ebluie par la nuit

Classé dans : 2015,Amore,Autunno,Life,Un peu de moi... — galatea @ 15:30
Image de prévisualisation YouTube

8 octobre, 2015

Les couleurs de la fin

Classé dans : 2015,Autunno,Liens,Life,Un peu de moi... — galatea @ 20:56

 

 

Les couleurs de la fin dans 2015 bosco-10

 

 

 

Sur nos épaules
glisse la pluie d’un nouvel automne
et le brouillard maquille lent
nos ramures tremblantes
dans le silence

L’été fut vert
ivre de soleil
et sa splendeur a tout empreigné
de rouge profond et jaune vif
les feuilles dansantes
solitaires amies
d’un vent frôleur
qui pousse nos heures sur le déclin
vers un coin sombre
et vers l’oubli

San Marino, 7/10/2015

 

 

 https://www.youtube.com/watch?v=fz1Yp9DzEqQ

2 novembre, 2014

Automne sur le Détroit

Classé dans : 2014,Amore,Autunno,Brevi,In italiano,Journal,Un peu de moi... — galatea @ 19:07

 

tmr_centenario2

 

 

Les courbes des nuages
sont des géants menaçants
sur les monts de la Calabre

Bouille doucement
la mer Ionienne
lac de vin d’octobre
sous le souffle fatigué
d’Eolo de retour chez soi

Morgana absente
Roger, tout seul l’implore
regardant l’horizon
quand le soir ce jour clore

La version originelle est en français…

Le curve delle nuvole
sono giganti minacciosi
sui monti della Calabria

Ribolle dolcemente il mare Ionio
lago di vino d’ottobre
sotto il soffio stanco
di Eolo di ritorno verso casa

Morgana assente
il suo Ruggero
troppo solo, l’implora
guardando pensieroso l’orizzonte
quando la sera il giorno scolora

10 novembre, 2013

Des olives et de la dernière vague

Classé dans : Autunno,In italiano,Journal,Life — galatea @ 22:56
La Sicilia è verde in autunno .
L’ acetosella ricresce e i suoi brillanti fiori gialli si armonizzano con gli agrumi che cominciano a maturare .I rami di ulivo si piegano sotto il peso delle olive ormai viola e grasse di prezioso olio . Le stacco a una a una, compiendo quasi un rito sacro , e spero , come una sciocca contadina di ritorno , che lo sfiorare queste drupe diventi un trattamento di bellezza per le mie dita .
Ma che importa , la glicerina più tardi ripristinerà la morbidezza delle mie mani e io avro’ goduto una temperatura gradevole , il fruscio delle foglie e di alcuni uccelli che trascorreranno l’inverno qui .
Ieri ho incontrato Zayd e Amhed .
Egiziani che sono arrivati in barca , con gli altri ora vivono in case-famiglia per i giovani.
Tredici anni , belli , gli occhi luminosi , ma che sembrano non avere nessuna voglia di esplorare troppo lontano .
Parlano pochissimo italiano , hanno una conoscenza limitata della lingua inglese , il francese non lo parlano affatto , comunicano tra di loro in arabo .
Sono inseparabili compagni , fratelli di questa nuova avventura .
Un medaglione d’oro con il più grande nome inciso sul collo , un vecchio modello Samsung in tasca e un orologio vistoso adorna il loro polso .
Probabilmente non rimarranno sull’isola , prenderanno con loro il bagaglio di violenza subita , l’aggressività accumulata e il desiderio di toccare il suolo di un paese che potrà farli diventare uomini di pace , il mio cuore spera.
Guardo commossa i vecchi ulivi , felice di essere qui , nella terra dei miei antenati , rifacendo i loro stessi gesti , ma senza le loro ansie.
L’ abbondanza della produzione o la qualità non impeccabile delle drupe non cambia la sacralità serena di questa raccolta .Zayd sembra diventare facilmente frustrato . Ieri, annoiato durante la proiezione del video e la presentazione dello speleologo , si appoggiava, quasi alla ricerca di un rifugio , sulle gambe di Ahmed che, istintivamente, faceva sfiorare con le sue le sue giovani mani i riccioli , quasi biondi, e il viso ben disegnato del suo inseparabile compagno .

Nonostante la mie distrazioni ,e le mie fughe mentali in diversi altrove, le olive si accumulano nelle ceste .
Domani torniamo al frantoio per la loro spremitura .

Facciamo la doccia e ci prepariamo per il laboratorio della domenica.
Si preparano le decorazioni di Natale per il nostro paese, con altri amici , il sindaco, ecc .

A volte mi sento come se nella la mia realtà stessimo preparando un film Disney e temo che , aprendo la porta di questa Cinecittà rurale , ci troviamo poi in un brutto film siciliano dove tutto è immutabile , in rovina , senza futuro …

 

 

La Sicile est verte en automne.
L’acetosella* repousse et ses fleurs jaune vif font pendant avec les agrumes qui commencent à mûrir…Les branches des oliviers se plient sous les poids des olives violettes et grasses d’huile . En les détachant, une à une, j’espère , la sotte , de faire un traitement de beauté à mes doigts. Mais que importe , la glycérine, plus tard, redonnera souplesse à mes mains et moi j’aurai profité d’une température agréable , des bruissements des feuilles et de quelques oiseaux qui vont passer l’hiver ici.Hier, j’ai rencontré Zayd et Amhed.
Egyptiens arrivés en bateau qui, avec d’autres , vivent maintenant dans des maisons d’accueil pour jeunes.Treize ans , beaux , le regard vif mais qui semble n’avoir pas envie d’aller se poser trop distant, ils parlent peu l’italien , comprennent assez peu l’anglais, pour rien le français, communiquent entre eux en arabe.
Ils sont inséparables, compagnons , frères de cette nouvelle aventure.

Un médaillon en or avec le plus grand nom ciselé au cou , un Samsung vieux modèle dans les poches et une montre status symbole orne leur poignet.

Probablement ils ne resteront pas sur l’ile, ils emmèneront ailleurs leur bagage de violence subie , d’agressivité et d’envie de toucher le sol d’un pays qui pourra les faire devenir des hommes de paix , mon coeur espère.

Je regarde émue le vieil olivier , contente d’etre ici, sur la terre de mes aïeuls, refaire les mêmes gestes mais sans leurs angoisses.

La production pas abondante et quelques vers qui tache les drupes ne modifiera la sacralitè sereine de cette cueillette.

Zayd semble devenir facilement frustré. Hier, ennuyé pendant la projection et la présentation du spéléologue, s’est appuyé sur les cuisses de Ahmed , qui , instinctivement , a commencé à frôler ses jeunes mains entre les boucles , presque blondes et sur les visage de son essentiel , son compagnon inséparable.

Malgré ma distraction, et mes fuites mentales dans plusieurs endroits, les olives s’accumulent dans les caisses.
Demain on retournera au moulin pour les presser.

Douche et préparation pour le laboratoire du dimanche .
On prépare les décorations de Noël pour le village avec d’autres amis, le maire , etc.

Parfois j’ai l’impression de vivre ma réalité comme la préparation d’un film de Walt Disney et je crains que , en ouvrant la porte de cette Cinecittà rurale , on se retrouve dans un mauvais film sicilien où tout est immuable, ruiné , sans futur…

 

 

12345
 

Adorable Rencontre |
juno39 |
Du polar à lier |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Instantanés littéraux d'Afr...
| Réflexions pédagogiques par...
| Abandons