Galatea Belga Broderies

Bienvenue sur mon blog . Un peu de ma vie mais pas nécessairement le plus essentiel…

29 avril, 2011

Le vieil ordre

Classé dans : Amore — galatea @ 20:18

 

 

 

Le vieil ordre dans Amore 18968210

 

 

 Image de prévisualisation YouTube

 

Deux colombes au pied du chêne
Qui s’effleurent en béquetant
Leur dos semble irisé

Quand oblique la lumière
Tel un  spot, vient traverser
Les sombres branches

Recouvertes de vert jeune

Printanier

Je reprends peu à peu
De ma vie la mélodie
Vivre est mon habitude
Belle et pleine de gratitude
Sans angoisses ou vaines tensions

L’air du soir
Est encore frais
Et chatouille mes narines
En soufflant dans mes poumons
Une nouvelle adrénaline


Comme un film au ralenti
Mes morceaux un à un
Vont reprendre le vieil ordre
Enfin s’éteint, enfin se tait
L’alarme rouge dans mon corps

Tu es là
Tu me combles
J’ai trouvé encore un fois
Mon refuge dans tes bras

Serre fort ma main

Classé dans : Amore — galatea @ 14:48

Image de prévisualisation YouTube 

Mes griffes sur la vie 

Je remonte la  profonde crevasse 

Epuisée , décortiquée 

Vive ! 

Je veux retourner 

Me remplir les poumons et mes yeux 

De la douce vision 

De te beaux  traits 

Mon  aimé 

Et toi, tu seras le bouclier 

Qui immense 

Réussira à barrer 

Les longues flèches du hasard 

Et l’angoisse qui souvent 

Vient comme cible me chercher 

Ta main chaude 

Sur la mienne encore pale

 Serre-la  fort pour  me créer un refuge un repaire 

Alite en moi ta constante confiance 

Doucement de ton essence fais –moi encore enivrer 

Laisse- moi  encore jouer et danser 

Autour de toi mon unique pôle d’amour 

Trop loin de la rive

Classé dans : Tristes — galatea @ 5:28

 

L’infiltration de tes détresses
a fait écrouler
les dures parois
du réservoir de ma tristesse  

  

 Maintenant je me noie
dans de vieilles peurs
et sales angoisses
car j’ai perdu
mes forces-envies
pour resurfer ou
essayer encore de nager

Trop loin les rives où me sauver
et imperceptible la douce musique
qui pouvait inspirer
un peu d’espoir, me faire lutter
contre ces courants
puissants et amers

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

26 avril, 2011

Sans actions- L’amour nu

Classé dans : Tristes — galatea @ 21:56

Sans actions- L'amour nu dans Tristes tamara10 

 

 

J’ai chassé mon bonheur

et je pousse les heures

au dehors de ce seuil

J’ai une envie arrogante

de créer à l’instant

comme un vide d

pour augmenter nos distances

et tracer

profond

un grand creux immaculé

Je voudrais encore t’écrire

mais sur une tabula rasa

sans aucune halos

ni ombres

ou confusion de présences

Et dans l’air

je sais

vibrent encore en suspension

nos mots doux enlacés

mais mon coeur je voudrais fort serrer

se volets refermer

pour oublier que moi aussi

j’ai besoin de t’aimer

**********

 

Image de prévisualisation YouTube

L’amour nu

Les non-dits

on formé

une bague de glace

qui resserre mon âme

et en vain je m’écroule

le lourd poids du silence

Avais-je le pouvoir

de briser cette barrière

de mots doux mais

peut-être insincères

je pourrais enfin

voir ton âme vraiment nue

sans plus fards inutiles

mais encore sensible

pour comprendre un amour

qui n’a rien à cacher

 

Image de prévisualisation YouTube

23 avril, 2011

Et la lune pale vient editer

Classé dans : Tristes — galatea @ 15:58

 

 

 

Et la lune pale vient editer dans Tristes 23299710

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Image de prévisualisation YouTube

