Galatea Belga Broderies

Bienvenue sur mon blog . Un peu de ma vie mais pas nécessairement le plus essentiel…

30 avril, 2015

La stadera

Classé dans : 2015,Life,Un peu de moi... — galatea @ 10:32

omino

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Stadera lucida

soppeso ancora

di questi giorni il fluire stanco

e, se a riposo, scivolo sul fianco

quello più privato

dell’abbandono tutto esistenziale

di  antiche voglie  guerrigliere

ormai vane

 

Sono bilancia

poco precisa

di una vita spesa per capire

cosa afferrare

cosa ignorare e, per qualche istante

con struggente intensità stare a  rimirare

usando l’occhio lungo…

di chi ama la vita

e sempre la glorifica

cercando   di creare…

 

23 avril, 2015

La « Control Freak « 

Classé dans : 2015,In English,In italiano,Les autres,Life,Un peu de moi... — galatea @ 10:38

21 avril, 2015

Entre l’Instant et l’Eternité

Classé dans : 2015,Amore,Les autres,Life,Racconti/nouvelles,Un peu de moi... — galatea @ 19:04

11140369_10153294039834374_3119752400198350537_n

 

 

Image de prévisualisation YouTube

20 avril, 2015

Raphaël – sur la route

Classé dans : 2015 — galatea @ 20:24
Image de prévisualisation YouTube

16 avril, 2015

Di sbieco

Classé dans : 2015,Amicizia,Brevi,In italiano,Les autres — galatea @ 15:29
Di sbieco
Galatea belga
Date de l’envoi : 2015-04-16 09:24:32
Dis-moi pourquoi, Roland chéri
Les autres, la vie
Chez toi se plient
Deviennent traverses
Humeurs bridés
Mutins, insoumis
Perturbateurs, avides trompeurs ?Es-tu magnete*, attire ennuis ?
Ou juste peureux, mon frêle ami
Mélange brut de mille soucis
Expert du monde, mais du côté
Plutôt assombri, même affligé
De qui regarde, attend beaucoup
Et tend sa main mais s’il vaut le coup…

* magnéto – magnete

 

Image de prévisualisation YouTube

15 avril, 2015

La culture « porno » et la sensibilité vers l’autre

Classé dans : 2015,Amore,Erotique,Journal,Les autres,Life,Un peu de moi... — galatea @ 16:37

482

 

La culture « porno » et la sensibilité vers l’autre
Galatea belga
Date de l’envoi : 2015-04-15 10:27:14

Extrait du règlement du site…
« Pour préciser la différence que nous faisons entre pornographie et érotisme : Un texte érotique est issue d’une recherche esthétique, qui fait appel à plus qu’une simple description d’une réalité crue qui pourrait se limiter aux organes génitaux. Il suggère plus qu’il n’explique une situation intime. Tandis qu’un texte pornographique ne met en scène que l’aspect physique du corps, un texte érotique joue avec la personnalité entière de l’individu. »

J’espère que en lisant ce titre personne soit devenu nerveux, agité ou adrenalitiquement prêt à …réagir.

Relaxez-vous …

Galatea a seulement envie de rigoler et de faire descendre de l’Olympe de la finesse des sens certaine production appelée érotique que quelque lecteur/lectrice (parait en effet qu’il y a une dizaine d’ero-worms qui viennent consommer leur snack érotique compulsivement, faisant sauter, fibriller le compteur du site 	La culture  )

Je suis une lectrice – irrégulière et sans formation-de la section érotique .
Je lis les ero-tiks car je crains , en effet, qu’on jour on va me faire une intervue pour un nouvel Report sur la sexualité apres la diffusion d’Internet ,
Que pourrais-je dire à la posterité si je suis capable de disserter seulement de mon expérience casanière ?
Ici, je me reinsegne-gratuitemment et sans gaspillage, lol. Chaque poème est un vrai manuel.
On apprend comment faire des pratiques impossibles , des contorsions multiples dont l’ hygiène apparaît forcée dans leurs séquence…et que nos yeux, dans les alentours d’un orgasme, deviennent comme un Speculum et peuvent nous faire voir et engloutir en meme temps. Wow !
Je ne sais pas comment utiliser la fonction langage trop explicite , alors, je n’ajoute d’autres détails.

