Galatea Belga Broderies

Bienvenue sur mon blog . Un peu de ma vie mais pas nécessairement le plus essentiel…

  • Accueil
  • > Archives pour janvier 2011

29 janvier, 2011

Sabbie d’oro a Naxos

Classé dans : 2011,Amore,In italiano — galatea @ 7:02

Sabbie d'oro a Naxos dans 2011 naxoxagg 

Image de prévisualisation YouTube 

Image de prévisualisation YouTube

 

Le grand jaune  se cache

Au tourner de
longues heures de cinabres

Qui étourdissent et nous lassent


Nos fraîches douches nous ravivent
Et nos corps

Oeuvres sculptures , couvertes de brune chair

Deviennent diffuseurs de fragrances
Emanant une   bleuté de primeur


Sous la voûte chauffante
De cette longue nuit estivale
Nos pas lents se mêlent
A’ l’ecume des ondes
Tremulantes  et gueuses
Qui viennent vite confondre
le passage de nos nues plantes

L’eau  limpide et  tiède

A une  louer vibrante
De murène en attente
Sa présence silencieuse
Infiltrante et curieuse
Entre  nos pas sans pose

Sur la scene de la baie
Nous faisons  notre pause
Le ressac régulier

De l’eau calme et chaude

Est une libre harmonie

De notes douces chuchotées
A’ chaque  onde de la mer qui
Douce lèche la rive

Je m’incline
Tu m’accueilles d
ans ton anse

Et ta joue
Je ressens qu’elle  effleure mon visage
Nos mains jointes
Nous restons en silence
Juste une note  bruissante 

 L’ondoyer régulier , la courante   de la mer

versione italiana -traduzione modificata

Alla fine di un lungo giorno
il gran giallo si nasconde
mitigando quelle ore di cinabro
che ci spossano e ci esalano

Delle docce poi ci ravvivano
e ci fanno diventare
diffusori di fragranze
emananti quasi un’azzurra
fresca aura
vere opere scultoree
ricoperte di oro bruno

Sotto la volta, ancora fornace
di questa notte cosi estiva
i nostri calmi, lenti passi
si impregnano di sabbia e schiuma
che ci sfiora quasi tremula

Tante voghe impercettibili
si inframezzano
al passare delle impronte
l’acqua è limpida, brodosa
ha il chiarore tremolante
di murena in attesa, silenziosa
e la sua presenza già assopita
entra fra le dita
senza posa

Sulla scena della baia
noi facciamo anche una pausa:
la risacca regolare delle onde
è un accenno,dolce, quieto
di sottili increspature
e di note sussurrate
ogni volta che un flutto
quasi timido
rilambisce questa riva

Io mi adagio verso te
e tu mi accogli
nella tua ansa profumata

Sento ora la tua guancia
calda che mi sfiora il viso
e le mani sono giunte

Respiriamo
in silenzio
altre note mormorate
dal costante ondeggiare della corrente
lungo i fianchi
delle barche sulla riva ormeggiate

 

29 gennaio 2011,  ispirata dalla foto di Agata Torre Bordonaro e dalla sua visita…

25 janvier, 2011

Un peu de moi

Classé dans : Journal,Un peu de moi... — galatea @ 7:09

 

 Un peu de moi dans Journal oilpaintingabstractsd00

 

Il y a un an , en Janvier 2010 , j’ai commencé à écrire des poèmes , en Français,  langue que j’utilise seulement pour écrire ici…
Dépuis trois ans ,j’habite en Belgique , en Limburg , Flandres.

Je suis une exilée volontaire et heureuse.

Ma nouvelle vie à cause de mon travail m’a fait éloigner de l’Italie , de ma  Sicile où je suis née , mais que j’ai quitté il y a 30 ans…
J’écris de mon quotidien , je raconte ce que mon regard cueille pendant mes déplacements en voiture ou en train…pendant que j’écoute, toujours, toutes sortes de musique.

Parfums soleil et…musique sont mes déclencheurs d’émotions que j’accumule instant pour instant , ivre de vivre…
J’ écris pour me sentir libre et vidée d’émotions qu’ à l’occasion je préfère communiquer à mon aimé , à mes amies.
Je suis ouverte et j’accepte librement l’émotion que la rencontre avec les autres fait naître en moi.
Je crois avoir ,en général, un regard positif et d’acceptation pour tous et tout…je n’aime pas  croire , avant tout, que ce monde est inhabité par loups et hyènes…
Je me sais défendre en tout cas …

Je poursuis un idéal de poésie qui est en harmonie avec ma simple vision de la vie et des relations avec les autres.

