Galatea Belga Broderies

Bienvenue sur mon blog . Un peu de ma vie mais pas nécessairement le plus essentiel…

  • Accueil
  • > Archives pour octobre 2010

30 octobre, 2010

L’ironie…du coeur

Classé dans : Citazioni G. B. — galatea @ 9:40

L'ironie...du coeur dans Citazioni G. B. 97801410

 

 

 

Internet et les sites de poésie

Internet , les sites de rencontres , les social networks, les sites de poésie offrent une multitude de

possibilités .

On échange , on connaît on fait semblant…

Tout dépend de notre nature , de nos cartes à disposition , de notre faim .

Ici , en particulier on trouve les amoureux de la poésie , de l’amitié , de la connaissance , d’autres sans buts spécifiques, les don juans , les cougars , les romantiques , les idéalistes , les curieux ,les hypersensibles , les obsédés, les satyres dégoûtants , les timides , les névrosés , ceux avec le complexe de dieu et encore , encore…

Il faut savoir lire avec attention , et sans trop croire aux messages directes ,
Lire , lire ,analysant le beau poème ou le poème échec et on dessine , peu à peu son auteur…

La vraie nature de chacun de nous est là .

A rien sert faire de temps en temps de beaux discours .
Tot , notre vraie nature devient visible , malgré , l’écran , malgré l’impossibilité
de voir nos yeux , d’écouter nos voix, d’observer
nos gestes , nos tics

Le Net est pour moi encore du réel , il suffit apprendre quelque truc pour comprendre …

Merci pour cet intéressant partage , Jac .
Et n’oublions pas que quand nous rencontrons les autres ici ,omme dans la réalité , nous
opérons des projections qui nous font voir l’autre selon notre vécu
et
nos attentes…
15/01/2012

Moi je ne suis pas une experte de poésie dont je ne connais que la magie sur moi…
Je voudrais recevoir des comment n’importe si flatteurs mais authentiques , au delà de l’amitié éventuelle , de l’estime qu’on peut se créer pour un auteur.
Moi , je ne m’attends non plus de m’améliorer suite à un comment : la poésie est pour moi aussi communication avec des inconnus . Je la fais comme je suis , imparfaite , sans soucis pour la forme , désireuse de révéler ma musique ou ma cacophonie du moment.
07/01/2012

 je crois dans le bonheur du couple comme exaltation de nos capacités , de notre entière personnalité quand elle devient réceptive au changement et ouverte pour donner aux autres.
C’est ça pour moi la preuve qu’il y a amour et pas seulement manque de malheur.

8/12/11

 

La splendeur et , parfois la fragilité , de l’amour est son jaillir soudainement dans les coeurs des [b]deux[/b] personnes… il est évident et il aime tracer  sa route n’importe les obstacles…

Quand l’amour doit se tordre le cou …il se transforme en pitié…

 

 

 

 Image de prévisualisation YouTube

 

 

Les amours des mots sont un’illusion qui commence à l’aube et au coucher du soleil sont dejà en evaporation…

1 ottobre 2011

 

L’homme et le delta

On peut reconnaître l’homme habile navigateur de ses émotions et de ses potentialités quand il parcourt l’environnement essentiel et caractérisant du delta.

Certains restent enveloppés dans sa chaude complexité dangereuse et… limitante ; d’autres , là se ressourcent et apprennent à naviguer, merveilleusement , pour traverser le large de la vie

24/09/2011

Image de prévisualisation YouTube

Je crois que l’infini que nous chantons si souvent est seulement un ICI un peu plus distant…

8/10/11

galatea belga

 

 

 

Amours et anours *

Certains amours planent haut, font célébrer de la nature les grands mystères, exaltent nos corps, ouvrent nos coeurs aux autres, découvrent de nos âmes la splendeur.

Certains anours ont comme de grands poids zavorre qui les tient en bas , loin de la tête, détachés du coeur, dans la région étroite de la soli-flore et de la soupape de nos humeurs…

*Anours, selon le dictionnaire de G. B., signifie amours dont le barycentre se situe constamment en bas.

