Accueil 2015 2016 Des petits plaisirs font-ils une joie ?

Des petits plaisirs font-ils une joie ?

0
0
115
Image de prévisualisation YouTube

 

 

Le verre de whisky dans la main droite, elle regarde son image à peine visible dans le miroir pendu dans un coin sombre de la salle.
Une mèche couvre ses yeux demi-clos, son sourire, après une bouteille de J. Daniels, est devenu une emoticone, une smile embarrassée sans récipiendaire.
Elle ne se souvient plus des heures passées, après son retour du Covent Garden.
Son flat, le n.14, au deuxième étage de Addison Gardens fait voir, en distance, les pinacles de Hampton Court, l’attraction d’un sud ouest de Londrès déjà banlieue et sans histoire.
L’alcool pratiquement fini, elle ne sait pas choisir entre rester collée à la fenêtre et se voir vivre à travers l’humidité de son souffle sur le carreau où bouger et aller au 7-eleven.
La cigarette lui fait prendre du temps avant de décider, pendant que quelques rayons de soleil au coucher cambriolent sur le miroir en face de la vitrée et, comme un soudain spot, emmènent l’image de son corps recroquevillé sur le lit du George Inn.

Monte le besoin de vomir et d’oublier les quatre phrases incomplètes de Sarah.

“Crois- moi, je ne desire plus te revoir.
C’est hallucinant ce piège dans lequel je suis tombée juste pour voir à quel point un’autre femme peut se rebaisser , oublier qu’elle a une vie à vivre.
Pourquoi, donc, cette obsession ?
Peux-tu ignorer mon existence , s’il te plaît ?

Qui sait, peut-etre elle savait déjà que ce script pouvait encore arriver, légèrement modifié, mais toujours le même, gifle violente sur sa joue, bloc sur sa poitrine.
Sa collection des claques physiques et psychologiques est désormais une tour élevée qui pend vers le coté de la honte intime et de ll’incapacité de réagir.

Elle a cherché de l’aide, de l’aide un peu plus sophistiqué que la confession torrentielle avec les amies. Trois, quatre fois est allée voir la psychologue dans un centre d’assistance gratuit , on a tourné sur son besoin de plaire, de réussir à devenir centre focal pour un autre mais que ses chois la font arriver toujours au resultat d’etre quittée.
Elle a même prêté, donné de l’argent aux Sarah, aux James d’avant et ils sont partis tous sans une caresse, sans une main tendre passée sur ses cheveux pour lui dire un merci muet juste tiède, frôlant encore une fois son finis-corps, ses cheveux, au moins sur son sans-peau, non énervé et peu sensible.

Elle a la sensation d’entendre encore la variété de leur quelques roucoulements, et, en rétrospective, murmures , gémissements … bruits d’étreintes sournoises, recherches tactiles d’un plaisir où l’autre n’est pas présente.
Elle n’a jamais etè porteuse d’un parfum individuel, voix unique d’une existence.
Elle est une femme, une n’importe quelle femme.

En sortant de son flat, enfin, elle a une envie compulsive de vider ses poches de l’inquiétude et des larmes. Quand elles coulent avec la vitesse d’une défaite violente et définitive, elle est près du coin de la rue. Ses gouttes de désespoir deviennent alors liquide pour un rituel: elle pour clappe ses mains fait du Feng Shui de périphérie recommencement infini de recherche et de perte.

  • La grande muraglia

    Sei…sei, si, ancora sei la grande muraglia che protegge e confina e quella  forza che isti…
  • Evenos-temps rélatif

        Temps rélatif   Mon coeur bat Trop de secondes Sur cette ligne chaque j…
  • Un sasso ?

    …ma forse sono un sasso quantunque mai inerte ! Mi piace prender posto o anche rotol…
  • Pietà !

    Non inseguirmi più. Basta ! Sono assediata, vengo tramortita ad ogni nuovo giorno, l&rsquo…
  • Volli, fortissimamente volli…

      E il terzo  giorno… è risuscitata ancora . Incellulato tutto il magnesio dist…
Charger d'autres articles liés
  • Un sasso ?

    …ma forse sono un sasso quantunque mai inerte ! Mi piace prender posto o anche rotol…
  • Pietà !

    Non inseguirmi più. Basta ! Sono assediata, vengo tramortita ad ogni nuovo giorno, l&rsquo…
  • Volli, fortissimamente volli…

      E il terzo  giorno… è risuscitata ancora . Incellulato tutto il magnesio dist…
Charger d'autres écrits par galatea
  • Quelle corde dell’Ego

      E lo chiamano cancro. Folle, denso di rancore. Grande nodo da sciogliere senza mani…
  • Last Christmas …Ciao Michael !

    Ricordi, ricordi quando bastava uno sguardo per cambiare d’umore e immaginavi quasi …
  • Leur Nuit est toujours sans Étoiles

    Affligée par une paresse de modification en pire je me balance entre les jours. Tout le ma…
Charger d'autres écrits dans 2016

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Tisser le vent -Tessere il vento – Weaving the wind

Tisser le vent Le temps qui passe Semble déposer Une couche de silence Des filigranes de p…