Galatea Belga Broderies

Bienvenue sur mon blog . Un peu de ma vie mais pas nécessairement le plus essentiel…

  • Accueil
  • > Archives pour février 2012

29 février, 2012

Hasselt , je t’aime !

Classé dans : Non classé — galatea @ 0:06
Image de prévisualisation YouTube

Partendo
portero’ con me
il gusto dei frangipane
al profumo di mandorle amare
il verde dei tuoi boschi e
le linee dritte delle tue strade

Sono stata nel tuo grembo
e tu mi hai nutrita e accolta
come una delle tue figlie

Mai
mi hai fatto rimpiangere
la madre che mi ha generato

Se non sai sorridere a squarciagola
nè lacrimare sconsolata
è perché non hai
gli abissi
incolmabili tra
una natura intatta e sublime
e un’umanità
che si inventa
e diffonde
le brutture più atroci

Galatea , tua figlia siciliana

Le jour que je partirai
j’emmènerai avec moi
le goût des frangipane
au parfum des amandes amères
le vert de tes bois
les lignes droites de tes routes

J’ai vécu dans tes bras
et tu m’as nourrie et accueillie
comme une de tes filles
Jamais
tu m’as fait regretter
la mère qui m’as générée
Si tu ne sais pas rire
de tout ton coeur
ni pleurer à chaudes larmes
c’est parce que tu n’as pas
les abysses
qu’on ne peut combler entre
une nature intacte et sublime
et une humanité
qui s’invente et parsème
les laideurs les plus atroces

Galatea , ta fille Sicilienne

27 février, 2012

J’ai perdu la clé du chant & Où sont finies les oasis ?

Classé dans : Les autres,Life,Tristes,Un peu de moi... — galatea @ 19:22
Image de prévisualisation YouTube

Une suite de soupirs accompagne l’individuation de chacun de mes bleus.

Instinctivement , j’essaye d’expulser les mauvaises intrusions qui circulent dans mon sang.
J’ai besoin de m’oxygéner ,alors je respire profondément , pour envoyer ailleurs , loin de moi cette néfaste pollution.

Le désespoir somptueux, insolent a déjà essayé de s’installer chez moi en souverain dominateur .

Je résiste , je recompacte mes particules assemblées par hasard, essayant de le tenir ensemble, malgré l’amer qui tout sépare et éloigne.
Un fil imprégné de lumière est tout ce que j’ai pour continuer, mon arme naturelle , spontanée.

Fatiguée, démoralisée, je suis un’ essence liquide et informe qui se répand là où peut être absorbée sans efforts et sans plans .

Je n’arrive plus à pêcher dans le réservoir des souvenirs , dans les catalogue des mots.
Un cadenas d’incrédulité bloque tout et mes mots de passe ne sont plus reconnus quand je tente d’utiliser tous mes accounts.

Cette impasse me fait demander si j’ai semé quelque sentiment, si j’ai su protéger la flammel de la compréhension car ces jours-ci je crois avoir perdu la clé d’accès aux autres et il me faut attendre qu’ils viennent re-ouvrir la porte de mon coeur.

16 février, 2012

Detox& Il fuoco sbiadito & Macchie d’olio

Classé dans : Les autres,Life — galatea @ 22:50

Image de prévisualisation YouTube
Detox& Il fuoco sbiadito & Macchie d'olio dans Les autres wardrobej

Se bastasse allontanarsi
Per non sentire più
Quel dolciastro
Che nausea
La finzione che indora
O il miele che cola

Cerco avidamente
Dell’amaro efficace
O un aspro che incide
Il mio gusto di vero
La mia fame di buono

Fammi bere dell’acqua
Priva di quei veleni
Assorbiti tra le valli della ripetizione
Nell’’assenza del brivido
E lontane dalla vera emozione
********

Il fuoco sbiadito

Mancano le parole
ed è svanito il gusto
la bolla si è sgonfiata
punta da strani umori

Il fuoco è ormai sbiadito
fiamma di una passione
che incerta si ravviva
quando lo sguardo è acceso
e il cuore si perdona

Chi vuole usare la scure
per abbattere questo amore ?
Io gli apro le braccia
accogliendolo senza pudore

*****

Un torpore di manna
piove dal mio ritorno
e un’ armata di sogni
ha invaso le mie notti