Plein de liberté donc et absolument pas de contritions stylistiques.
Je déteste mes poèmes qui m’arrivent en rimes !!

J’écris comme Galatea belga quand une musique , un parfum , le soleil ouvrent mon réservoir d’émotions, quand j’ai besoin de figer un moment riche de vécu et de musique intérieure et avec les pauses de mon souffle de l’instant…

 

Image de prévisualisation YouTube

26 gennaio 2011 suite à un commentaire d’ Elisabetha

L’odorat chez moi…
Mon sens plus développé , l ‘odorat aucun doute !!
On sent avant de voir !
Je choisis tout en reniflant les situations et mes amis doivent avoir un odeur compatible avec mon patrimoine génétique…pour être des amis éternels.
A partir de l’OK de mon nez , les autres deviennent partie de mon domaine à curer et je m’en occupe , ils font partie de mon domaine olfactive -affective.Mais l’odorat est aussi mon fil conducteur quotidien. Le parfum de la douche, la pate du dentifrice, le café, les odeurs de la rue quand je sors, les odeurs atmosphères des lieux où je vais travailler.

Les odeurs agreables augmentent ma vigilance, ma performance et réduisent mon stress.
Juste en améliorant l’humeur et en créant un sentiment de bien-être matinal , je sors pour entrer dans le monde des autres…
Ils resteront comme zones d’épuisement de mes énergies ou merveilleux lieux qui me rechargent , grâce à une composition d’odeurs humains et des murs… du bâtiment qui font une combinaison unique et inoubliable…

Je reviendrai sur ça…
Cette fois je me limite à retracer une mappe de mes parfums..une différente possibilité, parfumée, de reconstruire les étapes de ma vie…en suivant mes essences pleines de signification…
Enfance -adolescence du Vetiver – du Bergamot toujours ! pour me sentir prête à avaler la vie

-Fidji… le premier grand amour, l’université ……………………Vetiver.
-Diorissimo, je travaille……………………………………………………… Vetiver.
je suis une adulte…les amours…., Brescia , les Alpes…
-Opium -Ici ParisYSL…,Milan la solitude, le même amour ..Vetiver.
-Eau de Lancome………,Milan…………………………………………………Vetiver.
-White Linen…,le grand changement… Milan………………Opium intime.
-Yssey de Myake…Windsor …les ans d’or……………………Opium intime.
-Hugo Boss…,Windsor…les ans d’or, l’euphorie platonique…Opium intime
-Dolce e Gabbana…,le retour en Sicile…le paradis, Lilia retrouvée…Opium intime
-Green Tea…,Sicile et amis………………………………..Opium intime
-Burberry…la Belgique, une nouvelle vie…arrive la poésie….Opium intime
-Thierry Mugler Alien …la Belgique, la poésie devient ma vie…Opium intime…
-Je vais acheter encore du Vetiver…!!!

61417906 dans Un peu de moi...

 

Tu me vois ?

Classé dans : Non classé — galatea @ 0:05

Tu me vois ? lesdanseuses3kibadachih 

Tu me vois?

Sur le sol je m’ appuie

Comme en pas de danse libre

Et mes jours sont éclairs

  Pointes libres sémillantes 

Assoiffés de demains

Une lymphe alcoolique

Pure essence de ton être

Crée une chaude protection 

Pour mon âme intrépide

Dévoilée sans tissages

Mon chemin est un sentier

Une vision qu’on partage

Quand nos yeux encore avides

S’ouvrent au nouvel jour

Je suis flûte qui fredonne

A chaque souffle de la brise de ce monde

Mais mon âme , mon visage se rayonne et s’ouvre ravi

Seulement quand se tourne et revoit

Ton sourire

  Ma lumière 

24 gennaio 2011

Galatea belga

Image de prévisualisation YouTube

Io lavoro e penso a te
torno a casa e penso a te
le telefono e intanto penso a te

Come stai e penso a te
dove andiamo e penso a te
le sorrido abbasso gli occhi e penso a te

Non so con chi adesso sei
non so che cosa fai
ma so di certo a cosa stai pensando

E’ troppo grande la città
per due che come noi
non sperano però si stan cercando… cercando…

Scusa è tardi e penso a te
ti accompagno e penso a te
non son stato divertente e penso a te

Sono al buio e penso a te
chiudo gli occhi e penso a te
io non dormo e penso a te…….