Image de prévisualisation YouTube 

 Chapeau

 Un chapeau avec ses formes différentes et l’élément qui caractérise un homme ou une femme , il donne la touche de classe ou l’accent rebelle d’un rapper…il ajoute mystère , intensifie l’ aura de grâce et met une air de surprise, une ombre légère sur les yeux qui deviennent , un peu cachés, lumière pénétrante…10/06/2011Image de prévisualisation YouTube

Amour 

Il ne me suffit pas de plaire..

je veux etre aimée 

10/06/2011

Avatars 

Chacun se fait représenter par l’avatar qui mieux exprime son quid essentiel…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Image de prévisualisation YouTube 

Pour connaitre mieux l’autre il suffit de voir comme il traite ses ennemis 

31/05/2011

Image de prévisualisation YouTube 

Elle admire la force de la raison
la douceur d’un coeur en fusion
et c’est dans leur fragile équilibre
qu’elle trouve l’amour
 

03/12/2010

La vie est impossible à dessiner exactement,  selon nos besoins ou nos envies , mais on peut apprendre à apprécier ce qu’il nous arrive et le faire devenir -le plus possible- ce que nous aimons…

11 maggio 2011

Image de prévisualisation YouTube

L’art de comprendre dépend souvent de notre capacité de le vouloir…

9 mai 2011

 

Image de prévisualisation YouTube 

Eironie :elle demande 

Je voulais écrire un loufoque , des loufoques.
Ma nature est burlesque et l’ironie est mon sang, alors je ne comprends pas d’où m’arrivent tous ces vers douceur que parfois je trouve impossible reconnaître comme les miens.
Moi, la trancheuse, la moqueuse – avant tout de soi – qui utilise la fronde pour lancer les mots et faire rire , sourire .Pas caustique , ni amère. J’aime user les mots pour jongler, transformer l’ambiance et donner légèreté à un monde trop souvent gris.Je trouve excitant modifier les mots, faire des pirouettes de signification , utiliser le langage comme une funambule, toujours sur le fil et qui risque l’échec.L’ironie me permet d’effleurer mes interlocuteurs sans les blesser , sans les faire alarmer ou rester en garde.Je tient compte de mon l’interlocuteur et j’aime fait passer pour une plaisanterie ce que souvent je pense vraiment ; et souvent elle me permet aussi de dire le contraire de ce que je pense.Parfois mon ironie est ambiguë …pour cacher mes sentiments plus profonds et qui peuvent être traité avec sarcasme par les autres .L’ironie de Socrate est célèbre mais moi je suis loin d’utiliser l’ ironie pour être sage , faire de la philosophie.
Plutot ,j’essaye de trouver dans toutes les situations une sortie temporaire à la tension, pour venter moments d’agressivité, pour vérifier la disponibilité de mon interlocuteur, pour connaître la qualité de son esprit…pour créer des liens.
Ce n’est pas un cas que mes meilleurs amis ,ce sont surtout des hommes , apprécient et savent jouer bien l’instrument de communication et socialisation qu’est pour moi l’ironie.
Enfin, inutile dire que ici, en français…. mes ailes de l’ironie sont …pratiquement coupées…

Image de prévisualisation YouTube 

Nous sommes tisseurs
Jamais rassasiés
De tendres rêves au parfum d’amour 


g.b.26-février 2011 

Oui, je danse mais sans grand écart !

Image de prévisualisation YouTube

g. b. 25-02-2011

 L’amitié est le sentiment de soie et lumière qui nous tient bien ancrés à la vie …

30/01/2011

Image de prévisualisation YouTube

…je ne comprends rien de cette vie …
mais même si ce que je ressens n’est pas la réalité…dans cette illusion , je préfère me positionner là où je peux voir les yeux de l’autre et j’essaye de ne pas oublier que comme moi il y a toute une humanité qui frissonne et aimerait recevoir de la comprehension

14 febbraio 2011

Mais, en tous cas, je n’ai jamais aimé etre dirigée par mes passions: la vie est trop belle et riche pour la ruiner à cause d’une -seule- passion…

11-02-2011

Image de prévisualisation YouTube

l’habitude …la routine nous aident et rendent notre vie plus facile…mais il faut le courage et l’energie de les briser chaque jour un peu, sans les rompre completement…. 

18.01-2011  

On est tous des nains quelque part et des géants seulement dans le coeur de quelqu’un

 

 

 

 

 

 

 

 

 

15 gennaio 2011

Image de prévisualisation YouTube

 

 

Les rimes…font partir l’inspiration du coeur et la font amarrer au manuel de belle poesie…

15 gennaio 2011

Image de prévisualisation YouTube

Ma vie est un grand mixe de tradition et de passé qui aime accueillir le futur.   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

g. b.  12/04/2010

 

 

L’amour charnel est le plus facile à trouver: dommage qu’il n’a pas assez d’esprit pour etre soutenu.