Ce qui conforte aussi en lisant cette section- à la fois cri joieux des jouisseurs et juste pleurnichement hormonale, , est que ici on apprend la difficile art de gagner l’attention sexuelle d’un homme , d’une femme.
Je trouve ce côté franchement intéressant et,..utile.Tout ce qui peut contribuer à réduire la solitude , l’incompletude et le sens de frustrations comme être sexué est pour moi bienvenu.
Ici on « voit » que les poètes n’importe si rimeurs ou juste trop contemporains, et sans aucun laisse stylistique, ONT du CHARME.
Ils possèdent les belles manières, les sentiments, savent dans tous les passages du corps et des vers toujours tenir compte de l’entièreté de l’autre, d’eux et qui sait ? meme de l’amour…

Al Green – Light my fire

Nom du site

11 avril, 2015

Le charme est son royaume

Classé dans : Le coin de Lacape,Le coin des amis:Lacape,Les autres — galatea @ 15:17

komova

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le charme est son royaume, j’ai la certitude soudain que seule l’écriture pourrait lui donner corps.

Remplis-moi de toi, de ton infini, ma clandestine, sans chronologie mais d’une perpétuelle renaissance.

Tu es mon ciel panoramique, l’avantage d’une illustre position, une élégance d’infini ressources.

Intensément belle, sur des chemins opaques et mystérieux, quand leurs ventres
s’arrondissent.

Au soleil d’un début, comment tant de grâce peut-elle se trouver contenue.

D’un été au printemps suivant, des notes à la volée.
Mais quand tu écris pour de bon, j’ai l’océan au bout du chemin.

Ainsi rien n’est jamais perdu, ne pouvant concevoir de mourir sans te dire
que tu es mon choc majeur, ma retenue délicate, mon bonheur introuvable,
mais d’une ampleur étonnante….

lacape 7/4/2015

9 avril, 2015

Peut-être un Hic…

Classé dans : 2015,Amore,Les autres,Liens,Life,Un peu de moi... — galatea @ 11:52

salvia

Libres tisseuses de rêves
mes mains
retiennent les traces subtiles
des heures qui fuient
mais sans le don de retenir 
mes aquarelles 
mes vapeurs d’âme pleines de couleur

Mes mains dansent 
dans l’air elles bougent
suivant l’humeur de mon monsieur
le Vent d’ailleurs amadoueur

Tout tourbillonne, tout s’enfuit
me reste le hic d’un amour infini
une renaissance, une graphomanie
peut être un peu de poésie !

 

5 avril, 2015

Heak-Hubix-Par-dessus ton nez, Paule…

Classé dans : 2015,Amore,Les autres,Liens — galatea @ 20:52
modigliani-660x281

 

Distraite, au moindre geste flou
Ne mesurant, qu’après un rendez-vous
Manqué, malgré quelques soupirs,
Que tout se finit en sourires.

Combien de temps te faudra-t-il
Pour retenir chaque mot, fragile
Et garder en toi les secrets
De la vie qui nous a liée?

Toute la simplicité du monde
T’empêche de tourner, la ronde
Des sentiments nous entraîne
Au cœur d’une autre plaine.

Je te regarde…attendrissante,
Oubliée, libre, tourbillonnante
Dans l’herbe sèche que tu foules,
Dans tour les « R » que tu roules.

Tu pourrais être une inconnue
Que j’observerais par-dessus,
Metteur en scène de tes délires
À toute vitesse, entre deux rires.

Même quand le soleil se couche
Que tu poses ton doigt sur ma bouche,
Rien n’a plus vraiment d’importance
Toi seule compte et la distance.

Sur une plage d’une autre vie
Dans tes yeux d’un bleu infini,
Je me souviens d’avoir aimé
Une femme qui te ressemblait…

Hubix.

 

Murmures…

À l’ombre de ta légèreté
Candide, au dernier ciel embrasé
Ta nudité effleure mes yeux
Murmures – Désirs soyeux.

À l’ombre de tes émotions
Solennelle, au cœur du profond
Ton sourire apporte chaleur
Murmures – Flammes du bonheur.

À l’ombre de tes caresses
Fière, au bain de liesse
Ta raison découvre l’or
Murmures – Parfums du sort.

