Accueil Journal Un peu de moi

Un peu de moi

4
0
102

 

 Un peu de moi dans Journal oilpaintingabstractsd00

 

Il y a un an , en Janvier 2010 , j’ai commencé à écrire des poèmes , en Français,  langue que j’utilise seulement pour écrire ici…
Dépuis trois ans ,j’habite en Belgique , en Limburg , Flandres.

Je suis une exilée volontaire et heureuse.

Ma nouvelle vie à cause de mon travail m’a fait éloigner de l’Italie , de ma  Sicile où je suis née , mais que j’ai quitté il y a 30 ans…
J’écris de mon quotidien , je raconte ce que mon regard cueille pendant mes déplacements en voiture ou en train…pendant que j’écoute, toujours, toutes sortes de musique.

Parfums soleil et…musique sont mes déclencheurs d’émotions que j’accumule instant pour instant , ivre de vivre…
J’ écris pour me sentir libre et vidée d’émotions qu’ à l’occasion je préfère communiquer à mon aimé , à mes amies.
Je suis ouverte et j’accepte librement l’émotion que la rencontre avec les autres fait naître en moi.
Je crois avoir ,en général, un regard positif et d’acceptation pour tous et tout…je n’aime pas  croire , avant tout, que ce monde est inhabité par loups et hyènes…
Je me sais défendre en tout cas …

Je poursuis un idéal de poésie qui est en harmonie avec ma simple vision de la vie et des relations avec les autres.

Plein de liberté donc et absolument pas de contritions stylistiques.
Je déteste mes poèmes qui m’arrivent en rimes !!

J’écris comme Galatea belga quand une musique , un parfum , le soleil ouvrent mon réservoir d’émotions, quand j’ai besoin de figer un moment riche de vécu et de musique intérieure et avec les pauses de mon souffle de l’instant…

 

Image de prévisualisation YouTube

26 gennaio 2011 suite à un commentaire d’ Elisabetha

L’odorat chez moi…
Mon sens plus développé , l ‘odorat aucun doute !!
On sent avant de voir !
Je choisis tout en reniflant les situations et mes amis doivent avoir un odeur compatible avec mon patrimoine génétique…pour être des amis éternels.
A partir de l’OK de mon nez , les autres deviennent partie de mon domaine à curer et je m’en occupe , ils font partie de mon domaine olfactive -affective.Mais l’odorat est aussi mon fil conducteur quotidien. Le parfum de la douche, la pate du dentifrice, le café, les odeurs de la rue quand je sors, les odeurs atmosphères des lieux où je vais travailler.

Les odeurs agreables augmentent ma vigilance, ma performance et réduisent mon stress.
Juste en améliorant l’humeur et en créant un sentiment de bien-être matinal , je sors pour entrer dans le monde des autres…
Ils resteront comme zones d’épuisement de mes énergies ou merveilleux lieux qui me rechargent , grâce à une composition d’odeurs humains et des murs… du bâtiment qui font une combinaison unique et inoubliable…

Je reviendrai sur ça…
Cette fois je me limite à retracer une mappe de mes parfums..une différente possibilité, parfumée, de reconstruire les étapes de ma vie…en suivant mes essences pleines de signification…
Enfance -adolescence du Vetiver – du Bergamot toujours ! pour me sentir prête à avaler la vie

-Fidji… le premier grand amour, l’université ……………………Vetiver.
-Diorissimo, je travaille……………………………………………………… Vetiver.
je suis une adulte…les amours…., Brescia , les Alpes…
-Opium -Ici ParisYSL…,Milan la solitude, le même amour ..Vetiver.
-Eau de Lancome………,Milan…………………………………………………Vetiver.
-White Linen…,le grand changement… Milan………………Opium intime.
-Yssey de Myake…Windsor …les ans d’or……………………Opium intime.
-Hugo Boss…,Windsor…les ans d’or, l’euphorie platonique…Opium intime
-Dolce e Gabbana…,le retour en Sicile…le paradis, Lilia retrouvée…Opium intime
-Green Tea…,Sicile et amis………………………………..Opium intime
-Burberry…la Belgique, une nouvelle vie…arrive la poésie….Opium intime
-Thierry Mugler Alien …la Belgique, la poésie devient ma vie…Opium intime…
-Je vais acheter encore du Vetiver…!!!

