Accueil Les autres Un café c’est un café , mais….

Un café c’est un café , mais….

2
0
24

Image de prévisualisation YouTube

Un café c’est un café….mais
assise ici
le jour après
dans ma solitude peuplée
de murmures et longs
chants des cigales
en plein midi
sur mes lèvres restent traces
d’un élixir rare et exquis

Hirondelles comme pies
font discours un peu agitées
quatre chiens, là dans la ferme
laissent partir leur message
qui se perd dans le vide

Juste en bas, gargouillante
dans les vieilles tuiles arabes
coule l’eau fraîche
pour les plantes
rappelant mon être vif
et ma profonde connexion
à une nature simple et belle

Si je lève mon regard
Les vertes feuilles du mûrier
doucement agitées
par la brise de la mer
semblent faire un clin d’oeil
pour me dire que tout ici
apprécie cette harmonie

  • La grande muraglia

    Sei…sei, si, ancora sei la grande muraglia che protegge e confina e quella  forza che isti…
  • Evenos-temps rélatif

        Temps rélatif   Mon coeur bat Trop de secondes Sur cette ligne chaque j…
  • Quell’urlo ancora ignoto.

      Non conosco la tempesta che mi sdradica. Sono onde furiose, accanite strappaterra, …
  • Due punti azzurri, due perle bianche…

      Ciao… Riusciro’ mai a dirti quanto sono impregnata di te , quanto la tu…
  • Après toi ?

        En écoutant  une voix que j’aime , celle de Neil Young , vieux compagnon aux…
Charger d'autres articles liés
  • Quell’urlo ancora ignoto.

      Non conosco la tempesta che mi sdradica. Sono onde furiose, accanite strappaterra, …
  • Due punti azzurri, due perle bianche…

      Ciao… Riusciro’ mai a dirti quanto sono impregnata di te , quanto la tu…
  • Après toi ?

        En écoutant  une voix que j’aime , celle de Neil Young , vieux compagnon aux…
Charger d'autres écrits par galatea
  • Quell’urlo ancora ignoto.

      Non conosco la tempesta che mi sdradica. Sono onde furiose, accanite strappaterra, …
  • Quel giorno bianco…

      A ogni tappa imbarco solitudine. Le credenziali ben falsificate mostrano logore il …
  • Hui Feng

                        Tocco anche qui,  co…
Charger d'autres écrits dans Les autres

2 Commentaires

  1. Nomade

    30 octobre, 2010 à 20:35

    Un de ces merveilleux poèmes états d’âme que je retrouve avec plaisir et où la nature sereine est omniprésente

    Amitiés

  2. galatea

    16 décembre, 2010 à 22:55

    Merci Nomade…en retard..je gère ce blog plutot mal..je dois l’admettre!!
    Bises

    lilia

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Le presque parfait

    As-tu cherché pour un temps infini la chanson douce un jour entendu ? Elle a…