Accueil Racconti/nouvelles Caffé mediterraneo – lettera -Scriptum

Caffé mediterraneo – lettera -Scriptum

1
0
112

 

 

 

 

 

Caffé mediterraneo - lettera  -Scriptum dans Racconti/nouvelles 384966_10151428242759505_2068227704_n-1-300x171

 

 

Il mare , la luce di un tramonto sereno  , forse l’Etna sullo sfondo, per aiutare un po’ a riscaldare l’atmosfera e noi due , finalmente insieme per un caffè.
Certo un caffè , bevanda quasi trasgressiva , perché lontana dalle mie consuetudini e dalle mie possibilità di supereccitabile difficile da placare.

Come arginare le ondate  di scambi , mettere un ostacolo . Sarà  impossibile sentire un silenzio imbarazzante ; se non saranno le parole ad avvolgerci reciprocamente, saranno gli sguardi , i ricordi di tante parole a sommergerci di sensazioni e di quella voglia incommensurabile di raccontarci
, fino a divenire assolutamente trasparenti e assorbibili l’uno per l’altro.

Più di una volta,  ho cercato di spiegare che non sempre la vita ci dà la possibilità di prendere tutto quello che essa stessa ci offre.
Si , capita infatti di ricevere più di quanto possiamo prendere e accettare. La nostra felicità allora.dipende da come sappiamo trasformare questo tanto di più in amore , in amore per l’altro e per la vita .
Saremo curiosi , appoggiati al nostro tavolo ma protesi ,fino a ridurre alle due tazzine la distanza tra di noi. Ironici, faremo quelle domande rassicuranti per sapere e risponderemo teneramente sinceri , bisognosi di farci un posto permanente l’uno nel cuore dell’altro.
Rinnoveremo la nostra danza , fatta di equilibri tra le virgole della nostra voglia di vivere e i punti fermi delle nostre scelte immodificabili.

Le nostre dita si sfioreranno e , come nella creazione, l’amore eterno avrà inizio.

  • La grande muraglia

    Sei…sei, si, ancora sei la grande muraglia che protegge e confina e quella  forza che isti…
  • Evenos-temps rélatif

          Temps rélatif Mon coeur bat Trop de secondes Sur cette ligne chaque j…
  • Verso l’ignoto

      Navigare a vista è ora un’abitudine ma quando arriva il vento che forte ti so…
  • Accomodamenti

          L’insopportabile vuoto imposto ora è coperto con braccia rigide…
  • Ode à Léo (Éléonore)…Hubix Jeee

            Date de l’envoi : 2021-04-04 10:38:15 L’univers se…
Charger d'autres articles liés
  • Verso l’ignoto

      Navigare a vista è ora un’abitudine ma quando arriva il vento che forte ti so…
  • Accomodamenti

          L’insopportabile vuoto imposto ora è coperto con braccia rigide…
  • Ode à Léo (Éléonore)…Hubix Jeee

            Date de l’envoi : 2021-04-04 10:38:15 L’univers se…
Charger d'autres écrits par galatea
  • Colloqui

      E sono tanti gli eventi strani che qui accadono e sempre all’ombra dello stes…
  • Ablation 2011

    Il fut un temps cette « Ablation » devait être seulement un billet d…
  • Les amis poètes: Joker

    A l’indépendance, je t’épouse Kinshasa, 1960. Nous sommes en début d’année. La Table ronde…
Charger d'autres écrits dans Racconti/nouvelles

Un commentaire

  1. galatea

    19 novembre, 2012 à 20:40

    JamesPixel

    L’armoire secrète

    En fouillant l’armoire
    J’ai traversé le temps
    Des souvenirs s’impriment
    Une lettre au fond d’une boite
    Respire et m’invite
    Je la vois avec son sourire timide
    L’amitié serait-elle mortelle
    Tu joues avec la vie
    Tu joues avec moi
    De peur que je ne te connaisse mieux
    Tu m’hypnotises de tes rires insaisissables
    Pour dissimuler tes larmes

    Je referme l’armoire
    La nuit retombe sur nous

    Je l’ai rencontré à la ferme
    Dans une basse-cour psychiatrique
    Où nous parlions de nos soucis
    Où nous écrivions des poésies
    Pour exorciser le mal être
    Nous en sommes sortis
    Un jour de pluie
    Sans savoir pourquoi
    Et à ce moment-là
    Nous nous sommes réunis
    Pour apprécier à nouveau la vie
    Nous avons eu des crises
    Nous avons eu des instants fous
    Nous les avons modéré avec le temps

    Il est vrai qu’aujourd’hui
    Nous sommes différent
    J’écris des banalités
    Pour refaire jaillir notre passé
    Je la vois avec son sourire timide
    L’amour serait-il mortel
    Loin la jalousie la bagarre
    Au début nous nous aimions
    Ce plaisir n’est plus quotidien
    Parce qu’il a épuisé nos mains
    Nos rêves nos lèvres
    Ainsi que tous nos lendemains
    Et les mauvaises habitudes se sont installées

    Nous nous disons des banalités
    Pour refaire jaillir notre passé
    Fréquemment évoqué
    Je t’ennuie avec l’écriture
    Mais c’est le seul chemin de retour
    Pour apprécier à nouveau la vie
    Croyons à l’amour
    Même si c’est une source de douleur
    Ne refermons pas l’armoire
    Le cœur n’est pas fait pour juste donner une larme

    James Px.

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Indulgence ou Lâcheté ?

Mes faibless poussent toutes seules, pas nécessaire de les cultiver.  g.b Si la poésie dev…