Galatea Belga Broderies

Bienvenue sur mon blog . Un peu de ma vie mais pas nécessairement le plus essentiel…

15 août, 2014

Arrivederci Santina !

Classé dans : 2014,Les autres,Life,Tristes,Un peu de moi... — galatea @ 9:16

Arrivederci Santina !
15 agosto 2014 ore 7:00

Nella pluriclasse di quell’anno la piccolina eri tu.
Timidissima , troppo giovane in un gruppo che comprendeva anche alunni di 4 e 5 elementare, stavi quasi aggrappata al tuo fratellino Giovanni e cercavi costantemente il suo sguardo.
Raramente mi ricordo di averti sentito parlare , quasi spaventata, non trovavi il coraggio di farti sentire in una classe vivace e con ragazzi anche di 12 anni !
Quando ieri ho accarezzato a lungo le tue caviglie , i tuoi piedi volevo rassicurarti, come allora, farti sentire meno sola prima di partire da questa realtà. Non so se eri ancora in grado di “sentire “ , di ascoltare. Qualche ora prima avevi sussurrato: Dio , aprimi, andiamo, …ora va bene.

Non ho certezze su Chi ha deciso che fosse la tua ora.
Ma certo per chi come me e i tuoi cari resta qui, ci hai lasciato davvero troppo presto.
Ci siamo viste poco in questi anni.
Per il mio vivere altrove, perché entrambe lavoravamo tanto, troppo.
Un cenno con la mano, un ciao caloroso e sempre quel desiderio, frustrato, di soffermarmi un attimo e chiederti come stavi, come andavano le cose.
Non è facile essere meno che banali quando si sa che un viso segnato dalle amarezze, un affannarsi dietro i lavori di casa , in modo quasi maniacale raccontano la vita di un’ amica e le sue trasformazioni.
Spillo era li, a seguire i tuoi passi , la tua ombra, festoso amico di sempre , di tutte le tue stagioni.

Hai lavorato tanto , tantissimo per la tua famiglia , i tuoi genitori.
Le prove ti hanno atteso al varco, anno , dopo anno, in una spirale infinita.

La casa bianca, quasi di fronte alla mia, non ha più la sua custode della gioia e serenità di un tempo.
Nessuno può comprendere le improvvise svolte di una vita e delle altre che ad essa sono collegate…

Giuseppe e Rosario hanno perso anche la loro adorata mamma.

Mitogio chiude ancora un altro capitolo della sua storia.

Un altro buco profondo e incolmabile si forma nella nostra comunità .

Arrivederci amica mia ! che la tua nuova dimora sia il luogo della comprensione e dell’amore senza ombre.

 

****

15 août 2014 07:00

Dans la pluriclasse classe, cette année là, tu étais la petite.

Timide, trop jeune dans un groupe qui comprenait également les élèves de classe élémentaire de 4ème et de 5ème , tu restais presque accrochée à ton petit frère Giovanni et tes yeux étaient toujours à la recherche de son regard.

Je me souviens de t’avoir entendu parler, rarement, ta voix presque effrayée, car c’était dur pour toi trouver le courage de te faire entendre dans une classe vivace et avec des garçons qui répètent qu’ils avaient même 12 ans!

Hier, quand j’ai longtemps caressé tes chevilles, tes pieds, je voulais te rassurer, comme cette année-là.

J’espérais te faire ressentir moins seule, avant de quitter cette réalité.
Je ne sais pas si tu étais encore en mesure de «ressentir», de m’entendre.
Quelques heures plus tôt, tu avais murmuré à Dieu: » Laissez-moi entrer , allons-y, maintenant … c’est bien » .

Je ne suis pas sûre de Qui a décidé qu’il était temps.

Mais , pour moi et pour tes proches , tu nous as quittés trop tôt.

Récemment , nous avons eu peu d’occasion pour rattraper les ans perdus à cause de mon absence.
Ma vie ailleurs avant et nos engagements réciproques les mois passés , n’ont pas favorisé une vraie rentrée.

En marchant devant la grille de ta maison, je te saluais, on agitait nos mains chaleureusement avec un ciao et moi, je restais, toujours, avec un désir, frustré, de m’arrêter un instant et de te demander -vraiment – comment tu allais…

Pas facile d’être moins que superficiels quand on sait que le visage marqué par l’amertume, et les activités ménagères farouches , presque maniaques représentent la vie d’un «amie , après ses cruelles transformations.

Spillo était là, il suivait tes traces, ton ombre,lui, l’ami de la fête, l’ami de toutes les saisons.

Tu as travaillé dur, tant pour ta famille, tes parents faibles , malades .

Les preuves t’ont attendue à la porte, an après an, formant une spirale sans fin.

La maison blanche, presque en face de la mienne, n’a plus sa gardienne de la joie et de la sérénité d’un temps jadis.

Personne peut comprendre les virages brusques d’une vie et de celle des autres, les autres qui sont à elle connectés…

Avec ton départ, dans ce minuscule hameau s’ est formé , profond, un nouveau creux – infranchissable.

L’après-midi d’août est aveuglant , un azur clair qui fait fantasmer des visions , un au-delà où les cigales chantent pour t’accueillir et pour te chuchoter que- maintenant -l’amour et la compréhension n’auront plus des ombres.

 

Une réponse à “Arrivederci Santina !”

Laisser un commentaire

 

Adorable Rencontre |
juno39 |
Du polar à lier |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Instantanés littéraux d'Afr...
| Réflexions pédagogiques par...
| Abandons