Accueil Les autres Mon Riace aux lèvres irresistibles

Mon Riace aux lèvres irresistibles

3
0
96

Ma pensée plus intime

Te voit comme ma victime

 Toi, ma proie legitime

Mes sens sont corruptibles

Et je te vois comestible

Oh mon Riace aux lèvres irresistibles !

Pour une fois insolente

Je ne cache pas mon envie brulante

et je  mords tes lèvres cinglantes

13 ottobre 2010

  • La grande muraglia

    Sei…sei, si, ancora sei la grande muraglia che protegge e confina e quella  forza che isti…
  • Evenos-temps rélatif

          Temps rélatif Mon coeur bat Trop de secondes Sur cette ligne chaque j…
  • Verso l’ignoto

      Navigare a vista è ora un’abitudine ma quando arriva il vento che forte ti so…
  • Accomodamenti

          L’insopportabile vuoto imposto ora è coperto con braccia rigide…
  • Ode à Léo (Éléonore)…Hubix Jeee

            Date de l’envoi : 2021-04-04 10:38:15 L’univers se…
Charger d'autres articles liés
  • Verso l’ignoto

      Navigare a vista è ora un’abitudine ma quando arriva il vento che forte ti so…
  • Accomodamenti

          L’insopportabile vuoto imposto ora è coperto con braccia rigide…
  • Ode à Léo (Éléonore)…Hubix Jeee

            Date de l’envoi : 2021-04-04 10:38:15 L’univers se…
Charger d'autres écrits par galatea
  • Poi verrà il buio

      Quando vedrete le mie persiane chiuse e nel giardino saranno spente tutte le luci davant…
  • Sta zitta !

      e cerco ancora …parole amiche per distrarmi: inutile stizzirsi. A volte croll…
  • Deux cieux -Hubix Jeee

              L’homme, en transit, se remémore Le dernier vol de l’albat…
Charger d'autres écrits dans Les autres

3 Commentaires

  1. galatea

    22 novembre, 2012 à 20:41

    Le troisième Riace
    I
    Le troisième Riace est couvert de balanes
    étendu sous les flots comme un bronze marin
    Qui tend du bout des doigts sa victoire d’airain
    D’un geste débonnaire au volcan de Catane
    Quel artiste loyal a coulé ce dessein
    Cette beauté noyée dans l’azur des méthanes
    Au galbe découplé qui jamais ne pavanne
    Et vit l’éternité au milieu des oursins
    Il eût été debout fait d’audace et de grâce
    Allant vers l’Empyrée de sa foulée sublime
    Et le voilà gisant au revers d’un abime
    A la main son trophée aussi froid que la glace
    Son corps est une hélice une offrande à la rime
    Et son maître sculpteur au cercle d’une place
    Imaginait posé sur une stèle basse
    Son pas léger d’Hermès de danseur et de mime
    La vue ne perdait pas longtemps la majesté
    Du long développé de son élan prodigue
    Que le marché criard l’occultât de ses digues
    Ou que la nuit pesât sur la blanche cité
    Il n’a plus, naufragé, de patrie ni de ligue
    Exceptée cette longue et lente infinité
    Qui perçoit le présent de la couronne otée
    Vainement par ce bras à ce front sans fatigue
    Dernière modification par PlaieBaque (10-11-2012 20:19:47)

  2. galatea

    22 novembre, 2012 à 20:42

    Merci pour ta lecture Fred et pour avoir enlargé l’horizon de mon Riace .
    Bises
    galatea

  3. contact@divins-alexandrins.fr

    16 mars, 2013 à 2:32

    Bonjour Gala,

    je découvre aujourd’hui seulement que tu as posé nos deux Riaces sur tes pages. Vraiment je suis en dessous de tout.
    Quelle beautés que ces deux là, sauvés des eaux.
    Tu sais que j’ai prévu une suite épique à ce premier chapitre, mais c’est particulièrement difficile, car je veux bien sûr un scénario qui tienne la route selon le mode de vie du cinquième siècle Avant JC. Je n’ai pas renoncé mais il faudra du temps.
    Je peux dire que ce troisième Riace fut l’œuvre, à temps perdu, d’une jeune handicapée, un peu autiste, née sur les bords de la mer noire, et qui fut vendue comme esclave assistante d’un sculpteur renommé, auteur des deux autres Riaces…

    Bises

    Frédéric

Laisser un commentaire

Consulter aussi

« abjectif »…* Hubix Jee

* (néologisme qui pourrait signifier : de l’objectivité d’être qualifié d&rsqu…