Accueil 2014 L’Homo Poeticus

L’Homo Poeticus

1
0
79

 

agapanthus-africanus

 

 

Comme l’homme préhistorique , il dort peu. Son anxiété n’est pas causée par des possibles prédateurs, il craint de rater les rendez vous avec sa Muse et il veille.

Il a un sommeil polyphasique, quelque chose comme un quart d’heure toutes les deux heures, un peu comme Leonardo, et apparemment cette habitude donne des fruits: il produit des trois à quatre poèmes par jour et en plus il bosse, taquine , cherche, contemple, rumine…rêve.

L’aube le surprend habituellement avec son Azerty, un vieux pull-over rouge , bien confortable qui l’embrasse et absorbe le bon parfum de l’arabica dans sa tasse préférée en porcelaine blanche. Son bord épais ressemble au bord d’une lèvre de déesse , charnue, humide de crème dense, épicée, intense.

L’Homo Poeticus retourne dans son refuge douillet, ses bras d’ouate qu’il cherche comme un enfant. Les blanc des parois est un écran pour ses fantaisies, ses déserts animés, ses plaines, ’l’étang silencieux, , la mer où dansent ses sirènes capricieuses et inspiratrices.

Mais bientôt la nécessite d’écrire le réveille encore. L’aurore l’attend.La lumière teint à peine les rondeurs de Grès friable des collines, les vignes deviennent peu à peu visibles et, sur le fond , le bleu de la mer qui se confond encore avec le ciel.

Le poète sort, ombre parmi les ombres des son jardin. Les branches du cerisier touchent délicatement ses cheveux , peut être un merci pour les places d’honneur dans ses poèmes. L’agapanthus bleu ressent sa mains tiède sur les longues feuilles et pardonne la sécheresse pâtie, les semaines d’oubli d’arrosage du poète fiévreux et solitaire.
La douche, avant de sortir et se mélanger avec les autres, les non poètes lave , fait gargouiller

La douche, avant de sortir et se mélanger avec les autres, les non-poètes, lave ses membres, dilue le sel de son regard , fait gargouiller dans les entrailles de sa maison vide ses visions, ses sons et les rimes niés.
Plus tard, à la mer , elle seront , propres et disponibles pour être composées et exposées dans l’air.

  • La grande muraglia

    Sei…sei, si, ancora sei la grande muraglia che protegge e confina e quella  forza che isti…
  • Evenos-temps rélatif

        Temps rélatif   Mon coeur bat Trop de secondes Sur cette ligne chaque j…
  • Il attend…in costruzione

  • Tel quel, sans rimes

      Deuxième semaine de presque liberté *ACCV. On commence à bouger comme il faut. Je v…
  • The lasting love

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par galatea
  • Nearer my God , to Thee

  • Visage

    A Toi, Ne Blesse… Ma bouche est sèche et les paroles ne sortent que de mon cerveau. …
  • Head Hunter-De la part de Mark

    Les fêtes enfin dans le tiroir, on peut commencer à réfléchir. Les semaines passées ont ét…
Charger d'autres écrits dans 2014

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Arrivederci Santina !

Arrivederci Santina ! 15 agosto 2014 ore 7:00 Nella pluriclasse di quell’anno la piccolina…