Dans la vallée des mots fluides

coulent poisons, passions amères

et délicieuses gouttes de miel

d’essences  d’alcools, brûlants désirs

et leurs mélanges

toujours variables

laissent les gens ivres ou malades
Dans la vallée des mots fleuris

coulent, débordent

versent langueurs

détresses de cœur

et des courants de fraîche douceur
Quand un rocher

arrête sa course

crée un miroir, un lac d’espoir

et chaque lettre reprend son poids

donne le ton

devient la clé

d’une œuvre complexe

tressée, émaillée

de perles qui,

une à une viennent envoyées
Et quand pâle la lune vient  éditer

dans l’eau reluisent

sentences, vers

poèmes entiers, rêves accomplis

ou cauchemars qui à ce moment semblent infinis

Taormina, 23 aprile 2011

22 avril, 2011

Dans le ventre de Taormina

Classé dans : Journal — galatea @ 14:46

 Dans le ventre de Taormina dans Journal 4794_010

 Image de prévisualisation YouTube

Dans le ventre de Taormina

Le coté sud de Taormina, flanc laid du mont Tauro est occupé par des constructions si tristement typiques de la Sicile, en plus l’eco-monstre , l’hôpital ,occlude une moitée du torrent Sirina. De ce matin , j’attends là , Godot l’orthopédiste .
L’hôpital, les hôpitaux, je crois, reflètent bien la région dont ils font partie.
L’hôpital San Vincenzo a les hirondelles qui volent en permanence aidées par les courants chaude de l’étroite vallée et le fond bleu de la mer , qui comme une corniche, un passe-partout miraculeux , embellit, rend agreeable…tout.
La planche indigo ,immobile, a des froncements imperceptibles mais juste au bord de la rive.
Sur les collines , encore vertes, des ruches et des pauvres maisons abandonnées.
Les hirondelles, nombreuses , font la navette , sans interruption sous le soleil, entre les nids sous les balcons et les mûriers qui remuent, comme ennuyés, leur tendres feuilles.
Les oiseaux du printemps planent, agitent leurs ailes pour remonter, descendent doucement savourant leur mouvement , l’harmonie d’un après midi de calme , de silence.
Catapultée dans ce microcosme, je commence mon adaptation.
Passé le moment de panique , viennent coupés ,un après l’autre, les liens avec le monde extérieur.
La lenteur prend sa place, devient le focus et j’ai presque un subtil plaisir à chaque coup de téléphone qui efface engagements, rendez-vous…L’instant, peu à peu devient concave, profond , élastique .
Les autres , les fourmies encore en quête de temps, doivent réparer le trou crée par notre absence, par notre vacance, mieux notre vacuum…

21 aprile 2011


-->
-->
-->

Pourquoi j’écris en français

Pourquoi j’écris en français.

On me demande souvent pourquoi je n’écris pas en italien, ma langue maternelle.
J’aime les défis et votre langue est un défi qui m’attire.

Les tournures de la phrase, le rythme des mots, l ‘attente de l’adjectif, la musicalité des mots, les différence de genre masculine et féminin , l’utilisations différente des verbs sont des pièges que j’aime entourer et dans les quels je tombe souvent.

Écrire en français me fait sentir autre.

J’aime les dépaysements et mes pérégrinations le confirment.

C’est très, très agréable recommencer, se faire comme une nouvelle carte d’identité à chaque déplacement et , en même temps, il faut trouver de belles motivations , toute une série de stratégies pour ne pas couper avec le passé, maintenir les liens , le faire continuer et développer dans une situation de déracinement , presque d’artificialité des rapports.

Écrire dans une langue qu’on connaît partiellement…rajeunit.