À l’ombre de tes baisers
Libre, au miroir de l’été
Ta force m’emporte loin
Murmures – Poétiques liens.

À l’ombre de ta douceur
Belle, enlaçant les heures
Ton reflet découvre l’élégance
Murmures – Échos de la chance.

À l’ombre de ta bonté
Sereine, au rêve dessiné
Ta voix ensemence la terre
Murmures – Grains de mystère.

À l’ombre de ta sagesse
Vivante, à la voie des promesses
Ton esprit vagabonde en émoi
Murmures – Mélodies d’éclat.

À l’ombre de ton être
Songeuse, je vais apparaître
Tes bras m’enlaceront fort
Murmures – Ailleurs où tu dors.

Hubix.

9 mars 2018

 

 

Scolopendre à tes lèvres…
Hubix-Jeee
Date de l’envoi : 2018-03-25 12:08:11

Des larmes vaporeuses veulent castrer mon ego
Et toi, « morphinodame », dans ton cercueil en flammes
Tu veilles les éruptions du soleil endocrine
À la folie flatteuse du compteur névrotique

Je rampe sur un désert de « rest in peace »
Et pose une ventouse sur ton sexe portatif
Et naissent les essences de fleur-hypocrisie
Sur la mer morne des blancs enterrements

Sonne l’écho des saisons meurtrières
À genoux dans nos poumons brumeux
Mes yeux s’enroulent dans tes pensées
Des ruines – cardiaques révolutions reptiles

L’inepte étroitesse de tes baisers burins
Je m’asphyxie à tes seins révolvers.
Comment ta pâleur apparue de l’espace
S’est-elle éteinte à ta peau funambule?

Goutte à croûte tu te répands cataplectique
À mon ciel éthylique d’étreintes soufrières
Je surnage dans la poudre cosmique de ton rire
D’une verrue, je pense, tu m’apparais légère

Mon poing s’écartèle et ton NON m’interroge
Des notes phosphorescentes veulent me scarifier
Et toi, sur ton écran de foutre cérébral
Tu jouis des lacs de lumière digitale

À la pénombre des cadavres liquides
Je mords le vide couloir de tes replis
Miroir de respirations – cascade volubile
Et galopent tes fugues poèmes orgasmiques.

Comment le parfum réverbère de ton âme
Éventrera-t-il le seuil de ma complexité?

Des éventails d’hémoglobine creusant l’heure
À l’orée blasphème de ta cervelle inextricable
Où des vautours aveugles croquet mon innocence
Mes viscères s’extirpent de ton palais couleuvre

Je saigne du goudron qui recouvre ton corps
Petite cendre exquise dans un nœud décadent
Enfoncée jusqu’aux os dans un non sens gras
Dans tes états diurnes désormais « désynchros »

« Bondieusité » clamée près d’un calvaire de terre
Coquette peur démente susurrant des maux bleus
Aux appendices morts-nés de mes résolutions
Tournoyante « démarchieuse » – lucide carnassière

J’aspire ta carcasse poreuse d’éclats léchés.
Si tes dires acides sont des simagrées borgnes
Comment ton haleine d’aube dépenaillée
Gèlera-t-elle mon besoin d’écorcher tes parois?

Des sons perdus pour peindre ton horizon sanglant
Et je troue le néant des tes batailles perdues
Je plonge mon squelette dans tes jets insidieux
De ton vagin murmurant son horreur éventée

Des langues blanches se servent de tes rêves
Pour murer l’apparence et l’œuvre défigurées.
Je te bois à la santé des anges pernicieux
Et la mort s’étrangle de t’avoir partagée…

Hubix.
25 marzo 2018

Heak-Hubix-Par-dessus ton nez, Paule... dans 2015 toparrow Signaler
spacer dans Amore

1 avril, 2015

Henid * (in costruzione )

Classé dans : 2015 — galatea @ 10:45
Image de prévisualisation YouTube

 

Est-ce possible de cueillir le fruit

de quelque chose qu’on ne reconnait ?

Pourtant la chose a son parfum

modifie les jours

et…si elle manque

c’est tout un monde qui vite s’ecroule.

 

 

 

 

 

 

Adorable Rencontre |
juno39 |
Du polar à lier |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Instantanés littéraux d'Afr...
| Réflexions pédagogiques par...
| Abandons