Galatea Belga Broderies

Bienvenue sur mon blog . Un peu de ma vie mais pas nécessairement le plus essentiel…

30 avril, 2012

Desigual & Payman & Te Huur

Classé dans : Amicizia,Amore,Les autres — galatea @ 15:37
Image de prévisualisation YouTube

Desigual & Payman & Te Huur  dans Amicizia 374517_212886578818677_141467122627290_408745_1340614748_n2

Desigual

La chanceuse a connu
toutes les nuances du gris
et les sons des absences
agacer comme cris

Dans l’armoire des présences
quatre , cinq robes longues
des classiques impeccables
bons pour toutes les saisons

Le manteau Desigual
tout de vert flamboyant
elle le range avec soin
dans la boite du vécu

*********

Payman

Il en est où ?
ton grand courage,
acteur de tes voyages,
aventurier
dans le flou

Ca fais déjà huit années
que ton pays tu l’as
quitté
celui ou dieu vient prié
pour étrangler les pauvres âmes
libérées

Tu étais épris
entre amours et haine
voulant
suivre
jeune musicien
dans un ailleurs un beau destin

Tu es parti, tu as fui,
et te voila dans le Plats Pays,
en exile tu apprends sa langue,
et vacillant ton coeur tangue

Ici tu renaîs dans la société
boulot , dodo, comme chaque ouvrier
mais ou est donc passé ton sourire
ta jeune joie, ton envie de rire ?

Du matin au soir
c’est la même chose
quand manque l’espoir
le doux parfum d’une belle rose

Maintenant tu végètes
dans le plat Pays
qui te donne abri ,
t’apprend sa langue
t’offre la Ford pour passer tes nuits

Ici tu es re-né dans les papiers
boulot , dodo, comme chaque ouvrier
et tous tes droits de consommateur

Mais ton Flamand , même sans accent
te sert à quoi
quand tu n’as plus
l’esprit pour vivre et rencontrer ?

Ici
venu, t’es un inconnu
dans un autre enfer tu es tombé
où solitude t’épouse à jamais

***

 

Te Huur *

Un thé , un café
au petit jour

deux goûts , deux mondes
les mêmes lèvres pour les
savourer

Navette qui noue
morceaux de vie
dimanches vécus entre
monts et plaines
espoirs , désirs et immobilité

Le monde bouge comme
dans un mixeur
on voit un instant et puis
mystère
ce que tu as vu est
glissé ailleurs

Il faut partir
sélectionner
mettre étiquettes pour
tout retrouver
un nouvel ordre pourra modifier
leur importance ou le
bonheur

A louer

 

*****
Le Savannah , le premier Mai

 

Muguet, clochette et  le doux parfum

D’un vieux printemps dans une vallée

Des Alpes blanches ensoleillées

C’etait à nouveau le premier Mai

De  Dior Diorissime je parfumais

Quand nous ensemble on bavardait

Sur la rivière

Un vieux Savannah   qui  remontait

C’etait pour rire

On le savait

J’avais vingt ans  on
commencait

Le jeu des
ames  qu’on reconnait

 

 

 


 

24 avril, 2012

Auscultare & Vers l’autre rive …

Classé dans : Amore,Journal,Les autres,Life,Racconti/nouvelles,Un peu de moi... — galatea @ 13:45
Image de prévisualisation YouTube

 

SWITCHED OFF….

 

 

 

 

Auscultare & Vers l'autre rive ... dans Amore 20664_106638862684446_100000149985158_166676_8171144_n

Les souvenirs
Sans arrêt d’image
Sont nids fluides
Coins de
chaleurs
Rouges
Absorbants ou
Bleus de froideurs

L’esprit s’enfonce
Dans leurs trous noirs
L’âme ressurgit
Suivant les vagues
d’un grand amour

La tendresse filiale
Comme une dépendance
tue
Protège notre lien
Des effilochements

Subtil mais
fort
Il nous retient encore
Scellant ce jour à tous nos autres
hier

Quand jouant la rebelle
Tu testais l’amour
Pour mieux te
détacher

Rappelle toi, moi
Je serais toujours celle en qui

Vivra l’envie de te bercer

 

22 avril, 2012

Akesineide 2012

 

 

 

 

Akesineide 2012 dans In italiano 426305_10150660530078966_700733965_9163961_486898948_n

 

 

Da qualche settimana è iniziata l’Akesineide 2012.

I due concorrenti, Barbagallo e Spataro ,  stanno facendo le loro proposte e che vinca il migliore !

******** partecipa e speriamo che questa volta inizi una nuova fase di consapevolezza
per tutti noi.

Non è  facile far parte di un comune in crisi , per noi che la crisi della distanza e dell’identità è cronica.

Ma non è mai troppo tardi per acquisire consapevolezza delle nostre difficoltà ma sopratutto di quello che come abitanti responsabili e partecipi possiamo fare.

Come Castiglione centro , ******* non ha un numero adeguato di persone che si
interessano ,davvero e costantemente , di cosa si puo’  fare per viverci meglio e non farlo morire .