Io lavoro e penso a te
torno a casa e penso a te
le telefono e intanto penso a te

Come stai e penso a te
dove andiamo e penso  a te
le sorrido abbasso gli occhi e penso a te

Non so con chi adesso sei
non so che cosa fai
ma so di certo a cosa stai pensando

E’ troppo grande la città
per due che come noi
non sperano però si stan cercando… cercando…

Scusa è tardi e penso a te
ti accompagno e penso a te
non son stato divertente e penso a te

Sono al buio e penso a te
chiudo gli occhi e penso a te
io non dormo e penso a te…….

Lucio Battisti

 

 

23 janvier, 2011

Nostalgie

Classé dans : Amicizia,Le coin des amis: Theo — galatea @ 10:43

 Nostalgie dans Amicizia limoni

Je sais la joie de l’amitié

je voudrais avec vous faire ce voyage
un peu de nostalgie
beaucoup d’amour
et des oiseaux autour nous
virevoltant dans les saisons

 

je voudrais conduire cet attelage
chargés de nos peines et nos misères
les déchargeant entre nos rages
pour vous conduire à l’horizon

 

 Je sais la joie de l’amitié
les larmes qu’il faut sécher
rien ne remplace le sourire
qu’en retour tu m’auras donné

 

Prenons ensemble ce chemin
qui enlaçant toutes les mains
nous rend l’âme si sereine
qu’on pourrait voir se dessiner
sur nos lèvres un baiser

 

 

Théo

http://lesmotsapprivoises.blogspot.com/ 

Chère Théo
ma vie est richissime ..de ce sentiment qui m’a sauvée et fait devenir ce que je suis…
Je ne suis pas capable de te repondre avec un poème en ce moment….car je ne suis pas une poéte… mais seulement une petite couturière de mots quotidiens… Je t’embrasse ravie !!!

J’emprisonne le silence

Partir si loin du monde
Anéantir la mémoire
Les souvenirs flottent dans l’air

Personne ne me retient
Sinon l’ombre perfide
De tendresses possibles

S’arrêter sur ces plages blondes
Où la paix vous inonde

J’existe là-bas
Derrière ces champs d’étoiles
J’habite des espaces infinis
Un refuge de glace pour logis

T’inventer cheminer vers toi
Se laisser surprendre

Derrière la transparence des corps
Ton âme m’effleure
M’emmaillote
Me confine calmement

Je m’enroule au creux d’un nuage
En panne dans un ciel sans ombrage

Bercée par la mer
Je reste là
Devant l’aube qui s’ennuie
Vision unique de l’indicible
J’écoute le néant imperceptible

J’emprisonne le silence

Théo

22 janvier, 2011

Tatuages

Classé dans : Amore — galatea @ 17:32

images (3)

Ma peau est tatouée
De tes mots de tes pensées
Elle est est un’oeuvre vibrante
qui résonne quant tu chantes

Mon corps est un poème
Dont les rimes sont les tiennes
Où ton encre sensible infusé  par tes paumes
Frôle et coule jusqu’au but de mon âme

Mon corps est un’etoile
à la danse sensuelle
entre nos lignes qu’on devine
Enflammées d’une entente divine

Mon être est un écrin soyeux
Un enveloppeur joyeux
Où se  courbe notre orgueil mortel
Notre lien notre désir qui devient éternel

Image de prévisualisation YouTube

21 janvier, 2011

Le souffle de ma douce ombre avec Lara Fabien Un ami à distance

Classé dans : Les autres — galatea @ 12:13

Le souffle de ma douce ombre                                       avec Lara Fabien Un ami à distance dans Les autres oceandreams 

Une ombre douce délicate
Accompagne mes pas mes promenades
Elle est une aura de compréhension
Donne plus sens à mes étranges divagations

 

Elle transforme mon simple vivre
En voyage sublime à la  transe d’une ivre
Entre la joie et le goût enjôleur
Où j’ai presque un rôle évocateur

 

J’aime son souffle
Qui frôle mon cou
Et sa chaleur qui envoûte mon être
Elle me donne plaisante réassurance
A comme un sain air de romance

