Atrium Lacape

0
0
94

 Atrium Lacape dans Le coin des amis:Lacape 1290467138mermaids20dre

 Comme un ciel qui te sert de décor
avançant à tâtons entre les stèles du souvenir
Tu me captives par ton habilité à t’insinuer dans les méandres
de mon esprit, sur une terre qui m’attire
Un huis clos en veillée, un carnet de retour
au risque de faire resurgir les fantômes
où la nostalgie est l’ami du bonheur
On ne se quitte jamais vraiment
mais on devient le fugitif du chant des sirènes
dont elles louent la beauté indolente
au delà du singulier, comme cette incroyable
capacité à pardonner, faisant de l’éloge un fantasme
J’aime ce voyage rédempteur, entre passé et présent
en escale…

 

lcp 04/10/2010

  • La grande muraglia

    Sei…sei, si, ancora sei la grande muraglia che protegge e confina e quella  forza che isti…
  • Evenos-temps rélatif

          Temps rélatif Mon coeur bat Trop de secondes Sur cette ligne chaque j…
  • Verso l’ignoto

      Navigare a vista è ora un’abitudine ma quando arriva il vento che forte ti so…
  • Accomodamenti

          L’insopportabile vuoto imposto ora è coperto con braccia rigide…
  • Ode à Léo (Éléonore)…Hubix Jeee

            Date de l’envoi : 2021-04-04 10:38:15 L’univers se…
Charger d'autres articles liés
  • Verso l’ignoto

      Navigare a vista è ora un’abitudine ma quando arriva il vento che forte ti so…
  • Accomodamenti

          L’insopportabile vuoto imposto ora è coperto con braccia rigide…
  • Ode à Léo (Éléonore)…Hubix Jeee

            Date de l’envoi : 2021-04-04 10:38:15 L’univers se…
Charger d'autres écrits par galatea
  • Elle se reconnaitra

    Elle se reconnaîtra J’aime ta manière calme de bouleverser le monde J’aime tes abréviation…
  • Le charme est son royaume

                      Le charme est son royaume, …
  • Ils ont asseché la mer

      En pre-fall d’Altuzarra je t’aime ! Par la catapulte d’un cosaque insolent, u…
Charger d'autres écrits dans Le coin des amis:Lacape

Laisser un commentaire

Consulter aussi

L’autre bronze de Riace…

      Là à gauche, le vieux palmier montre vives les blessures de l’hiver à peine pa…