Cola
lento
tanto liquido d’argento
dilavando quelle tracce
di condensa inattesa
strana forma d’incisione
senza solchi apparenti
solo macchie d’olio
impregnanti e
al tempo
resistenti

et la version française…

 

Il pleut une torpeur de manne
depuis mon retour
et une armée de rêves
a envahi mes nuits

Il coule
lentement
tant de liquide d’argent
diluant
ces traces
de condensation inattendue
étrange forme d’incision
sans sillons apparents
seulement des taches d’huile
imprégnantes et…
au temps
résistantes

15 février, 2012

Fausse intimité -L’étrangère 2

Classé dans : Les autres,Life,Tristes — galatea @ 10:16
Image de prévisualisation YouTube

Je parcours tes intestins
Et découvre les couvercles
De tes mille pot-au-feu
Chaque jour je m’introduis
Dans les temples de ton être
Répétant les rituels
Qui te font ce que tu es
Quand tu glisses
Je m’arrête
Ombre émue de ton essence
Je te suis quand
Debout
Allongé
Ou
En diagonale
Tu exerces ton pouvoir
On dirait qu’on se connaît
Qu’on échange des senteurs
Qu’on se passe des humeurs
Qu’on s’accroche à nos sourires
Qu’on s’humecte des plaisir
Mais en ouvrant la grande fenêtre
Si le vent est froid et humide
Nos intimes alors s éludent

13 février, 2012

Avec la participation de …

Classé dans : Amore,Un peu de moi... — galatea @ 20:23

Image de prévisualisation YouTube
Avec la participation de ... dans Amore 432298_2809285305123_1048418909_32203640_554950891_n

Avec la participation de…

Un tango ou une valse pour célébrer?
On doit l’oublier
Car je n’ai pas saisi
Un vrai danseur comme cavalier

Mais nos pas de danse
Suivent de la nature
Les manifestations et les élégantes tournures

Nos pas s’accordent
Au vent qui chaud
Rends plus légères nos simples allures
Nos pas imitent
Les ondes qui frôlent nos chevilles mures
Nos pas ressemblent
A un fleuve limpide
Que les rochers, coulant , entoure

De notre bal
J’aime le temps qui dure
Et la synchronie
De notre regard que le désir encore allume

Ce soir , sortons !
Naxos nous attend
Là, où le rocher noir sur la mer bleu s’etend

Elle sera notre boite privée
Sous la grande voûte à peine étoilée
Et lorsque l’Etna orgueilleuse et puissante
Fera ses jeux de neige et de flammes
Improvisant une partition
Faite d’étincelles et de flocons
Nous danserons encore une fois émus
Écoutant la belle mélodie de l’Inconnu

11 février, 2012

Vapori di té –

Classé dans : In italiano,Liens,Life,Un peu de moi... — galatea @ 12:47

Image de prévisualisation YouTubeImage de prévisualisation YouTubeVapori di té -  dans In italiano invito-al-viaggio-in-india-per-pomeriggi-di-p-L-1

Vapori di té

Ressemblons-nous à nos boissons ?

Pendant ma vie j’ai essayé
Sans conviction
De conquérir le vif goût
Du noir café

Mais nos rencontres
Même si fréquentes
Demeurent fugaces
Sont bourrasqueuses

Après trois jours
Je perds le calme
Je me transforme
En obsessive qui déraisonne

Et alors je tourne
Mon attention
Vers mon vieux thé
L’ Oolong fumée
En feuille entière et enroulée

Quand je prépare ma tasse de thé
L’Assam , la Chine
Des hautes plaines
Et la Camellia Sinensis laquée
Sont devant moi
Fines et séchées
Les feuilles vertes
Reproduisent le parfum
D’un monde distant
Qui se dilue
Sensuel et relaxant
Dans le
Vapeurs de mon infusion

8 février, 2012

Bending golden daffodils

Classé dans : Amore,Life,Racconti/nouvelles,Un peu de moi... — galatea @ 22:07
Image de prévisualisation YouTube

 

 

flowers-22642_960_720

L’argent du Lurpak brille dans la pénombre de la cuisine ce matin, deux tranches de pain grillé au beurre salé et lea vapeur qui se lève du thé vert dans la tasse ocre.
La vieille fenêtre encadre le près enneigé.

Wandsworths coule dans mes pensées quand je revois les jonquilles dorées se plier , lourdes de neige et poussées par le vent de l’ouest.
C’est notre deuxième année au pays des émotions sans fond.
Troupeaux des nuages filent dans les couloirs du ciel , déversant à l’instant la pluie subtile , épineuse de février.