 

Constante sublime interpretation
Mon ombre suit mes pérégrinations
Donne un regard parfois flatteur
Sans devenir jamais prédateur

 

J’aime sa main franche tendue
mon ombre supporte souvent mes jours
sans tristesse mais de solitude

J’aime savoir qu’elle est toujours là
mon ombre belle un peu amoureuse
est sûrement complice et heureuse

17 -01-2011

galatea belga

Lara Fabian

Un ami à distance

Image de prévisualisation YouTube

 

 

Il m’embrasserait sur la joue,
N’apprécierai pas la musique
Pour tout le reste il saurait tout,
Je tiendrais une place unique
Dans sa vie je lui dirais vous,
Je l’appelerais quelque fois
Passer devoir passer les anges,
Je lui dirais n’importe quoi
je lui dirais je vous dérange,
Alors il sourirait de moi
On s’aimerait tout bas en amis à distance
On s’aimerait en silence comme on joue comme on danse
Comme on pleure quelque fois quand on pense a personne
et que personne ne pense qu’on a ce chagrin là.
On s’aimerait tout bas en amis à distance
On s’aimerait en silence comme on joue comme on danse
Comme on pleure quelques fois quand on pense a personne
Et que personne ne pense qu’on a ce chagrin là ..
Ce chagrin là .

On se fâcherai pour de faux,
sur un détail plein d’importance
Ca durerai le temps qu’il faut
pour que reviennent nos confidences
mais j’oublierai tous ces défauts
On se croiserai quelque part
au mileu de nos tours de terre
vous remercierez le hazard
il aurait le talent de taire
Ce qui l’est le seul à savoir

On s’aimerait tout bas en amis à distance
On s’aimerait en silence comme on joue comme on danse
Comme on pleure quelque fois quand on pense a personne
et que personne ne pense qu’on a ce chagrin là.
On s’aimerait tout bas en amis à distance
On s’aimerait en silence comme on joue comme on danse
Comme on pleure quelques fois quand on pense a personne
Et que personne ne pense qu’on a ce chagrin là ..
Ce chagrin là .

On s’aimerait tout bas en amis à distance
On s’aimerait en silence comme on joue comme on danse
Comme on pleure quelque fois quand on pense a personne
et que personne ne pense qu’on a ce chagrin là.
On s’aimerait tout bas en amis à distance
On s’aimerait en silence comme on joue comme on danse
Comme on pleure quelques fois

Et que personne ne pense
qu’on a ce chagrin là, ce chagrin là.

Image de prévisualisation YouTube

20 janvier, 2011

A ma muse nocturne

Classé dans : Amicizia,Le coin des amis: Rimeur-Nomade — galatea @ 15:12

  A ma muse nocturne

A ma muse nocturne dans Amicizia xin24060319173887512283

Visiteuse nocturne
Aux discrètes faveurs
si ardemment convoitée
Rarement apprivoisée

Ce soir tu t’es glissée
telle une amante voluptueuse
Dans l’antre retirée
De mes rêves alanguis

 m’arrachant à mon cocon
d’hibernant désillusionné.
De tes ardeurs folâtres
tu ranimas le verbe assoupi

Ton soupir un zéphyr
Tes caresses, une ivresse
Tes étreintes une complainte
Ta rage un orage

Muse rebelle
Surprise par l’aube intruse
Furtivement tu désertas
Mon corps en effervescence

De notre hyménée frénétique
Envolée transcendante
Mon coeur en transe répandait
Tes fragrances poétiques

Rimeur – Nomade

http://rimeur.centerblog.net/

 

La femelle au molosse

 Par une nuit sereine
Sous une lune pleine
Deux pauvres chiens errants
trottinaient dans les champs
se plaignant en sourdine
de misère intestine
« Ventre affamé n’a point d’oreille, mais beaucoup de flair! »
Au bord d’un bois à pins
Leur parvinrent soudain
Les effluves troublantes
D’une femelle brûlante
Gambadant mollement
Haletant bruyamment
-Quelle foulée canine !
-Quelle grâce coquine !
S’exclama le premier
S’extasia le dernier
« Qui s’accouple dîne mais de chair ! »
Jappant tels des démons
Le duo vagabond
Serrèrent en douceur
La femelle en chaleurs
Qui semblait ignorer
L’assaut des affamés.
C’est alors qu’un molosse
Au grognement féroce
Apparut au devant
Ses longs crocs menaçant
« Voilà le commencement de la fin ! »
Affolées, les deux bêtes
Ne pouvant tenir tête
Rebroussèrent chemin
Se figeant au lointain.
La femelle au molosse
Rejoignit son colosse
Qui la prit dans les bois
Apaiser ses émois.
Nos deux chiens en carence
Reprirent leur errance.
Entraînés par l’instinct
Et leur destin de chien