Image de prévisualisation YouTube

16/12/2010

Enfin je me demande pourquoi, qui désire si fortement trouver l’ame qui la comprend doit créer une image de soi si fausse pour trouver l’amour

g. b.

L’ironie est le sourire de la raison quand le coeur a besoin de pleurer… 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

galatea belga

 

 

21 settembre 2010

Mon rêve est la réalité banale d’un autre-Galatea belga

Image de prévisualisation YouTube

Je trouve plus de plaisir à résoudre une équation du second degré qu’à brider mon inspiration, ma fantaisie avec la chemise de force de la rime ou des pieds
galatea belga

Seduce my mind, ensnare my heart, capture my soul, and my body is yours completely
g.b.

Certains amour-passion fous et insensés, ne sont qu’un dèsir enfantin
d’attention infinie ;l’amour est- simplement et humblement- don réciproque de soi.
galatea belga

alchimie ou
fantaisie le reste
n’est que désir
g.b.

Et des fois tout notre bonheur est là………… dans notre possibilité de devenir visibles et metteurs en valeur d’un paysage harmonieux…
g. b.

Je suis une superficielle : la seule chose que je fais profondement c’est vivre!
g.b.

29 octobre, 2010

Tu me parlais de la Sicile

Classé dans : Le coin des amis:Lacape,Printemps — galatea @ 15:32

Tu me parlais de la Sicile dans Le coin des amis:Lacape mare

 

 

Tu me parlais de la Sicile

Sur la scène entre Paris et Palerme tu étais le témoin
d’instants, où l’on découvrait l’incarnation des émotions
Ce corps qui battait la mesure aussi fragile que solide, dans l’inconstance de l’eau
frappant la vitre, prise au flux qui la traversait de part en part. Tu étais l’Italie
planté sur un lopin de terre, qui te servait à parler de choses intimes
Et surtout de la proximité entre la vie et la mort, de cette frontière à l’orée
Tu revisitais par à-coups ton passé au gré du coeur qui battait la chamade
(usurier qui sonnera le glas à l’heure venue)
Atmosphère cadencée, dans ce face à face, malgré certains passages redoutables
Rude était la belle Sicile retenue par ses sables et ses boues pour rejoindre le ciel
dans ta bouche…

lcp 11/04/2010

Encore un double merci Dom…pour ce délicieux poème qui parle de ma Sicile et pour me permettre de le partager ici!

Bisous

lilia

28 octobre, 2010

Mes clichés de l’automne

Classé dans : Non classé — galatea @ 12:36

Image de prévisualisation YouTube

Les clichés de l’automne

qui se collent à ma peau
Et la brume d’un regard
qui me voile son monde

La langueur d’un vent
qui balaye affaibli
les débris d’une saison
sans fruits sans raison

Et j’écris puis j’efface
des mots prose sans pose
leurs musique est finie
dans les plis plus intimes
découvrant les fausses notes
d’une absurde symphonie

J’ai adouci et lentement
essuyés mes anémiques vers

gonflés d’humeur noire
pour laisser seulement
tes sons doux mon amour

28 ottobre 2010

The passage

Classé dans : Les autres,Life — galatea @ 8:38

We

Sandy grains

Of the Universe
 

We meet

Sometimes

We recognise each other

And we are already

Swept away

By the breath of


The Eternal

12 giugno 2005

A Oliver

26 octobre, 2010

A la fin d’un grand virage…

Classé dans : Non classé — galatea @ 22:05

Image de prévisualisation YouTube 

 

Comment exprimer
ma joie de voir
que notre lien n’était éphémère?

C’est à la fin
d’un grand virage
que je te retrouve
mon doux mirage

En ton absence
pour transformer
mes larmes amères
j’appris à écrire
à sublimer
pour maintenir
et ne pas oublier
les émotions encore vives
de notre hier

Claires sensations
tendres émois
pure communion
c’était tout ça
notre connexion
d’enfants rêveurs
mais responsables et aux vies mûres

Je ne demande
je ne refuse
je laisse libre
mon âme heureuse
de regarder encore une fois
tes yeux splendides
d’ homme tendre
mon coach qui
m’a su comprendre…