Le tic tac frénétique des goûttes fragilise les vitres vieillis , qui semblent craquer sous la rage de l’eau parsemée par le vent.
Tes mains , chaudes pressent doucement mon ventre.

Assoiffé de café et de câlines supplémentaire , tu t’appuies contre mon dos et me soutiens.
Un rituel.
Je recule à peine, justee pour entrer , complètement ,dans le cocon de ton corps.

Ton bonjour, chuchoté parmi les cheveux , sur mon cou, à gauche, me fait frissonner, dandiner et rire , parler la voix encore peu claire de qui vient juste de quitter un lit chaud où on a bien dormi.

Caresses et brefs massages un peu distraits , sans buts , avant de partir pour la chasse quotidienne , dehors .

J’aime ces frottements de mâle tendre ,désormais habituée à la certitude de ta présence .

C’est comme un savourer plus profond , sans l’ anxiété qui s’insinue quand on vit le précaire fou et intense mais avec l’abysse de la séparation . de la perte angoissantes toujours en face du merveilleux…

Gabrielle , chante sur Radio FM4 , le café monte rapidement et risque de se
verser si on ne baisse pas la flamme.

Encore un peu de ton parfum , de ton goût , encore un regard aux nombreuses jonquilles qui dansent avec le vent.

Je vais poser ce moment de perfection sur la grande feuille délicate de la mémoire , de l’incertitude et de l’éphémère .

7 février, 2012

Vers Compostela

Classé dans : Amore — galatea @ 14:44
Image de prévisualisation YouTube

Vers Compostela dans Amore M_061

On s’est donné un rendez-vous
vers Compostela et ses alentours

Qui sait un jour on se verra
derrière les murs de la cathédrale
un peu vieillis
les yeux encore bleus

Notre émotion sera encore là
et nos dessins en mots douceur
refleurirons sur nos bouches
ridés

Que importe si frêles
nous mains seront
moins chaudes et belles
du temps qui fut
nous reverrons
intacte et belle
notre liaison entre âmes soeurs

L’éclat de hier fut préservé
Dans notre non de responsables
chanceux jouisseurs

5 février, 2012

Diluition

Classé dans : Amore,Tristes — galatea @ 14:40

Image de prévisualisation YouTube
Diluition dans Amore keyslb3

Des pas résonnent
malgré la neige
la ruelle etroite
semble l’embrasser

Elle va
pressée

Elle va
sans se retourner
gettant les clés
de la maison des ombres

Vite
elle s’eloigne
laissant derrière
des miroirs voilés et sombres

Devant encore
l’eau cristalline
d’une mer qui enchante
et qui dilue sa peine

1 février, 2012

Sculpteurs & Le mensonge blanc de l’hiver

Classé dans : Amore — galatea @ 16:26

Sculpteurs & Le mensonge blanc de l'hiver dans Amore 397343_319693648075265_155236521187646_1057514_875260235_n-295x300

Sculpteurs de nos
Paysages intérieurs
Nous mirons en distance
Les évolutions de nos
plasmables essences

Émus
Contemplons
Nos sentiments éclairés
Par la constance et la douceur
Et leur projection
Dans nos quotidiens
Qui d’harmonie
S’adornent

Élans mutuels
Résonnent
Se modulent
Créent l’illusion
De longer
Pas à pas
Les mouvements universels
D’une danse éternelle

155424_259169674155171_100001864216374_676170_293984006_n-300x190 dans Amore

Le mensonge blanc de l’hiver

L’ hiver souligne
incohérences et drâmes
L’homme vaincu
Nu de confort
Montre ses épines
ses tristes feuilles mortes

L’ hiver et son vent
Soufflent sur le manque
Et latents restent
les cris les larmes des âmes
Decues loin du vacarme

L’hiver implacable
Tourmente l’homme
Sans plus douceur
Sans plus liens et
Fronzures d’ été
Qui emoussent ses lames

L’hiver cruel
Montre et souligne
L’espoir trop faible
Et les angoisses d’un
Mal profond
Qui tue l’homme

L’hiver sournois
Montre sa pitiè
Cachant le vide des
Coeurs tremblants
Couvrant le monde
D’un mensonge blanc

 

Adorable Rencontre |
juno39 |
Du polar à lier |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Instantanés littéraux d'Afr...
| Réflexions pédagogiques par...
| Abandons