61417906 dans Un peu de moi...

 

  • La grande muraglia

    Sei…sei, si, ancora sei la grande muraglia che protegge e confina e quella  forza che isti…
  • Evenos-temps rélatif

          Temps rélatif Mon coeur bat Trop de secondes Sur cette ligne chaque j…
  • Se souvenir de bientôt…Hubix Jee (Heak )

    S’appeler au-delà des mots, imaginables À travers les compendium de nos printemps Ma…
  • Diversi- Sans addiction

      Non so neanche come ci si ubriaca io non desidero perdere la testa. Non so so nemme…
  • Nessuno escluso

    E’ ancora troppo bassa la curva del sole e ancora troppo vaste sono  le ombre nel gi…
Charger d'autres articles liés
  • Se souvenir de bientôt…Hubix Jee (Heak )

    S’appeler au-delà des mots, imaginables À travers les compendium de nos printemps Ma…
  • Diversi- Sans addiction

      Non so neanche come ci si ubriaca io non desidero perdere la testa. Non so so nemme…
  • Nessuno escluso

    E’ ancora troppo bassa la curva del sole e ancora troppo vaste sono  le ombre nel gi…
Charger d'autres écrits par galatea
  • Speranze da Covid

    E mentre il virus spazza consuetudini la pandemia regala anche nuovi agi. A ogni giro qual…
  • Il libro del domani

    Domani, ricomincio  la pagina senza trama di un nuovo capitolo. Domani… forse spengo…
  • Vicino la stanza grigia

      Solo tanta nebbia tutto intorno da sola entro, senza paura ma non c’è nulla solo un…
Charger d'autres écrits dans Journal

4 Commentaires

  1. elisabetha

    26 janvier, 2011 à 21:29

    tu me fais penser que j’adore aussi issey miake, mais j’ai l’impression que les autres sont obligés de le respirer après moi pendant une heure! mais j’adore pour un instant cet univers de l’éphémère(plaisir intense des sens féminins)
    ton article sur les parfums me parle , ce mélange des choses et des gens qui imbibe nos peaux et nous attire ou nous repousse, mais je trouve excessif ton analyse sur les rapports des gens avec leur odeur, leur maladie ect.
    Par contre je comprends très bien ton approche de l’émotion créatrice qui ressemble à la mienne. Et cette envie de la partager avec les gens qu’on aime et les amis.
    Bon j’espère t’avoir été utile par ce commentaire.
    sache enfin que j’apprécie beaucoup ce que dégage tes mots, de sensualité et de joie de vivre.

  2. galatea

    26 janvier, 2011 à 22:40

    Merci beaucoup Elisabetha…je vais modifier pour le site, mais je laisse le reste pour ce blog…Ce qu’j'ai ecrit est surement excessif ..mais moi je choisis et je « juge » VRAIMENT avec mon nez…Difficile à expliquer, mais c’est mon odorat ma bussole!!
    bises
    lilia

  3. bAn

    11 février, 2011 à 14:19

    de fil en fil, la toile m’a mené sur Passion des Poèmes puis ici. Il n’y a pas de hasard car émane de vos textes une fragrance indescriptible et qui adhère sur moi.
    Je retiens « Je déteste mes poèmes qui m’arrivent en rimes !! » Quelle étrange phrase. Pourquoi chasser le naturel, même lorsqu’on préfère les vers libres à une quelconque règle de prosodie ?
    Personnellement j’aime les deux et j’ai souvent remarqué que la prosodie, d’abord appliquée, mène souvent vers une poésie libre mais plus mûre. Certes il y a des exceptions, probablement êtes-vous de celles-ci.

    Surtout, écrivez! Ne retenez point votre plume habile.
    amitiés
    BrickmAn

  4. galatea

    15 février, 2011 à 15:28

    Je n’arrive pas à me retenir…
    Merci pour ta visite et ton frais comment , BrickMan

    Amicalement
    galatea

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Amid*

  Sono io punto d’intersezione ? Sembra che  gorghi e intensi sentimenti mi girino i…