26 ottobre 2010

20 octobre, 2010

Le reseau

Classé dans : Tristes — galatea @ 15:39

Image de prévisualisation YouTube

Un coup d’oeil au dehors

de ce train du matin

pour fermer des pensées

affolées

en déroute

Un réseau en acier

juste en face

laid abri pour centaines

d’anonymes bicyclettes

Peu derrière

quelques troncs

presque invisibles

au dessus de la structure

leur courtes branches

d’arbres jeunes

font danser leur petites

feuilles déjà ourlés

d’un fil de jaune

Des oiseaux semblent fuir

au signal du changements

l’air est grève des nuages

qui ont les seaux prêt a vider

Puis le ciel

soupirant encore une fois

laisse aller toutes ses larmes

éphémères et ruisselantes

l’eau qui coule couvre d’argent

et d’une loueur nobilisante

un sol laid de  cément

et les creux d’une banlieue

au coeur d’amiante

19 octobre, 2010

Le chant qui me reveillait

Classé dans : Les autres,Printemps — galatea @ 12:23

Le chant qui me reveillait dans Les autresImage de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Ce n’était pas l’Arcade
de ça j’en suis très sûre.
Mais je me souviens bien
des chauds matins de mai
le jaune à peine levant,
entrait par les fenêtres, les portes ,
accompagné du chant
des femmes ménagères.

Leur simple mélodie
interrompait, suave,
mes songes de fillette
qui étaient répétitifs et simples.
Elle me faisait ouvrir
mes yeux grands de rebelle
comme si, petite princesse,
j’avais autour de moi
orchestre et courtisans.

Dans les maisons autour,
modestes et très loin
des toutes les clôtures
qui empêchent l’accès
aux gens d’aujourd’hui,
partout brillaient, en excès,
la propreté et l’ordre,
deux signes de l’amour
que toutes les femmes
vivaient dans leur simple vie,
créant pour la famille
un nid accueillant et beau.

Les femmes du hameau,
en exposant et battant
coussins, tapis et draps,
faisaient comme un pari
pour démontrer parmi
nos quatre, cinq foyers qui
faisaient le jour, le soir, la nuit
contents leurs maris.

La mer, le fleuve
et l’éblouissante lumière,
le vert des oliviers
faisaient le grand fond,
que nous, les jeunes, jamais
ne notaient ou n’appréciaient,
car notre envie était
un jour de là partir,
pour découvrir le monde,
loin d’une vallée
qui avait comme deux bras,
formés des douces collines,
qui nous berçaient en face
d’un trait de mer bleu.

7 aprile 2010

18 octobre, 2010

Un ciel nuageux de fin septembre

Classé dans : Les autres — galatea @ 22:11

Image de prévisualisation YouTube

Un ciel nuageux de fin septembre
Et le fracas de grondeux tonnerres
Quand les éclairs montrent le rivage
Et un paysage trop dur et sauvage

Une nostalgie fait son retour
Et un désir de paisibles pâtures
Un grand besoin d’un monde sans ordures
et d’une toile harmonieuse paisible

A l’horizon se profile le grand chêne
Sa silhouette contre le ciel
Dans la lumière rougeâtre du soir
Il montre encore toute sa gloire

Quelques oiseaux voltigent encore 

Et puis enfin se posent admirer
Le grand spectacle du soleil au coucher 

18 settembre 2010

 

Rangement en cours

Classé dans : Les autres,Printemps — galatea @ 13:27

Image de prévisualisation YouTube

D’un gala effacé
je rentasse la vaisselle
je remets en bon ordre
les cristaux que je soigne
En voyant mon reflet
je recueille ici et là
des papiers, des souliers éparpillés
ce qui reste d’un désordre
imprévu
Je remets à leur place
les décors sans un but
d’une fête préparée
en oubliant
de donner
aux acteurs , les joueurs
le permis,  le pouvoir
d’y  venir réjouir

Ames soeurs

Classé dans : Amicizia,Les autres — galatea @ 10:38

 Ames soeurs dans Amicizia images13

 

Image de prévisualisation YouTube

Quand je rêve, yeux ouverts
un chanteur, son accent un peu grattant,
vibre autour mes oreilles
et son chant cajoleur
tente moi à tout oublier.

Toi et moi embrassés
Nous cherchons, deux enfants
l’un à l’autre ressemblant,
un abri qui est absolu.

Oubliant le formel,
les parois résistantes,
qui nous forcent dans prisons,
faites de liens et obligations,
c’est un tendre , long bercer,
un vrai bain de lumière.

Nos deux corps rapprochés,
dans une boule éblouissante,
je ressens de nos mains,
l’effleurer doux et sage.
 
Nous contours devinés,
on provoque le passage
entre nos chairs,
non plus obstacles,
pour enfin retrouver
nos deux âmes
qui sont soeurs.

12345...11
 

Adorable Rencontre |
juno39 |
Du polar à lier |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Instantanés littéraux d'Afr...
| Réflexions pédagogiques par...
| Abandons