Accueil Journal Comment…tu mens ?

Comment…tu mens ?

4
0
69

Comment…tu mens ? dans Journal acoralreefamg 

Comment t’es? Comme « hanté »! Commentez, Co mentent &… Qad Yougal

 

 Cher Qad… j’avais déjà préparé cette réflection avant de lire ta citation
mais elle complète et fait intéressante ma miette.
Merci!!!

 

 

 

Comment…tu mens ?


Ma production de miettes est typique du terroir.
Elle naît dans un site de poésie ou mon blog et meurt là , peu distant dans le lien de quelques amis qui trouve à… relire chez moi.
La communauté des scribouilleurs trouve son plaisir quotidien, à travers la composition , une abréactions des désirs qui frôlent dans les mots .Mais je crois que la lecture et le comment des autres écrits satisfont des besoins aussi.

J’aime commenter…je sais, vous le suspectiez déjà…

Passionnée de la communication, du partage de la crèation progressive de networks réels et virtuels …je concretise mon besoin-desir chaque jour. Helas… qui ne partage pas autant de passion dévorante peut rester perplexe ou pire…nausé.Je comprends.

Qui m’accompagne et fait belle ma vie…sait , depuis longtemps, que avec Lilia on accept aussi tout un monde de présences qui vont et viennent, comme dans un lieu d’echanges d’idées , de projets et d’amour pour la vie , enfin!

De façon limité , je vois les comments sous un poème ou un texte comme une continuation de ma façon de vivre.

Donc  je suis prolifique et mes passages sous les autres textes , 3629 en un an seulement sur un site…en sont la prevue…

Mon agir et mes comments ainsi sont faits pour dire _ -je suis là…je vous vois
-je viens me relaxer un instant chez vous car là on respire un atmosphère differente…
-vous savez faire- bien – d’autres choses je viens savourer et…apprendre
-je viens vous remercier
-je viens faire le comment de la baise, une caline , on s’en … de la poésie , on s’aime !!
-je n’aime pas… mais si vous savez lire, vous comprendrez
-je viens pour rigoler :une de forme plus belles de commentaire, selon moi !
-je n’aime pas ni rimes , ni langage acadien , poétique m…que mais je suis toujours pleine de doutes… et si la poésie était aussi oiseaux, ruisseaux et plumeaux ??
-j’adore lire , me plonger dans vos vers et ’j’espère d’emprunter quelque chose à sculpter dans mon âme
-je ne comprends rien mais je reviens comme un singe qui a envie de découvrir… et ouvrir…

Image de prévisualisation YouTube

 Inconstante

Dans l’instant
il y a ces ombres qui dansent
ces voix qui bercent
ces dédales qui s’ensablent
et le vent dans son donjon de nuages
luisants comme pollens
à la rosace de mauve
et vaine la caresse du temps qui
sans cesse étripe et trépasse
O toi qui étouffes
il faudrait t’adombrer
escalader le mur de Planck
cesser de graviter
lémurien pendu au lem
penseur de ta propre masse d’âme
chasseur
aliéné

ô cueilleur d’ailleurs !

Pritos

http://murmures.forumactif.net/t9400-inconstante#122994

  • La grande muraglia

    Sei…sei, si, ancora sei la grande muraglia che protegge e confina e quella  forza che isti…
  • Evenos-temps rélatif

          Temps rélatif Mon coeur bat Trop de secondes Sur cette ligne chaque j…
  • Se souvenir de bientôt…Hubix Jee (Heak )

    S’appeler au-delà des mots, imaginables À travers les compendium de nos printemps Ma…
  • Diversi- Sans addiction

      Non so neanche come ci si ubriaca io non desidero perdere la testa. Non so so nemme…
  • Nessuno escluso

    E’ ancora troppo bassa la curva del sole e ancora troppo vaste sono  le ombre nel gi…
Charger d'autres articles liés
  • Se souvenir de bientôt…Hubix Jee (Heak )

    S’appeler au-delà des mots, imaginables À travers les compendium de nos printemps Ma…
  • Diversi- Sans addiction

      Non so neanche come ci si ubriaca io non desidero perdere la testa. Non so so nemme…
  • Nessuno escluso

    E’ ancora troppo bassa la curva del sole e ancora troppo vaste sono  le ombre nel gi…
Charger d'autres écrits par galatea
  • Speranze da Covid

    E mentre il virus spazza consuetudini la pandemia regala anche nuovi agi. A ogni giro qual…
  • Il libro del domani

    Domani, ricomincio  la pagina senza trama di un nuovo capitolo. Domani… forse spengo…
  • Vicino la stanza grigia

      Solo tanta nebbia tutto intorno da sola entro, senza paura ma non c’è nulla solo un…
Charger d'autres écrits dans Journal

4 Commentaires

  1. goutdemiel

    4 février, 2011 à 14:01

    Comment, tu mens ? (un joli titre, qui résume tout)

    Voici, un de tes jolis textes, sur « Jepoème »

    « Votre » Galatea Belga ilienne
    Aimerait préciser qu’étant sicilienne
    Elle tient fort à défendre sa vertu
    Devant les assauts fous d’un barde têtu

    …/…

    Et vous, l’ami au fort accent arabe
    Vous m’offrez quoi sous votre barbe ?
    Sueur, poux, chaleur ou drame ?
    Et moi, honnête et pudique dame
    Je me refuse à vous faire créance
    Jamais ne serai votre pitance
    Ah, quelle innommable offense !
    Je vois avancer votre grande panse
    En concupiscence devant mes charmes
    Circulez, y a rien à voir, même à Parme

    Moi, fille de l’Etna, sicilienne volcanique
    Je me vois virtuellement biaisée par l’impudique
    Qui veut reparcourir, tout comme ses ancêtres
    Les ruelles et doux arpents sans s’y connaître
    Du corps de ma Sicile aimée toujours proie rêvée
    Pour les avides bronzés, conquérants inachevés

    ps: vous qui n’aimez point les rimes
    je me demande à quoi tout cela rime ?
    Tiens,tiens…
    Chassez le naturel, il revient au galop !
    En plus de ça, vous êtes raciste !:affraid:
    Trop, c’est trop !!!

    Maintenant, je vous connais MIEUX !!!

  2. Mourad Ouhssaine alias Qad Yougal

    5 février, 2011 à 23:15

    Racisme et quartiers vides
    Donne des racines
    Le pépin des quartiers pleins

  3. Mourad Ouhssaine alias Qad Yougal

    7 février, 2011 à 4:56

    Jeu, peaux aiment…

  4. galatea

    8 février, 2011 à 5:44

    Qad..j’ai trouvé ton comment…et c’est vrai que j’aime tout le monde…pourvu qu’ils montrent la seule qualité essentielle:l a sincerité !!
    Ne sommmes nous tous fleurs du meme Jardin et feuilles du meme Arbre ???

    Merci pour tes comments
    lilia

Laisser un commentaire

Consulter aussi

M. Heizenthlay

       Un rosso teatrale, la posa fatale e quello sguardo che scava nel pro…