26/1/2011

Brahim… merci pour ce poème un peu amer…mais  tout rythmé et plein d’ironie, Ce délicieux loufoque  ne manque pas d’attention au petit détail…..comme d’habitude

Bisous

lilia

 

Au cimitière des rêves

115930206828576525b2tom dans Le coin des amis: Rimeur-Nomade 

 

Aux obsèques du rêve éteint subitement
Le deuil déchire un coeur atteint cruellement
Tout en larmes de feu, miné par cette perte
Il fait ses adieux à ce défunt inerte

 

L’âme désemparée, en soif d’éternité
Préférant un exil dans la sérénité
Déserta l’atmosphère âcre du cimetière
Loin du cher disparu gisant dans la poussière

Le Temps s’était figé comme un corps pétrifié
L’air répandit des maux aux échos amplifiés
La Parque convoitait un coeur las mais rêveur

Aujourd’hui je médite au pied de vieux tombeaux
Sur les rêves portés jadis tels des flambeaux
Sur tous les désirs fous, nourris avec ferveur

10-09-2010

http://rimeur.centerblog.net/

Merci BRAHIM…pour me donner la possibilitè de lire ton poème chez moi aussi.Celui-ci est le premier que j’ai lu de toi et qui m’a fait décovrir ta belle sensibilite de …Rimeur! :)

Merci

et à plus…

bises

lilia 

hawkinslouisweldenlesph

La quête chimérique
 

Les pieds ancrés dans le Sud
Il scrute le Nord
Aux éclats flavescents
Le mirage est sa boussole
Il avance dans le tourbillon
Eclairé par l’étincelle de survie
Fuyant la mort la misère l’oppression

Cœur desséché
Ame en exil
Rêves en cendres
Il est le vagabond mortifié
En quête de l’ univers magnifié
Est-il un eldorado
Dans le meilleur des mondes ?

Trêve d’utopies
cingle le vent.
Partout l’humain est asservi
Le malheur l’horreur
Endeuillent la Terre
l’injustice la cruauté
saignent les cœurs.

 

Mais le voyageur en transe
porté par le souffle de l’instinct
Est ivre de surdité.
Fouetté par le passé
Accablé par le présent
Obsédé par le futur
Il se traîne vers son eldorado

http://rimeur.centerblog.net/

19 janvier, 2011

Rosière de l’Infini

Classé dans : Les autres,Life — galatea @ 11:19

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTubeRosière de l'Infini dans Les autres acrosstheuniversef 

Rosière  de l’Infini

              

Nous sommes souffles ,instants échos

Flottants sensibles , instants uniques

Qui se répètent

En nous on  trouve

Insaisissable  mais visible

Tout le mystère de  la  Création

En  contemplant 

En    l’accueillant

L’Univers  répand en nous

Profondes  nobles  , rares  émotions

Et cette nuit

D’un Janvier moins glacial

J’ouvre mon oeil

Celui de l’intime

Pour  m’enivrer , pour m’étourdir

De la beauté de l’Immensité

Pour me tremper

De rosière d’Infini

Le distillé  au goût d’âmes sincères

Suprême  jouissance 

De l’Oeuvre émue , de la Voûte entière

Pour les  souffles qui s’aiment

19-01-2011

galatea belga

expressionistpainting1 dans Life 

 Hymne à la cortisone

Une barrique qui lente roule
Dans les méandres de flammes brunes
Ronde orgueilleuse
Tendue et morose
Lourdée
Pataude
Huileuse transporte son gaspillant
Fardeau brûlant

Le charbon lamellaire

du canal à la cangue

assomme les tremblantes vibrations

Sur les parois

grimpe le froid

humide escalade

à la chaleur d’un azur glacier

Dans le frisson un opaque presage 

Lourdes , poudreuses les paupières
S’ouvrent
Ourlées de bleu
Peu curieuses
La sphère de plomb
Fait un demi tour
Personne en vue
Même si est haut déjà le jour

02 febbraio 2011

Image de prévisualisation YouTube

18 janvier, 2011

17 Janvier…et si du Cabrel me faisait démarrer ?

Classé dans : Les autres — galatea @ 13:56

 

 Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube17 Janvier…et si du Cabrel me faisait démarrer ?