Abbiamo dei giovani ,  ma non sono stati attirati mai dalla fascino della cosa pubblica. Forse è ora che vengano invitati ,
coinvolti , non solo per le elezioni , a suggerire , borbottare e vedere insieme come si potrebbe immaginare il nostro territorio domani , perchè sia
capace di tenere i suoi abitanti , offrendogli un luogo bello e dignitoso dove vivere.

Gurdando la foto delle elezioni ,aggiunta dalla gentile signora Tuccari , vengono subito
in mente gli anni sessanta , prima del grande declino.

Tante ragioni, non tutte imputabili ai nostri ammistratori , hanno modificato , forse
irreparabilmente , il nostro territorio al confine est del comune.

La mancanza di lavoro,  in una realtà legata all’agricoltura, è inevitabile e la perdita degli
abitanti del villaggio ENEL , un’altra trasformazione in negativo , anch’ essa
è stata il frutto di una evoluzione delle tecnologie.

****** , nel suo piccolo ha vissuto il cambiamenti di realtà più importanti ed è già
un miracolo se non è sparito completamente come centro abitato.

Chi è rimasto lo ha fatto con passione , caparbia e con in testa uno strano sogno quello di far germogliare ancora,  e
forse meglio di prima,  le potenzialità che esistono  lungo quella parte dell’Alcantara
dove il terreno è umido , ricco di acqua , la natura è ancora intatta e c’è un verde diffuso che lo rende
particolarmente accogliente.

Le cose da sognare e realizzzare sono tante e non necessariamente impossibili  , ma la prima condizione è che ci ritroviamo a  desiderare di fare e di fare insieme.

 

Saluto Claudio Scavera

 

 

10 avril, 2012

Amarcord & Sezione aurea & Updating avec version Pigment des jours

Classé dans : Amore,Les autres,Life — galatea @ 18:57
Image de prévisualisation YouTube

 

 

Amarcord & Sezione aurea & Updating avec version Pigment des jours dans Amore 199746_197833573574316_114552431902431_616147_846203_n1

 

 

 

 

Amarcord

Je reviens
dans les plis de mes hiers
en feuillant les dossiers
d’un archive
de saisons et de rencontres

Je ressens encore frais
tout le goût de ma terre
et j’entends les murmures
d’une enfante qui parlait
toute seule trop souvent

J’ai oublié
quand commencèrent à se raccourcir
les etés et les printemps
les vacances du bonheur

quand
en sortant
du tableau de mon hameau
où je vivais synchronisée avec les autres
j’ai connu tout le poids
de l’abandon et du temps
qui soudain arrêt une danse

J’ai oublié
quand le lisse plan des jours
basculant devint descente
dangereuse , inconnue et trop inconstante
une course accélérée
sans attaches pour l’ espoir
ni de choix pour le demain

 

Sezione aurea

 

 

Quel fil choisir pour réunir
Lambeaux et brindilles
Des longues journées ?

 

Comment assembler
Carrés de glace
Et cercles en feu ?

Certaines laideurs
Tissées au vol
Formant
Des rêves aux sucs amers
Font ressurgir les des angoisses impures

 

Et quand le vent repart souffler
Il ouvre en plein
La plaie sensible du manque abrupt

 

Et c’est,
Alors qu’on l’ entrevoit
Nue d’illusion
L’instable frontière
Souvent parée d’un beau sourire

 

Jonglant toujours
On édifie
Des constructions, une forteresse
Suivant la loi du nombre d’or
Et on atteint le point de vraie douceur
Entre l’agir et l’émotion

 

 

Updating

 

Les dates à part
On ne sait jamais
Si nos étreintes auront encore
Autant de douceur et de vérité

Les grandes
distances
Les jours ailleurs
Et tout le monde qui nous
Traverse
Laissent des traces
Qui nous font changer
Et prononcer des mots divers
À l accent étrange

Et dans le fond
On entrevoit
Certaines ombres
Comme des couleurs
Et l’on ressent
Presque palpable
Une nouvelle
Sensibilité

La poudre s’infiltre et l’air qu’on aspire
Font adoucir
Nos egos volubiles ou trop sensible
Nous poussant encore
L’un
Contre l’autre
Pour nous goûter comme des fous

Suggestion de Marcel42

Le pigment des jours

Dates à part
On ne sait jamais
Si nos
étreintes auront encore
La même douceur
La même sincérité

Les jours
ailleurs
Ces kilomètres qui souvent nous séparent
Et tous ces gens qui
nous traversent
Laissant des traces dans notre vie
Ils nous changent un
peu
Et cet accent étrange
Dans notre bouche
C’est le leurs

Comme
une ombre au fond de nous
Des couleurs nouvelles
Amicales
Justes
entrevues
Mais palpable
Notre sensibilité légèrement modifiée

Le
pigment des jours
Que l’on respire
Façonne et polit
Nos ego
volubiles
Plus lisses
Plus proches encore
A nous toucher
Et nous
goûter comme des fous

Dates à part
Je sais pour toujours
Que nos
étreintes auront encore
La même douceur
La même sincérité

 

 

Adorable Rencontre |
juno39 |
Du polar à lier |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Instantanés littéraux d'Afr...
| Réflexions pédagogiques par...
| Abandons