On s’écroule mentalement des ans car on secoue souvent les neurones qui doivent se mettre au travail pour mémoriser , réorganiser les nouvel langage et ,sur le plan pratique de la communication, on redevient enfants, adolescents…

Voilà j’ai trouvé une justification pour l’âge apparente de mes mots qui ne reflets sûrement tous mes printemps.
….
J’ai une âge mentale de 28-36 m’a déclaré un test , assez sérieux ….

Alors , quand j’écris et balbutie en français la combinaison de ces deux facteurs fait couler mon âge , apparente…et j’ai ….

J’ai quel âge selon vous ??

20 avril, 2011

Cadeaux de notre vie Galatea & Dexter

Classé dans : Amore,Duo — galatea @ 15:08

Cadeaux de notre vie Galatea & Dexter dans Amore matiss10 

Image de prévisualisation YouTube

Lorsque la nuit étend son rideau noir
Sur une journée, notre journée
Je pars , je m’envole,et mon coeur, qui seul t’espère
cherche tes traces dans la voûte entière
Entraîné par tes mots doux porteurs d’espoir

Si les heures qui nous furent accordées
Ont perdu des instants
Des moments, des présents
Cadeaux de vie qui nous ont émerveillés
Nos deux âmes ont trouvé
L’une dans l’autre leur abri

Et quand mes yeux
attirés par ton regard
Viennent s’y noyer charmés
Que mon visage ressent la douceur de ta main
Alors une langueur, un sentiment
De bien-être et plénitude
Coule en moi comme riche sève
D’une vie comme un rêve
Qui nous a éloignés de la solitude
Et rapprochés de nos certitudes

Galatea Belga & Dexter

18/04/2011

11 avril, 2011

Quand le coup du clocher…

Classé dans : Non classé — galatea @ 16:02

Quand le coup du clocher... images11

Une nuance moins
Azure que la mer
Le ciel vide
A perdu ses lambeaux de nuages

 

Sentinelles
Du hameau silencieux
Hirondelles et colombes
Crient leur joie
Sur les fils
Sur les bords des gouttières

 

 Quand le coup
De l’horloge
Du clocher sonne midi
Sans plus âge
Ni contraintes corporelles
Je me plonge dans un bain de lumière

 

Sans plus nom , ni biographie
Je deviens libre essence
Vibration harmonieuse
Mauve fréquence
Juste un souffle
Qui te cherche
Comme une vague
Haletant de sa rive
La lisière

8 avril, 2011

Je pars

Classé dans : Non classé — galatea @ 7:02

Je pars painti10 

Je pars

suivre l’air doux
 
comme les hirondelles chaque  printemps

Je pars

reparcourir les sentiers anciens

encore sauvages de ma belle île

de mon enfance 

 

Je rejoins

qui m’attend amoureux

ses bras ouverts et accueillants

loin des bruits

de ce monde  indifférent 

 

Je vais
 
partager ce réveil de la nature

pleine d’espoir et sans plus armures

assoiffée de douces brises

et de présences qui me rassurent

 

J’emmène 

un coeur lourd

des  profondes blessures 

l’envie vive d’enfin parler

prononcer tous mes mots 

les plus sincères

les plus touchants 

sans fausses tournures

ou etranges sens

pour lui dire

combien  c’est dur

 d’être loin

vivre si distantsImage de prévisualisation YouTube 

6 avril, 2011

Si parfois…

Classé dans : Non classé — galatea @ 21:09

Si parfois... images14 

Image de prévisualisation YouTube

Si parfois

triste, déçue

je m’eloigne confuse

dans mon coeur

je maintiens toujours vive

l’espérance

de revoir ton sourire revenir

Quand ton être

rassuré

pour moi encore

se ouvre

j’aime me perdre

dans tes yeux

verts de mélancolie

et alors naît en moi

une douce vive envie

de rester

 de donner

plus de chance

à cet amour

noble flèche

de deux âmes qui

l’une de l’autre

sont la cible

12
 

Adorable Rencontre |
juno39 |
Du polar à lier |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Instantanés littéraux d'Afr...
| Réflexions pédagogiques par...
| Abandons