 

Tu sais chère Val…
J’ai un 17 vraiment spécial…

 

 

Moins de six heures
Je suis impatiente
De démarrer cette journée
que je veux croquer

 

C’était un 17 c’était Janvier
Sara fétait son anniversaire
Moi je trouvais un amour d’hiver
Elle n’est plus
Elle fut la première
Et ses envies la firent tuer

 

 

J’ai ses images encore brûlantes
Je sense encore son YSLaurent
Sa quête d’amour
Souvent décentrée
La fit mourir un jour d’’été

 

Je plan mon jour pour oublier
Sara n’est plus
elle est un hier
Je mets du fort ancien Springsteen
Des pas des danse pour repousser
Le noeud qui pousse dans ma poitrine
De la dentelle juste pour me plaire
Faire anéantir ma tristesse amère

 

Quelques messages et puis du mail à lire
Ainsi je recommence ma journée de délire
Si seulement ce lieu funéraire
Pouvait montrer un soleil moins rare…
Je passe faire quelques câlines
À ma princesse chère
qui dort encore
Je mets en ordre la cafetière
 Un coup de fil pour le Sud en attente
Toujours là doux amoureux rassurante
Je laisse puis des mots caresses pour ma
Belle lumière à la Tour de la tourbière

J’écris je donne mes attentions
À tout un monde au verbe aimable
aux sentiments profonds
J’ajoute alors du bon Cabrel
Je crois qu’il a une âme belle
Et sa tranquille sensibilité
Ouvre mon coeur pour la journée

Je pars ainsi energisée pour aller travailler
Pour dispenser et partager
Mes mots essences avec des étrangers
La route devant est encore grise
Mais n’importe plus je suis en reprise

J’ai maintes raisons pour oublier
Pour remonter sans peines au coeur
Encore une fois le vieux escalier

 

galatea belga

A mon amie Sara et à Val qui avec son post a inspiré ce poème. Merci.

15 janvier, 2011

Blogs…des pantoufles aux vitrines designer

Classé dans : Journal — galatea @ 18:28

 Blogs...des pantoufles aux vitrines designer dans Journal 20051209quiritmicrosoft

Blogs….de pantoufles aux vitrines designer.

Si vous souffrez , comme moi, d’ une pointe de paresse virtuelle vous savez qu’ on peut perdre des heures en clinquant à partir d’un blog et rester en ligne lire dans les liens successifs…

On part du connu, pour débarquer sur des plages exotiques, entrer dans des villages morts, au pays de l’ennui, dans un vortex porno, dans le monde envoûtant d’une fille sensuelle, à l’école d’un maître à penser, à l’atelier de la couleur, de la grâce, au supermarché de la confusion Monoprix, au paradis du sexe obsession, dans la délicate maison d’une âme aux effluves magiques, dans des univers qu’on aimerait connaître plus…

J’ai aussi mon blog, depuis quelques mois.
Je ne sais pas ce que les autres trouvent chez moi.

Mais mon intention de base à été de le faire ressembler un peu à ma maison, ma maison réelle.

Accueillant , sobre pas trop cliniquement précis et rangé, mais ouvert et sans trop d’attention pour moi, moi…

J’adore la présence de mes amis et je profite pour les remercier de me permettre d’orner et donner valeur à mon blog , avec leur belle présence.

Les blogs, notre billet de présentation pour les invités du virtuel, parlent de nous.

Mais ils racontent quoi?

Un nous qui existe , peut être un peu en pantoufles et sans maquillage ; un nous idéal fait de belles citations , textes et musique ou peintures des auteurs plus remarquables qui laissent une trace dans les visiteurs, ou un nous bien confectionné et version designer qui cache , parfaitement , notre petit nous fait d’incertitudes, des faiblesses et des mensonges habituelles?

Bonne découverte à vous aussi!

12
 

Adorable Rencontre |
juno39 |
Du polar à lier |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Instantanés littéraux d'Afr...
| Réflexions pédagogiques par...
| Abandons